Glorifier une victoire historique : entretenir la mémoire dans un village d’Anjou (1421-2021)

« Quand le brouillard du soir s’étend sur la vallée, gît dans la boue la fleur de l’aristocratie d’Angleterre ». Tels sont les mots du lieutenant-colonel Jean Renard, Docteur en Histoire et habitant de Baugé, dans son ouvrage Et nos lys triomphants brisent les léopards. D’Azincourt à Castillon la lente reconquête du Royaume 1415-1453, paru en 1993. Il décrit ainsi les conséquences de la bataille du Vieil-Baugé du 22 mars 1421, événement que commémore le monument du Pas de la Mule, cœur de notre propos.

Lorsque la bataille éclate, cela fait près de 85 ans que l’envahisseur anglais attaque le royaume de France, dont il contrôle alors une partie du territoire, au nord, ainsi que la Guyenne. En 1420, le roi d’Angleterre, Henri V, a en outre été reconnu par le traité de Troyes comme régent du royaume de France, Charles VII ayant été évincé du trône. Le même traité  a ouvert la porte à son mariage avec la fille de Charles VI. Le royaume de France est désormais « un royaume dépecé » pour reprendre l’expression de Jean Renard entre les possessions d’Henri V, de Philippe le Bon et du dauphin Charles. Il revient au frère du roi d’Angleterre, le duc de Clarence, de soumettre les territoires encore dominés par les alliés de Charles VII. C’est tentative de conquête qui mena  à la bataille du Vieil-Baugé entre les troupes franco-écossaises du dauphin et celles du duc de Clarence. Victoire mémorable pour le royaume de France et pour l’Anjou, elle ne sera pas oubliée des mémoires à travers l’esprit des Angevins, mais aussi grâce au monument du Pas de la Mule érigé après la bataille.

L’origine du Pas de la Mule

Afin de pouvoir cerner ce monument du Pas de la Mule plus précisément, je vais revenir sur son histoire et ses origines. Depuis 1337, la France est mise à mal par les chevauchées anglaises et les forces en présence sur le territoire. Henri V, roi d’Angleterre espère obtenir définitivement le territoire angevin et envoi le duc de Clarence marcher sur l’Anjou. Cependant, une vieille alliance lie les Écossais et les Français depuis 1265, c’est pourquoi 13 000 Écossais débarquent sur les côtes françaises. Le duc de Clarence se replie avec son armée sur la ville de Beaufort après avoir échoué à Angers. Une armée se profile, constituée des différents vassaux du duc d’Anjou et des Écossais menés par le connétable d’Écosse John Stewart de Darnley, le comte de Buchan et le maréchal de la Fayette, venu d’Auvergne. Plus tard dans l’après-midi, des éclaireurs communiquent au duc de Clarence que des forces écossaises sont en train de se réunir non loin de Baugé, à une quinzaine de kilomètres de Beaufort. Il décide d’attaquer sur un coup de tête avec une armée assez faible. L’armée anglaise arrive entre Vieil-Baugé et Baugé le long de la rive gauche de la rivière du Couasnon aux dernières lueurs du jour. Les conditions météorologiques sont défavorables au duc de Clarence, dépourvu d’archers, qui se retrouve pris en étau entre, d’un côté, les volées de flèches écossaises et de l’autre les forces françaises. L’armée anglaise est décimée et avec elle son chef, le frère du Roi, tué par Alexander Buchanan et le comte de Buchan d’Écosse. C’est une victoire écrasante pour les forces franco-écossaises, même si on dénombre tout de même une quinzaine de nobles angevins décédés sur le champ de bataille, dont le seigneur Guérin des Fontaines.

Dès la fin de l’affrontement, les troupes franco-écossaises décident de faire vivre la mémoire de la bataille et des nobles tombés au combat. Pour la commémorer on choisit une pierre à cupules,  c’est-à-dire une roche aux nombreuses cavités creusées dans la pierre par intervention humaine ou bien naturelle. Depuis le paléolithique, de telles formes servent à commémorer la mémoire des morts et les voyages dans l’au-delà. Cette tradition aurait toujours été d’actualité au Moyen Âge, comme le montre le Pas de la Mule et d’autres monuments de diverses périodes précédemment mis au jour.

