L’apport des caves à la connaissance de la dynamique urbaine, d’Orléans à Poitiers

Animé, entre autres, par Clément Alix et porté par le pôle d’archéologie de la ville d’Orléans, le programme de recherche SICAVOR (Système d’Information Contextuel sur les Caves et Cavités d’Orléans) est dédié à l’étude du sous-sol orléanais. En charge des études d’archéologie du bâti au sein du service municipal, Clément Alix est le plus à même de rendre compte de la dynamique urbaine passée. Travaillant depuis les années 2000 sur l’architecture civile de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, notamment à Orléans, il est également l’un des initiateurs de la recherche sur les espaces souterrains. Avec le soutien de Lucie Gaugain et d’Alain Salamagne, il a organisé le colloque Caves et celliers du Moyen Âge à l’époque moderne, du 4 au 6 octobre 2017 à Tours.

Espaces souvent et longtemps écartés ou bien oubliés des études de bâti, les caves sont pourtant riches de renseignements. Selon la définition donnée par Eugène Viollet-le-Duc dans son Dictionnaire de l’architecture médiévale, la cave s’entend comme un « étage souterrain voûté, pratiqué sous le rez-de-chaussée des habitations ». Or, d’une part la voûte ou les éléments de décor ont longtemps prévalu dans les études, qui laissaient de côté l’aspect fonctionnel; d’autre part, les caves anciennes pouvaient aussi bien être plafonnées.

Si les caves se prêtent bien à la conservation et au stockage des aliments ou de marchandises cela est dû au maintien d’une température constante à l’année. Elles recèlent donc un potentiel intéressant du point de vue des données archéologiques relatives aux denrées et autres matières conservées. Ne serait-ce que de ce point de vue, les caves constituent donc un support loin d’être inintéressant. Souvent entendues comme structures primitives, les caves sont par ailleurs susceptibles de révéler l’état originel de l’habitat et de la parcelle. Elles constituent ainsi une source essentielle en termes d’information pour rendre compte de l’architecture domestique et de l’évolution du tissu urbain, quand bien même elles ont longtemps été sous-estimées et sous-exploitées. Leur étude nécessite cependant d’être appréhendée dans une approche globale, archéologique comme historique. Dans le prolongement ou non de l’habitat, les caves constituent des témoins figurant parmi les moins perturbés par l’évolution du bâti, et livrent de nombreux indices chronologiques et fonctionnels renseignant sur le bâtiment, ses occupants, ses rapports à la voirie et au tissu urbain. Ainsi leur étude et leur cartographie aident à la compréhension de la dynamique urbaine.

Conscient de l’intérêt présenté par les caves, le programme de recherche SICAVOR mène une prospection thématique pluriannuelle sur la ville « intra-muros », protégée par sa dernière enceinte (fin XVe – début XVIe siècle). Cette surface est sujette à une étude d’inventaire systématique des caves et autres cavités souterraines. Par le biais d’une analyse historique et architecturale des sous-sols, la finalité est d’inventorier les trames urbaines anciennes, des espaces civils aux espaces artisanaux. La collaboration interdisciplinaire est centrale dans cette approche croisée. Elle vise aussi à établir une méthodologie référentielle qui lie différents domaines (historique, archéologique, architectural, urbanistique et géologique). Le récollement archivistique, cartographique et bibliographique relève de l’axe historique et documentaire, tandis que les visites de caves nourrissent l’aspect archéologique. L’analyse chrono-typologique tient de l’enregistrement de terrain, en plus d’analyser les techniques de construction et leurs relations avec le bâti en élévation. Pour ce faire, des croquis et des relevés manuels sont effectués lors des visites. L’ensemble des données sont rassemblées dans une base de données informative et cartographique, soit un système d’information géographique (SIG).

Trois objectifs majeurs découlent de cette méthode d’approche. Le premier est de développer l’archéologie de l’habitat et de l’espace urbain. Il est ensuite question de générer une chrono-typologie des cavités. Enfin, le projet revêt un aspect préventif en recensant et détectant les cavités à risque. Dans le cadre de travaux universitaires réalisés en 2004, une rue a fait l’objet d’une prospection systématique. Plus de 200 caves de la ville sont venues compléter ce premier échantillon, dont presque la moitié présentent des vestiges du XIIe au début du XVe siècle, selon le rapport des études croisées. Le programme SICAVOR montre ainsi l’importance de militer pour des travaux réellement pluridisciplinaires nécessitant la mise en œuvre de véritables équipes de chercheurs. 

