Harald Klak, un prince Danois baptisé au nom du pouvoir ou marionnette des Francs ?

Harald Klak est un prince danois qui a été chassé de son pays natal, le Danemark, par les fils du roi Godfrid mort en 810. Il trouve refuge auprès de l’empereur des Francs, Louis le Pieux, fils de Charlemagne, l’accueillant et acceptant de l’aider à recouvrer le pouvoir avec son frère Reginfried. Cependant, il sera de nouveau chassé du pays, retournant encore une fois auprès l’empereur.

L’année 826 est une année charnière dans la vie de ce prince scandinave à la recherche d’un soutien politique pour en finir avec la crise successorale qui traverse toute la péninsule danoise. Harald Klak est reçu avec sa famille et sa cour au Palais d’Ingelheim non loin de Mayence, où Louis le Pieux l’accueille en ami. Il accepte de recevoir le baptême en échange de l’aide impériale. Le sacrement symbolisant son entrée dans la communauté des Chrétiens est délivré à l’église Saint-Alban devant Mayence. L’empereur devient son parrain et lui fait don à cette occasion du comté de Rüstringen en Frise, où il pourra se réfugier avec sa famille s’il est encore chassé de son pays.

UN BAPTÊME FAVORABLE À LA POLITIQUE ÉVANGÉLIQUE

DE LOUIS LE PIEUX ?

Louis le Pieux a décidé en 820 de faire de la Scandinavie une terre de mission et de christianisation. L’homme qui est chargé de cette mission est Ebbon archevêque de Reims, son principal conseiller quand Louis était roi des Aquitains avant d’être désigné co-empereur au côté de son père, Charlemagne. Louis le Pieux veut être le protecteur de la foi chrétienne et veut convertir les peuples païens. Contrairement à son père qui avait christianisé de force les Saxons – souvenons-nous du Massacre de Verden en 782 – Louis veut convertir par la paix et non par les armes. Harald Klak constituait donc une double opportunité pour l’empereur : celle de placer un prince chrétien en terre scandinave, pour ainsi faciliter l’assimilation des autochtones à la religion du Christ, mais aussi, d’un point de vue plus politique, un moyen d’avoir une main mise sur les affaires danoises en se posant en médiateur dans la crise que traversait le pays.

HARALD KLAK, UN PERSONNAGE TRÈS PRÉSENT

DANS LES SOURCES CAROLINGIENNES

Malheureusement, nous possédons peu, voire pas du tout, de sources scandinaves sur cet événement et sur le baptême de ce chef Danois. Néanmoins, il est très présent dans les sources carolingiennes. On le retrouve dans les Annales royales des Francs (Annales regni Francorum), dans les continuités de celles-ci, les Annales de Fulda (Annales Fuldenses) pour le côté oriental de l’Empire et les Annales de Saint-Bertin (Annales Bertiniani) pour le côté occidental. Nous possédons aussi un texte écrit par le poète aquitain Ermold le Noir, même si son origine reste incertaine, un poème encensant les faits et actions de Louis l’empereur pour obtenir son pardon après avoir été exilé à Strasbourg pour trahison. C’est dans le poème IV qu’on retrouve Harald, où l’auteur prend soin de donner des détails sur la rencontre entre l’empereur et le chef Danois et sur le baptême de ce dernier. Bien-sûr, ces trois sources sont à analyser avec recul. Il faut prendre en compte les auteurs qui ont rédigé ces ouvrages, le contexte d’écriture et aussi les volontés qui les ont animés pour écrire. Néanmoins, ces sources restent très importantes dans la compréhension de cet événement, nous donnant le point de vue carolingien sur le contexte politique du Danemark.

HARALD KLAK, UN SYMBOLE D’INTÉGRATION

DANS LA SOCIÉTÉ FRANQUE ?

Le baptême de Harald Klak et la donation de terre qui lui est faite sont des symboles d’intégration dans la société franque. Nous pouvons voir dans le poème IV les festins et la partie de chasse qui sont offerts par l’empereur à son hôte devenu son filleul. Ce sont des pratiques profanes qui participent à l’assimilation aux mœurs franques.1. De retour au Danemark, le chef danois devenu chrétien sera à nouveau chassé du pays. Sa vie ultérieure est peu connue. Les Annales de Fulda nous mentionnent à l’année 852 la mort d’un certain Harald assassiné pour trahison2 :

[852]. Harald le Normand a fui la colère de son seigneur Horic, roi des Danois, et est venu auprès du roi Louis, où il a été bien reçu. Il est baptisé et est reçu dans la foi chrétienne. Il a vécu honorablement parmi les Francs pendant de nombreuses années. Enfin, il fut suspecté par les gouverneurs des régions du Nord et par les gardiens de la marche danoise pour avoir eu une loyauté douteuse et d’avoir été un traître potentiel. Par conséquent, il fut exécuté par les princeps à cause de cette accusation.

