Castrum et castellum : le cas de Montignac-Charente

Montignac, la porte des halles, fin XIIe siècle.

Montignac-Charente, ou plus brièvement Montignac, est une commune du nord Charente d’environ 750 habitants. Entre 1020 et 1028, Guillaume IV Taillefer, comte d’Angoulême, décide d’abandonner son castrum d’Andone pour construire une nouvelle résidence à Montignac1, au bord de la Charente, où se croisent les voies gallo-romaines reliant Lyon à Saintes et Nantes à Périgueux.

Les termes et leurs définitions

Les sources médiévales mentionnent dans la grande majorité Montignac sous le terme de castrum, mais également sous le terme de castellum de façon bien moins systématique. Il est complexe de découvrir quelle est la réalité qui se cache derrière ces mots, que le terme de « château » ne permet pas d’appréhender totalement.

Parmi les sources abordant Montignac sur une période allant du XIe au XIIIe siècles, le terme de castrum est utilisé douze fois2, celui de castellum seulement trois3. Selon André Debord, castrum désignerait une fortification de grande taille, abritant des habitations, quand le castellum correspondrait plutôt au château proprement dit4. Il nuance tout de même ce propos en expliquant que dans la très grande majorité des cas les deux termes sont interchangeables, et peuvent désigner la même entité5. Pour étudier cette dichotomie, nous nous appuierons sur le cartulaire de l’abbaye de la Boixe6, qui contient sept mentions du château, constituées de quatre « castrum » et des trois « castellum ». « Castrum » est utilisé seul, en tant que lieu, comme dans la charte de fondation7, pour Foucaud de Cigogne qui est qualifié de « permanens in castro »8, et pour finir en 1207-1212, pour signaler une terre « inter Sanctum Amantium et castrum Montiniaci »9. Contrairement à celui de « castellum », qui est toujours utilisé en complément d’un nom, « ponte castelli»10, « domum pauperum castelli »11 et « portam castelli »12. En dehors de cette différence d’usage, il est impossible d’aller plus loin dans l’analyse et de dire quelle réalité physique se cache derrière « castrum » ou « castellum ». Nous avons choisi d’utiliser le terme castrum, son utilisation dans les textes médiévaux est majoritaire, pour désigner le château en tant que tel, sans avoir besoin d’y accoler un adjectif ou un complément.

La réalité matérielle

Comme vu précédemment, il n’est pas possible de préciser la forme que prennent les fortifications de Montignac en se basant seulement sur les sources textuelles, néanmoins, les vestiges sur place permettent de mieux appréhender ce point, brossons rapidement les principaux éléments médiévaux constituant Montignac.

Du premier castrum édifié par Guillaume IV rien n’est connu, et seule une motte placée en périphérie de l’enceinte castrale actuelle pourrait potentiellement correspondre à cette dernière, à moins qu’il ne s’agisse d’une occupation antérieure n’ayant pas laissé de traces textuelles. Il pourrait aussi très bien s’agir d’une installation plus tardive. L’actuel château occupe un éperon barré surplombant la Charente. Une enceinte fortifiée, de plan ovoïde constituée de pans rectilignes, installée directement sur le rocher, ceinture l’espace. Cette dernière est percée d’au moins deux portes, la porte des halles, et celle des champs. Celles-ci sont datées de la fin du XIIe ou début du XIIIe siècle, tout comme les tours semi-circulaires flanquant l’enceinte. Dans l’angle Nord-Est de l’enceinte une tour-maîtresse dite « romane » se dresse encore partiellement. De plan légèrement barlong, elle est rythmée de quatre contreforts sur les grands côtés, et trois sur les petits. En parallèle de l’évolution du château, un bourg se développe, entre l’éperon calcaire et la Charente. Le bourg de Montignac est mentionné pour la première fois en 1159-117113, mais existe très certainement bien avant, l’église paroissiale étant mentionnée dès le début du XIe siècle14. Aux XIIIe et XVe siècles on le retrouve sous la dénomination de villa15. Une enceinte urbaine, protégeant le bourg, est mentionnée pour la première fois dans le dernier quart du XIIIe siècle dans un hommage à l’évêque16, comme « clausuram murorum de Montiniaco », ou « mur de clôture de Montignac ». En 1446, les « murs de la ville » sont mentionnés au bord du Javard, où ils sont percés d’une porte nommée « porte Marotte », accompagnée d’un pont du même nom traversant le ruisseau, et sur lequel les habitants sont autorisés à construire des habitations17. Il ne reste à l’heure actuelle aucune trace de ces aménagements, et leur nature exacte, qu’il s’agisse d’une simple butte de terre ou de maçonneries plus ou moins importantes et inconnues.

