Hospice Comtesse : de la fondation de la Comtesse Jeanne au miroir de la Flandres

Entrée du musée (crédit : Camille PACCOU)

 

Que visiter lors d’un séjour à Lille ? Souvent les réponses se ressemblent : le Palais des Beaux-Arts, le Vieux-Lille, la Vieille Bourse… Bien que tous ces espaces soient pertinents et représentatifs de l’esprit lillois, il en manque quelques-uns. Parmi eux, il faut citer l’Hospice Comtesse, musée régional et ethnographique de Lille, situé dans une rue pourtant passante du Vieux-Lille : la rue la monnaie.

Ce manque de reconnaissance est pourtant infondé. La façade en elle-même mérite le détour : typiquement flamande avec ses briques rouges, elle s’insère dans le décor autant qu’elle attire l’œil au milieu des magasins contemporains. Bienvenue dans le quartier médiéval de Lille, à l’atmosphère aussi flamande que fréquentée !

De médiéval, l’Hospice Comtesse n’a pourtant que l’apparence. Guerres et incendies ont à ce point affecté le bâtiment, qu’il ne reste plus aucune trace de l’architecture originelle de l’hospice fondé en 1237 par Jeanne de Constantinople (1194-1244).

Cette fondation fut, comme la majorité des actions charitables nobiliaires, guidée par le souci de sauver son âme. Jeanne décida de construire un hospice à Lille, à laquelle elle était très attachée comme le montre ses fréquentes visites, ainsi que ses actions pour la confirmation des droits de la ville. Elle est alors appelée la Bonne Comtesse ce qui explique le nom de l’édifice : Hospice Comtesse.

Cette affection pour la ville flamande est également illustrée par les dons qu’elle fit à l’hospice en terres et en droits de taxe dans tout le pays flamand. Riche et prospère, l’hospice put ainsi accueillir tous les “malades, pauvres, pèlerins et passants” selon la volonté de Jeanne.

Durant plusieurs siècles, l’institution poursuivit cette mission grâce aux frères et aux sœurs qui en avaient la charge, ces derniers adoptant la règle de saint Augustin dès 1245. L’hospice acquit ainsi une grande influence sur la ville, sous la supervision du Maître et de la Prieure, les deux figures d’autorités. Malgré quelques évolutions administratives au XVIe siècle sous Charles Quint (1500-1558), une spécialisation des soins et quelques scandales de chantage au XVIIe siècle, rien ne change fondamentalement jusqu’au XVIIIe siècle.

Mais la Révolution Française de 1789 bouleverse cette quiétude ancestrale. Après un changement de nom pour devenir l’hôpital de la République, un changement de direction en 1792 et une réorganisation qui vida l’hospice de ses patients, la fondation de Jeanne devint, dès 1797, un lieu de retraite pour les personnes âgées ainsi qu’un orphelinat. Elle accueille cependant entre 1813 et 1814, des soldats blessés issus des guerres napoléoniennes.

Le XXe siècle débute, pour l’Hospice, avec une situation des plus délicate. Le Conseil municipal envisage le transfert des orphelins et des vieillards, mais ne prévoit pas de projet de reconversion du bâtiment du fait de son insalubrité. Ledit transfert a finalement lieu en 1940, l’hospice devenant alors le magasin central du centre hospitalier de Lille. Après plusieurs idées de reconversion, le maire de Lille propose en 1943 d’en faire un musée régional. Ainsi, de 1960 à 1968, l’Hospice subit de grands travaux de restauration.

En parallèle des restaurations, le musée ouvre ses portes en 1962, offrant une magnifique immersion dans le pays flamand. Le temps semble s’arrêter pour un retour en arrière de 500 ans dans un hospice typiquement flamand décoré par les meilleurs maîtres tels que Van Eyck et Watteau. Ensuite, un escalier nous invite dans une salle illustrant l’histoire et les traditions lilloises du XIXe siècle. À droite comme à gauche, tout souligne cette fierté lilloise d’avoir appartenu durant plusieurs siècles à ce comté flamand, qui vécut de multiples périodes de trouble tout en gardant son authenticité, son unité et sa fierté. Cet étage est un livre ouvert sur Lille, son histoire et son savoir-faire ; on y découvre des illustrations des traditions les plus célèbres telles que la fameuse braderie de Lille ou encore des légendes que peu de Lillois connaissent eux-mêmes. Ainsi de la légende de Lydéric et Phinaert, deux géants associés à la fondation de Lille, ou encore celle du barbier Maes, qui utilisa un débris d’obus comme plat à barbe durant le siège de la ville par les armées du Saint Empire en 1792.

Cette visite est une porte ouverte sur l’envers de Lille et cet esprit flamand cher aux Lillois !

 

Camille Paccou

Cour du musée avec la salle d’exposition à droite (crédit: Camille PACCOU)
Cour du musée avec l’entée à droite (crédit: Camille PACCOU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search