Immersion au pays des Ours d’Alfadir

crédit photographie : Les ours d’Alfadir

Le « viking » est une marque à la mode, c’est le moins qu’on puisse dire. De l’essence aux jouets, en passant par la politique, ce substantif désigne aussi bien une tondeuse à gazon que les anciens peuples scandinaves. La popularité des séries, films, et musiques prend racine dans cette culture septentrionale du passé, qui bénéficie d’une popularité sans précédent depuis les années 70. Ce regain d’intérêt pour le phénomène « viking » a conduit à un élargissement de la recherche archéologique et historique. De plus, la présence d’associations de reconstitution historique permet au grand public de s’approprier et comprendre le monde viking.

 

C’est en 2013 que Damien Didier, plus connu dans son association sous le nom de Asbjorn (« ours des dieux »), crée l’association des Ours d’Alfadir à Poitiers. Cette ville possède en effet un lourd passé en lien avec les vikings puisqu’elle fut largement touchée par les raids au cours du IXsiècle. Cariste et préparateur de commandes, Asbjorn est un habitué des associations de reconstitution celtique et s’est initié à cette culture via la musique métal où la mythologie scandinave est régulièrement réinvestie. C’est poussé par sa curiosité et son amour des arts du combat et de la mythologie qu’il décide de créer son association. Le nom des Ours d’Alfadir vient de l’identification de l’ours comme métaphore du guerrier dans les textes, et Alfadir est l’un des nombreux noms du dieu Odin signifiant « père de tout ». Les Vikings provenant de plusieurs pays scandinaves, les ours se concentrent surtout sur les anciens peuples vivant dans l’actuelle Norvège, qui furent les premiers à faire des raids vers le royaume d’Angleterre. Ces derniers ont cependant laissé peu de traces archéologiques. Cinq ans après la création des ours, Asbjorn est rejoint par une quinzaine d’adhérents issus de divers milieux. Nous en avons rencontré quatre :

  • Ask, vice-président et membre de l’association depuis 3 ans est titulaire d’une première année de licence d’histoire et de maths. Son nom fait référence au premier humain créé par Odin.
  • Einar, développeur web de métier et qui a rejoint l’association depuis un an, l’a connue par un de ses voisins
  • Erlend, ancien technicien informatique à l’aéroport de Toulouse, est membre depuis 2 ans. Habitué de la reconstitution, il rencontre les Ours durant le festival Ragnar Rock et décide d’y adhérer. Son nom signifie « étranger » en suédois, il est un des seuls à représenter une autre zone géographique de peuplement viking : la Suède.
  • Gunnar, membre depuis 1 an et chaudronnier de métier. Intéressé par la mythologie et par les combats, il rencontre le chef durant une séance d’AMHE (Arts Martiaux Historiques Européens) et décide d’adhérer à son association. Son surnom vient d’une anecdote triviale lors de sa première visite de l’association et signifie “fait par les armes”.

L’objectif de l’association des Ours d’Alfadir est de rétablir au sein du grand public la vérité sur le monde viking, dont la perception parfois erronée est entretenue par les médias. Les Ours ne s’arrêtent pas à l’image de la brute épaisse qui a terrorisé l’Europe entière lors des grands raids vikings : ils ont recours à l’archéologie expérimentale1 pour mieux comprendre et appréhender cette civilisation. Ainsi, leur entraînement de combat ne consiste pas uniquement à se taper de dessus, mais se base sur les principes des AMHE : reprendre, étudier et pratiquer de nombreuses techniques de combats sous ses différentes formes, au corps à corps ou avec l’utilisation d’armes diverses (hache, épée et lance). Cependant, les Ours ne s’arrêtent pas uniquement à cette dimension. En dehors des entraînements de combat, ils sont chacun responsables d’un atelier permettant de découvrir et d’entrée dans l’univers des « Vikings ».