Conclusion

Les termes de castrum et castellum restent donc flous, la réalité se cachant derrière ces termes est-elle abordable d’un point de vue factuel ? Cette dichotomie des sources textuelles n’en reste pas moins au plus haut point intéressante.

Si l’on applique de manière arbitraire les définitions données auparavant, les deux termes s’appliquent parfaitement à Montignac, où le château, dans son sens de « château fort », pourrait s’apparenter à « castellum », et celui de « ville fortifiée » à « castrum ». La réalité est toutefois toute autre, et appliquer de façon systématique cette traduction relève du non-sens.

Baptiste PELLETIER

Bibliographie :

Cartulaire de l’Abbaye de Saint-Amant-de-Boixe, publié par André Debord, Société Archéologique et Historique de la Charente, Poitiers, imprimerie Oudin-Beaulu, 1982.

Cartulaire de l’Abbaye Saint-Cybard, publié par Paul Lefrancq, Société
Archéologique et Historique de la Charente, Angoulême, imprimerie ouvrière, 1930.

Historia Pontificum et Comitum Engolismensium, publié par Jacques Bioussard., Edition critique, Paris, Librairie d’Argences, 1957

Debord, André. « Castrum et castellum chez Adémar de Chabannes » dans Archéologie médiévale, n°9, Caen, centre de recherches archéologiques médiévales, 1979.

Debord, André. La société laïque dans les pays de la Charente, Xe-XIIe siècles, Paris, Picard, 1984.

Debord, André. « Remarque sur la notion de bourg-castral » dans Annales du Midi, numéro thématique, Cadre de vie et société dans le midi médiéval ; hommage à Charles Higounet, 1990.

Inventaire des titres des terres et baronnies de Montignac-Charente
et Tourriers, 1743, J232-233, Archives départementales de la Charente, Angoulême

Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, publié par Jean Nanglard, dans Société
Archéologique et Historique de la Charente, Angoulême, L. COquemard, 1904.

Mesqui, Jean. Châteaux et enceinte fortifié de la France médiéval, de la défense à la résidence, Paris, Picard, 1991.

Rémy, Christian. « Les mots du château en Limousin, Périgord et Angoumois », dans Demeurer, défendre et paraitre, actes du colloque de Chauvigny, 14-16 juin 2012, Bourgeois, Luc. Rémy, Christian. (dir.), Chauvigny, Association des Publications Chauvunoise, 2014.

Liste des abréviations :

Cart. SAB : Cartulaire de Saint Amant de Boixe, édité par A. Débord, 1982.

Cart. ST Cyb : Cartulaire de Saint Cybard d’Angoulême, édité en 1930 par P. Lefrancq.

Hist. Pont. et Comi. Engo. : Historia Pontficum et comitium Engolismensium, édité par J. Bioussard, 1954.

  1. Cart. SAB n°2 (1020-1028). []
  2. Cart. SAB n°2 (1020-1028), idem n°115 (1020-1028), idem n°124 (1087-1099), idem n°288 (1207-1212) ; Livre des fiefs p.23, 33, 112, 114, 115, 141 ; Hist. Pont. et Comi. Engol. p.34-35 ; A. de Chabanne, p.260. []
  3. Cart. SAB n°50 (1156-1159), idem n°247 (1161-1182), idem n°254 (1146-1159). []
  4. A. Debord, 1984, p.126. []
  5. A. Debord, 1984, 9.126, et A. Debord, 1979, p.108-109. []
  6. Edité par André Debord, 1982. []
  7. Cart. SAB n°2 (1020-1028) et sa copie n°115. []
  8. Cart. SAB n°124 (1087-1099). []
  9. Cart. SAB n°288 (1207-1212). []
  10. Cart. SAB n°50 (1156-1159). []
  11. Cart. SAB n°247 (1161-1182). []
  12. Cart. SAB n°254 (1146-1159). []
  13. « burgo Montiniaco » St Cyb. N°240 (1159-1171). []
  14. Cart. SAB n°2 (1020-1028) ; au sujet de l’église, voir ci-dessous. []
  15. Livre des fiefs, p.59, 115 et 196. []
  16. Livre des fiefs, p.118., av.1296. []
  17. Inventaire des titres de la baronnie, Liasse n°9, n°1, 14 septembre 1446. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search