S’agit-il vraiment du même Harald ? Simon Coupland suggère – sans preuve – que Harald Klak serait resté fidèle à l’empereur et à sa nouvelle foi chrétienne. Nous ne pouvons avoir une certitude à cent pour cent qu’il s’agit de Harald Klak ou d’un simple et obscur homonyme.

Néanmoins, le poème d’Ermold le Noir fait mention d’un certain Roric, neveu d’Harald Klak. Quand Harald retourne chez lui, il laisse derrière lui son fils et son neveu qui vont vivre à la cour impériale sous les lois franques3. On retrouve notamment Roric dans l’empire où il mène des exactions sur la Frise et aurait mis la main sur le port de Dorestad, dans les Pays-Bas actuels.

LOUIS LE PIEUX ET SON RÔLE DE PARRAIN:

UNE AUTRE VISION DE L’INTÉGRATION ?

Le parrainage est une association entre deux ou plusieurs personnes, datant de l’époque de Clovis, accompagne le rituel du baptême, et en découle une parenté spirituelle, qui, selon le Code Justinien, est considéré comme supérieur à celle de la parenté charnelle4.

Quand nous regardons de plus près la description de la cérémonie du baptême dans le récit de Ermold, Louis le Pieux, en habillant son filleul de l’habit du baptême et offrant des cadeaux, copie le rite du baptême et du parrainage des Byzantins. L’empereur Byzantin applique le « patronage impérial du baptême ». Cela consiste que le devoir du parrain est d’éduquer spirituellement son filleul (étranger) en lui confiant des missionnaires pour convertir son peuple « pour le lier ainsi à l’Église de son royaume »5. Pour l’empereur, les princes étrangers deviennent des fils spirituels et politiques et intègrent ainsi la « famille byzantine des rois »6.

Si on garde cette idée en tête, Harald Klak n’aurait pas intégré la société franque stricto sensu, mais aurait intégré les sphères familiale et politique des Carolingiens, faisant de lui plus un allié de l’empire qu’un simple membre de la société franque. Tout le contraire de Rollon. Cette question de différenciation d’intégration entre le roi Danois et le duc Normand sera une des problématiques que je compte « résoudre » dans mon mémoire.

CONCLUSION

L’intégration d’Harald Klak serait-elle un échec ? Certes, il n’a pas réussi à s’imposer au Danemark mais a gardé une relation cordiale avec l’empire et aurait été fidèle à l’empereur jusqu’à sa mort si on en croit l’hypothèse de Simon Coupland. Louis avait réussi à travers cette alliance à mener une politique d’évangélisation en Scandinavie, même si ce fut un échec. L’intégration reste un sujet sensible du fait de la complexité du terme. Le pouvoir franc, à travers l’exemple de Harald Klak, propose en effet aux élites scandinaves un modèle d’intégration. Néanmoins, ce modèle ne peut être applicable quand n’apportant une analyse plus approfondie de chaque exemple d’intégrations scandinaves, puisque les objectifs n’étant pas les mêmes selon le contexte politique et selon les protagonistes confrontés à ce dilemme. Dans ce processus long et complexe, un seul homme a véritablement réussi à s’intégrer dans la société franque stricto sensu. Il a su crée une dynastie ducale puis royale : il s’agit bien-sûr de Rollon, le chef Viking qui a fondé la Normandie, aïeul du célèbre Guillaume le Conquérant, roi d’Angleterre.

Jérémy Imbert

Pour aller plus loin :

  • BAUDUIN Pierre, Le monde franc et les Vikings du VIIIe au Xe siècle, Paris, Albin Michel, 2009.

  • BAUDUIN Pierre, « Harald Klak, un modèle d’intégration à l’épreuve », dans Les élites aux frontières. Mobilité et hiérarchie dans le cadre de la mission. Journée d’études du 20 mai 2006, université de Paris-Est-Marne-la-Vallée. [en ligne sur LAMOP] : https://lamop.univ-paris1.fr/fileadmin/lamop/publications/Elites-Frontieres/Frontieres_Harald_Klak_Bauduin_2006.pdf

  • NEVEUX François, L’Aventure des Normands (VIIIe – XIIIe siècle), Paris, Perrin, 2009.

  • WINROTH Anders, Au temps des Vikings, Paris, La Découverte, 2018. 