Le retour du monument dans la grande Histoire

Là où certaines villes possèdent leurs propres héros municipaux, Baugé et Vieil-Baugé ont cette bataille. L’illustration de cette fierté se traduit à travers le retour de ce monument oublié au cœur du village. Après avoir été déplacé au bord d’une route en périphérie de Baugé, à moitié caché de tous, ce n’est qu’en 1840 que le monument du Pas de la Mule fait son retour dans la grande Histoire. À cette date, il est dans un premier temps déplacé et remis à son emplacement originel par le maire de Vieil-Baugé, James Gaudais. Le monument est donc replacé le long de la route qui traverse le village de Vieil-Baugé, à côté du cimetière. Cette route est le chemin le plus emprunté pour traverser les deux villes mitoyennes, de très nombreuses personnes passaient ainsi devant tous les jours. De plus, l’inscription établie sur le monument lui-même fait preuve de la volonté des édiles municipaux de cette période de faire « rappeler la victoire mémorable », preuve de l’importance pour les Angevins de ce morceau d’histoire commun. Cependant, on remarque l’erreur de datation gravée dans la pierre du Pas de la Mule qui indique que la bataille a eu lieu en 1420. Toutes les sources indiquent qu’elle a bien eu lieu en mars 1421.

Document n°1 : Carte postale du monument du Pas de la Mule au bord de la route de Vieil-Baugé à Baugé (début du XXe siècle, archives départementales de Maine-et-Loire).
Document n°2 : Carte postale du monument du Pas de la Mule au bord de la route de Vieil-Baugé à Baugé (1903, archives départementales de Maine-et-Loire).

Au fur et à mesure des années et notamment au XXIème siècle, le tourisme s’accentue et l’intérêt pour l’histoire également. La ville de Vieil-Baugé prend donc la décision le 16 juin 2003 de déplacer une fois de plus le monument afin de l’installer non loin des lieux de la bataille sur un terrain dégagé au bord du Couasnon où les gens peuvent s’arrêter et l’apprécier. Ce changement démontre l’importance accordée au monument par la municipalité. On voit la volonté de mettre en avant et de rendre accessible à tous l’histoire de la ville, pour les habitants de Baugé ou encore les visiteurs les plus curieux. De plus il n’est pas rare que des manifestations se fassent sur cette petite place en lien avec le monument.

Document n°3 : Photographie de la pierre du Pas de la Mule proche de la rivière Couasnon à Vieil-Baugé. Photographie prise par Pierre Sabatié, juillet 2020.

Un monument étroitement lié au traité de L’Auld Alliance

L’Auld Alliance est une alliance franco-écossaise contre le royaume d’Angleterre. Sa première trace écrite remonte à 1295, près de 130 ans avant la bataille de Vieil-Baugé, preuve que cette alliance ne provient pas de ce conflit. Ce traité fut signé entre Philippe le Bel (1285-1314) et Jean Baliol, roi des Écossais. Ce monument représente à la fois une victoire face à un ennemi commun, mais également une alliance forte entre les deux peuples. Pour les Écossais, l’histoire de cette bataille est beaucoup plus présente dans l’histoire collective et nationale qu’en France. Cette bataille résonne pour eux comme une fierté, car ce sont en partie les libérateurs du joug anglais sur le royaume de France, d’autant plus que selon différents récits la mort du duc de Clarence aurait été donnée par Alexander Buchanan, un comte écossais. Ce monument n’a donc pas vocation à commémorer uniquement la mémoire des soldats français morts pendant la bataille mais aussi celle des Écossais tombés au combat. L’accompagnement des troupes écossaises à l’époque fut extrêmement important pour cette victoire décisive ; le souvenir de la bataille quant à lui est encore aujourd’hui source de liens privilégiés avec l’Écosse. Il permet de faire vivre à l’international la mémoire collective, d’échanger sur les faits historiques et de travailler collectivement à l’élaboration de commémorations. Cette alliance, aujourd’hui transformée en association, a également conduit à de nombreux jumelages entre des villages français et écossais, c’est le cas pour le village de Vieil-Baugé jumelé avec l’état du East Dunbartonshire en Écosse.