En l’absence d’historien dans l’association, les connaissances acquises par les membres sont le fruit de recherches personnelles soulignant une grande passion pour la société viking. Ils ont ainsi recours à toutes les sources possibles d’informations : travaux scientifiques, comptes-rendus de fouilles archéologiques, thèses, sites internet scientifiques mais aussi échanges avec d’autres associations durant des évènements (festivals, fêtes médiévales, camps vikings, expositions, etc.). Ainsi, grâce à l’archéologie expérimentale, les ours fabriquent eux-mêmes leurs habits en tenant compte de leur zone géographique d’étude à savoir la Norvège, tout comme une partie de leur armement tel que les boucliers.

Ainsi, Asbjorn tient un atelier sur l’armement et les techniques de combat utilisés durant l’époque altimédiévale, mais aussi sur l’allumage d’un feu. Ask, quant à lui, travaille sur le cuir et le laiton. Son atelier relève plus de l’expérimentation étant donné le manque de matériaux archéologiques à sa disposition, tandis que Erlend étudie l’orfèvrerie et la fabrication des bijoux d’inspiration viking. Les échantillons montrés durant l’interview nous ont permis de constater sa grande maîtrise des techniques de fabrication et d’ornementation de l’argent dans le milieu élitaire. Le domaine d’Einar relève également de l’expérimentation. En effet, celui-ci s’intéresse à l’alimentation et aux plantes médicinales, très présentes dans la vie quotidienne et longtemps oubliées par les historiens2. Il s’occupe aussi de l’atelier de mythologie nordique où il est confronté à une surabondance de sources. Enfin, que seraient les Vikings sans parler de navigation ? Gunnar pourra vous en apprendre davantage sur ce domaine en vous parlant des fameux bateaux viking et en revenant sur une des grandes idées fausses associées aux vikings : ces bateaux ne s’appellent pas des « Drakkar ».

Les Ours d’Alfadir participent à différentes manifestations médiévales dans toute la France mais aussi dans des pays européens comme l’Allemagne, le Danemark et la Pologne. Récemment, ils ont participé à l’Exposition «Nous les appelons vikings» au Château des Ducs de Bretagne à Nantes, et, comme tous les ans, à la Foire Médiévale de Château-Larcher (un rendez-vous incontournable de la région du Poitou). Lors de tels événements, et avec d’autres associations, ils partagent et présentent leurs différents ateliers au public présent. Du fait de leur grande réputation et de leur fiabilité historique, l’association intervient également dans des manifestations étrangères. Ils ont eu le privilège, au mois de juillet, d’être invités à deux festivals internationaux où se réunissent plusieurs dizaines d’associations de reconstitution. Leur road-trip commence au Danemark, dans la ville d’Aarhus où s’est tenu le Festival de Moesgaard du 23 au 29 juillet puis direction le Festival de Wolin, une île située au nord-ouest de la Pologne à quelques kilomètres de la frontière allemande. Ces rencontres nationales et internationales, particulièrement enrichissantes, sont pour tous les participants l’occasion d’échanges avec d’autres personnes passionnées par le monde scandinave à l’époque médiévale, qui viennent nourrir en retour de nouvelles recherches sur les Vikings.

Les Ours d’Alfadir ont également eu le privilège d’organiser et d’animer la 8e édition des Rencontres Des Histoires de Cuir sur le thème viking à Lavausseau (du 9 au 10 juin 2018). Exposant la culture scandinave à travers un campement viking, on pouvait admirer des combats, assister à des activités artisanales, des animations, des expositions ainsi qu’à une conférence intitulée « Vikings, du mythe à la réalité » présentée par Madame Lucie MALBOS, maîtresse de conférence en histoire médiévale à l’Université de Poitiers.

Un grand merci aux Ours pour leur temps et leur bonne humeur.

Camille Paccou, Jérémy Imbert , Laudrenn Wolffer et Matthieu Millemann.

Pour plus d’informations, retrouvez les Ours d’Alfadir sur leur site internet et sur leur page Facebook. Les Ours d’Alfadir seront prochainement en animation pour les 1200 ans de l’abbaye de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu les 15 et 16 juin 2019. 

  1. L’archéologie expérimentale correspond à une discipline au sein de l’archéologie qui vise à reconstituer l’usage et le mode de fabrication des vestiges archéologiques à travers l’expérimentation. []
  2. Les travaux de recherche expérimentaux dans ce domaine se concentrent sur les élites des sociétés scandinaves. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search