  1. Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, Edmond Faral (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1964 [1932], p. 144-201 []
  2. REUTER Timothy (éd. et trad.), The Annals of Fuldavol. II, Manchester, Manchester University Press, coll.« Manchester Medieval series, Ninth-Century Histories », 1992, p. 32. []
  3. Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux … loc. cit. p. 191 : « Son fils et son neveu servent de leurs armes dans le palais impérial et se soumettent à la loi franque. » []
  4. Arnold Angenendt, « Le parrainage dans le haut Moyen Âge. Du rituel liturgique au cérémonial politique. », in ROUCHE Michel (dir.), Clovis, histoire et mémoire: actes du Colloque international d’histoire de Reims (19-25 septembre 1996), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 1997, p. 243. []
  5. Ibid. p. 248. []
  6. Ibid. p. 247. []

Immersion au pays des Ours d’Alfadir

crédit photographie : Les ours d’Alfadir

Le « viking » est une marque à la mode, c’est le moins qu’on puisse dire. De l’essence aux jouets, en passant par la politique, ce substantif désigne aussi bien une tondeuse à gazon que les anciens peuples scandinaves. La popularité des séries, films, et musiques prend racine dans cette culture septentrionale du passé, qui bénéficie d’une popularité sans précédent depuis les années 70. Ce regain d’intérêt pour le phénomène « viking » a conduit à un élargissement de la recherche archéologique et historique. De plus, la présence d’associations de reconstitution historique permet au grand public de s’approprier et comprendre le monde viking.

 

C’est en 2013 que Damien Didier, plus connu dans son association sous le nom de Asbjorn (« ours des dieux »), crée l’association des Ours d’Alfadir à Poitiers. Cette ville possède en effet un lourd passé en lien avec les vikings puisqu’elle fut largement touchée par les raids au cours du IXsiècle. Cariste et préparateur de commandes, Asbjorn est un habitué des associations de reconstitution celtique et s’est initié à cette culture via la musique métal où la mythologie scandinave est régulièrement réinvestie. C’est poussé par sa curiosité et son amour des arts du combat et de la mythologie qu’il décide de créer son association. Le nom des Ours d’Alfadir vient de l’identification de l’ours comme métaphore du guerrier dans les textes, et Alfadir est l’un des nombreux noms du dieu Odin signifiant « père de tout ». Les Vikings provenant de plusieurs pays scandinaves, les ours se concentrent surtout sur les anciens peuples vivant dans l’actuelle Norvège, qui furent les premiers à faire des raids vers le royaume d’Angleterre. Ces derniers ont cependant laissé peu de traces archéologiques. Cinq ans après la création des ours, Asbjorn est rejoint par une quinzaine d’adhérents issus de divers milieux. Nous en avons rencontré quatre :

  • Ask, vice-président et membre de l’association depuis 3 ans est titulaire d’une première année de licence d’histoire et de maths. Son nom fait référence au premier humain créé par Odin.
  • Einar, développeur web de métier et qui a rejoint l’association depuis un an, l’a connue par un de ses voisins
  • Erlend, ancien technicien informatique à l’aéroport de Toulouse, est membre depuis 2 ans. Habitué de la reconstitution, il rencontre les Ours durant le festival Ragnar Rock et décide d’y adhérer. Son nom signifie « étranger » en suédois, il est un des seuls à représenter une autre zone géographique de peuplement viking : la Suède.
  • Gunnar, membre depuis 1 an et chaudronnier de métier. Intéressé par la mythologie et par les combats, il rencontre le chef durant une séance d’AMHE (Arts Martiaux Historiques Européens) et décide d’adhérer à son association. Son surnom vient d’une anecdote triviale lors de sa première visite de l’association et signifie “fait par les armes”.

L’objectif de l’association des Ours d’Alfadir est de rétablir au sein du grand public la vérité sur le monde viking, dont la perception parfois erronée est entretenue par les médias. Les Ours ne s’arrêtent pas à l’image de la brute épaisse qui a terrorisé l’Europe entière lors des grands raids vikings : ils ont recours à l’archéologie expérimentale1 pour mieux comprendre et appréhender cette civilisation. Ainsi, leur entraînement de combat ne consiste pas uniquement à se taper de dessus, mais se base sur les principes des AMHE : reprendre, étudier et pratiquer de nombreuses techniques de combats sous ses différentes formes, au corps à corps ou avec l’utilisation d’armes diverses (hache, épée et lance). Cependant, les Ours ne s’arrêtent pas uniquement à cette dimension. En dehors des entraînements de combat, ils sont chacun responsables d’un atelier permettant de découvrir et d’entrée dans l’univers des « Vikings ».