« La liesse est grande à Baugé et dans les environs, ce matin de Pâques, premier jour de l’an 1421 ! La victoire est si complète et les pertes si minimes ! Jamais cantiques d’allégresse ne retentirent plus joyeux sous les voûtes de l’église Saint-Laurent ». Dans cet extrait de son ouvrage, Jean Renard exprime la joie immense que ressentent les Baugeois après cette bataille. Cette première victoire sur le royaume d’Angleterre, qui marque le retour en force d’un peuple et de son roi, Charles VII, a marqué durablement les esprits. Des contes et des légendes furent écrits, des fêtes et des études scientifiques préparées pour sauvegarder la mémoire de cette bataille décisive en Anjou, des monuments érigés pour commémorer la mort de ces soldats franco-écossais et marquer à jamais la terre angevine de la victoire du 22 mars 1421.  C’est cette mémoire qui se transmet à travers ces monuments et événements que nous nous devons de protéger et faire perdurer afin de ne pas perdre l’histoire de nos régions et pays.

Pierre Sabatié, M1 Mondes médiévaux

Le vieux château de l’île d’Yeu, un héritage de Jeanne de Belleville et d’Olivier de Clisson

Retracer l’histoire du vieux château de l’île d’Yeu c’est faire découvrir cet œuvre de patience et de technicité que fut la construction de cet édifice, sur un rocher frappé par les vagues et fouetté par le vent. Maurice Esseul, historien originaire de l’île d’Yeu, a écrit l’histoire de cette forteresse que nous allons résumer ici, de la genèse de la première forteresse à la réappropriation du château que nous voyons de nos jours, par le connétable Olivier V de Clisson en 1392.

Au IXe siècle, « Oya », soit l’île d’Yeu telle qu’on la nommait à cette époque, est l’objet d’attaques récurrentes par les Vikings (entre 830 et 911). Les Normands finissent par coloniser l’île, mais le souvenir des monastères brûlés lors de ces raids continue à hanter les Islais. Aussi, les moines clunisiens qui s’y établissent à la fin du Xe siècle manifestent-ils la volonté de protéger l’île en construisant un abri fortifié loin des côtes susceptibles d’être à nouveau envahi, dans un lieu relativement facile à défendre, où les insulaires pourraient se réfugier. Le secteur de l’île où s’élèvent des falaises granitiques s’avère alors le plus adapté pour contrer d’éventuelles attaques.

Le premier édifice, bâti au XIe siècle, s’élevait sans doute au même endroit que le château visible de nos jours. Les restes d’une ancienne structure en bois trouvés dans le sous-sol du château semblent appuyer cette supposition. L’endroit est inaccessible par la mer avec une presqu’île granitique d’un côté, une falaise abrupte de l’autre et de multiples récifs autour. C’est donc l’endroit parfait, qui reste d’ailleurs le lieu principal de défense de l’île du XIe au XVIIe siècle.

À la fin du XIIIe siècle, la première forteresse en bois est dégradée ;l’île a besoin d’une nouvelle structure défensive. Si le bois avait été choisi pour le premier édifice, certainement pour accélérer la construction, le nouveau château doit absolument pouvoir résister aux phénomènes d’érosion si importants en bord de mer. Les seigneurs de Belleville, possesseurs de l’île d’Yeu, n’ont toutefois pas pris de décision hâtive quant au devenir du fort ; le projet était coûteux et l’île éloigné du cœur de leurs terres.

En 1320, Jeanne de Belleville hérite des biens de son frère, mort sans descendance. C’est elle qui accorde le droit de détruire l’ancien bâtiment pour en construire un nouveau. Le défi était de taille ; il fallait bâtir un château en pierre sur un roc, tout en tenant compte des marées qui l’inondent deux fois par jour, du vent et des vagues. La plupart des Islais ont participé à la construction du nouvel édifice, en tant que tailleurs de pierres, maçons, charpentiers, forgerons… Ces bâtisseurs étaient logés et nourris au monastère Saint-Étienne de l’île.