En l’absence d’historien dans l’association, les connaissances acquises par les membres sont le fruit de recherches personnelles soulignant une grande passion pour la société viking. Ils ont ainsi recours à toutes les sources possibles d’informations : travaux scientifiques, comptes-rendus de fouilles archéologiques, thèses, sites internet scientifiques mais aussi échanges avec d’autres associations durant des évènements (festivals, fêtes médiévales, camps vikings, expositions, etc.). Ainsi, grâce à l’archéologie expérimentale, les ours fabriquent eux-mêmes leurs habits en tenant compte de leur zone géographique d’étude à savoir la Norvège, tout comme une partie de leur armement tel que les boucliers.

Ainsi, Asbjorn tient un atelier sur l’armement et les techniques de combat utilisés durant l’époque altimédiévale, mais aussi sur l’allumage d’un feu. Ask, quant à lui, travaille sur le cuir et le laiton. Son atelier relève plus de l’expérimentation étant donné le manque de matériaux archéologiques à sa disposition, tandis que Erlend étudie l’orfèvrerie et la fabrication des bijoux d’inspiration viking. Les échantillons montrés durant l’interview nous ont permis de constater sa grande maîtrise des techniques de fabrication et d’ornementation de l’argent dans le milieu élitaire. Le domaine d’Einar relève également de l’expérimentation. En effet, celui-ci s’intéresse à l’alimentation et aux plantes médicinales, très présentes dans la vie quotidienne et longtemps oubliées par les historiens2. Il s’occupe aussi de l’atelier de mythologie nordique où il est confronté à une surabondance de sources. Enfin, que seraient les Vikings sans parler de navigation ? Gunnar pourra vous en apprendre davantage sur ce domaine en vous parlant des fameux bateaux viking et en revenant sur une des grandes idées fausses associées aux vikings : ces bateaux ne s’appellent pas des « Drakkar ».

Les Ours d’Alfadir participent à différentes manifestations médiévales dans toute la France mais aussi dans des pays européens comme l’Allemagne, le Danemark et la Pologne. Récemment, ils ont participé à l’Exposition «Nous les appelons vikings» au Château des Ducs de Bretagne à Nantes, et, comme tous les ans, à la Foire Médiévale de Château-Larcher (un rendez-vous incontournable de la région du Poitou). Lors de tels événements, et avec d’autres associations, ils partagent et présentent leurs différents ateliers au public présent. Du fait de leur grande réputation et de leur fiabilité historique, l’association intervient également dans des manifestations étrangères. Ils ont eu le privilège, au mois de juillet, d’être invités à deux festivals internationaux où se réunissent plusieurs dizaines d’associations de reconstitution. Leur road-trip commence au Danemark, dans la ville d’Aarhus où s’est tenu le Festival de Moesgaard du 23 au 29 juillet puis direction le Festival de Wolin, une île située au nord-ouest de la Pologne à quelques kilomètres de la frontière allemande. Ces rencontres nationales et internationales, particulièrement enrichissantes, sont pour tous les participants l’occasion d’échanges avec d’autres personnes passionnées par le monde scandinave à l’époque médiévale, qui viennent nourrir en retour de nouvelles recherches sur les Vikings.

Les Ours d’Alfadir ont également eu le privilège d’organiser et d’animer la 8e édition des Rencontres Des Histoires de Cuir sur le thème viking à Lavausseau (du 9 au 10 juin 2018). Exposant la culture scandinave à travers un campement viking, on pouvait admirer des combats, assister à des activités artisanales, des animations, des expositions ainsi qu’à une conférence intitulée « Vikings, du mythe à la réalité » présentée par Madame Lucie MALBOS, maîtresse de conférence en histoire médiévale à l’Université de Poitiers.

Un grand merci aux Ours pour leur temps et leur bonne humeur.

Camille Paccou, Jérémy Imbert , Laudrenn Wolffer et Matthieu Millemann.

Pour plus d’informations, retrouvez les Ours d’Alfadir sur leur site internet et sur leur page Facebook. Les Ours d’Alfadir seront prochainement en animation pour les 1200 ans de l’abbaye de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu les 15 et 16 juin 2019. 

  1. L’archéologie expérimentale correspond à une discipline au sein de l’archéologie qui vise à reconstituer l’usage et le mode de fabrication des vestiges archéologiques à travers l’expérimentation. []
  2. Les travaux de recherche expérimentaux dans ce domaine se concentrent sur les élites des sociétés scandinaves. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search