Le vieux château de l’île d’Yeu

En 1328, Jeanne de Belleville épouse le grand seigneur breton Olivier IV de Clisson. On attribue à ce dernier la construction des tours nord-est, nord-ouest et sud. En effet, elles ont été authentifiées par le Pr. Crozet comme datant du XIVe siècle et l’on sait qu’Olivier de Clisson était un bâtisseur.

Puis, en 1341, Jean III meurt sans héritier et la Bretagne n’a plus de duc. Charles de Blois, soutenu par le roi de France revendique ses droits de succession au trône contre Jean de Montfort, allié du roi d’Angleterre. C’est le début d’une guerre de 23 ans, la guerre de Succession de Bretagne. Olivier de Clisson soutien le parti de Blois. En son absence durant la guerre, sa femme Jeanne de Belleville assure la gestion du domaine. Puis, Olivier est fait prisonnier après la siège de Vannes par les Anglais en 1342, mais il est rapidement libéré, au nom de la trêve de Malestroit conclue entre la France et l’Angleterre, le 19 janvier 1343. À ce moment, il embrasse le parti de Montfort. Le roi de France l’apprenant, il le fait décapiter aux Halles de Paris le 2 août 1343, son cadavre est ensuite pendu au gibet de Montfaucon et sa tête exposée en haut de la porte de Nantes.

Jeanne de Belleville prépare sa vengeance ! Elle prend la mer et détruit tous les vaisseaux français qui ont le malheur de la croiser. En décembre 1343, le roi de France la bannit du royaume et tous ses biens sont saisis par la couronne. Alors qu’il ne lui reste plus rien, elle trouve refuge auprès d’Édouard III à la cour d’Angleterre.

Pendant ce temps, toutes les possessions des Clisson-Belleville saisies par la couronne se voient occupées par des troupes royales. Le château de l’île d’Yeu ne fait pas exception et tombe aux mains d’une garnison française trop peu nombreuse pour assurer la défense des Islais en cas d’attaque. Puis, en 1355, le Prince Noir débarque sur les côtes et s’empare du château. La tradition orale des Islais garde la mémoire d’une peur générale des « hommes rouges » à cette époque. Ces soldats, d’après la légende, s’en prenaient régulièrement aux habitants, notamment aux jeunes filles qui quelques fois disparaissaient mystérieusement. Les Islais furent en effet, dès le traité de Brétigny, soumis aux Anglais qui possédaient alors tout le Poitou, cela une trentaine d’années durant, jusqu’à ce qu’Olivier V de Clisson récupère le fief de son père et de sa mère en 1392.

Ce dernier, élevé à la cour d’Édouard III après avoir suivi sa mère sur les flots de la vengeance, recouvra tous les biens que ses parents avaient perdu. Le roi d’Angleterre les rendit d’abord à Jeanne de Belleville et à la mort de celle-ci en 1359, Olivier en hérita. L’île d’Yeu faisait cependant exception et n’était pas encore rendu aux Clisson. Il s’éloigne progressivement des Anglais qui le déçoivent et se retrouve, en 1370, aux côtés de Bertrand du Guesclin lors du conseil réuni par Charles V pour reconquérir les territoires perdus. En 1380, il devient connétable de France. En 1392, après avoir échappé à la mort suite au complot de Jean IV de Bretagne, il fuit la capitale et recouvre enfin ce territoire insulaire. Il répare les dégradations causées par l’occupation anglaise et améliore le site grâce aux nouvelles connaissances en architecture et en science militaire, achevant ainsi le projet commencé par son père. Le château a donc subit des années d’instabilité avant d’être consolidé dans l’état où il est encore visible de nos jours.

                                               Astrid de Belleville

Références :

Maurice Esseul, Le château de l’île d’Yeu, Fromentine, 1980.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search