Dans le cadre du programme collectif de recherche monté en 2019 sous l’impulsion de Nicolas Prouteau et de Claude Andrault-Schmitt, et dédié au Palais comtal de Poitiers et ses abords entre le IXe et le XVIe siècle, l’intérêt d’étudier les caves du quartier a été soulevé, puis entrepris à l’automne 2021. La prospection thématique concernant l’ensemble du quartier palatial est placée sous la responsabilité de Christophe Belliard, archéologue municipal, tandis que la partie orientale a fait l’objet d’un mémoire de Master par nos soins. Les travaux thématiques entrepris dans d’autres villes ont été des exempla fondamentaux, les fondations mêmes de la méthodologie de recherche poitevine. C’est particulièrement le cas des programmes de recherche SICAVOR sur Orléans et ALPAGE (Analyse diachronique de l’espace urbain Parisien : approche géomatique).

Photographie d’une des caves prospectées dans le quartier du Palais de Poitiers. Crédit photo : Marie-Amélie LAMY

Assis sur un promontoire calcaire délimité par les vallées du Clain et de la Boivre, le sous-sol de la ville de Poitiers est de type Karst, accidenté par des diaclases d’argile sableuse rouge-orangée. Le socle calcaire est modelé par des formations Bathoniennes et Bajociennes du Jurassique moyen, reconnaissables à leur texture graveleuse avec incrustations de silex dispersés en banc – une particularité du plateau observable dans certaines caves, excavées dans le substrat rocheux en l’occurrence. C’est donc sur cet éperon rocheux en forme de spatule que la ville antique de Poitiers, Lemonum, s’est développée, l’ensemble bâti couvrant le plateau dès les années 50 de notre ère. Si le développement de la ville médiévale, puis moderne, a progressivement balayé les vestiges antiques, il n’en reste pas moins que le sous-sol témoigne encore de leur existence.

Depuis les antiquaires et les premiers archéologues du XIXe siècle, une série de travaux a permis de mieux documenter la ville dans tous ses états. On peut mentionner ceux de Bélisaire Ledain visant à retracer l’enceinte antique, avec les premières opérations de sauvetage et chantiers d’archéologie préventive à partir du dernier quart du XXe siècle ; ou encore certains travaux universitaires à l’image du mémoire dédié par Laëtitia Maguier au quartier de la Chaîne en 2013, sous la direction de Luc Bourgeois. Au début du XXe siècle, les fouilles du père Camille de La Croix ont ainsi mis en évidence un passé antique dans l’actuel square Jeanne d’Arc, avec des boutiques détruites pour ériger l’enceinte antique sur laquelle le Palais prend lui-même appui. Si les origines et l’état primitif du palais restent en suspens, il est certain qu’au Xe siècle le palais était déjà une résidence des comtes de Poitou et duc d’Aquitaine. Les sources rattachent sa construction à la lignée des Guillaume. Il subit ensuite des transformations entre le XIe et le XIIIe siècle, puis sous Jean de Berry au XIVe siècle. La connaissance et l’articulation des monuments aujourd’hui disparus, et qui intègrent pleinement la dynamique des abords du Palais, restent à étudier, au même titre que son quartier pour une connaissance globale de ce dernier.

La prospection thématique des caves du quartier oriental du palais comtal est une approche de la topographie urbaine et du contexte archéologique qui a pour objectif de restituer l’évolution et le statut du quartier de l’Antiquité au Moyen Âge grâce aux plans, aux relevés et à la cartographie des structures rencontrées. L’ensemble est mis en perspective avec les données existantes, ou issues du dépouillement archivistique concernant la trame urbaine. De nombreuses interrogations demeurent, en effet, sur l’évolution du quartier du palais, un constat qui stimule l’intérêt de la démarche. Hormis la prospection menée par Alexis Guerraud dans le cadre de son mémoire, et concernant les réemplois de l’enceinte antique, le secteur reste guère étudié. Seules de rares études de bâti éparses effectuées lors d’opérations d’archéologie préventive sont à mentionner. À titre d’exemple, il est notamment possible d’évoquer l’opération de l’Inrap dirigée par Frédéric Gerber en 2019 concernant l’hôtel Claveurier, au 11, rue Charles de Gaulle, ou encore celle de Fabrice Mandon d’Atemporelle dédiée à l’étude et au relevé des vestiges du Pont du Palais, situés au 10, rue du Marché.

À terme, l’objectif de cette démarche systématique d’inventaire est de mener à une analyse parcellaire. Il est aussi question de rendre compte de monuments aujourd’hui disparus, et de leur articulation réciproque. Il est opportun de rappeler la dynamique qui se joue possiblement entre l’église de Notre-Dame-la-Petite, peu documentée et aujourd’hui disparue, mais anciennement située à l’angle des rues du Marché et de la Cathédrale, le Pont du palais et la chapelle palatiale dite de Saint-Vivien. Concernant la nature des espaces religieux à l’intérieur ou à l’extérieur du palais avant le milieu du XIIe siècle, la question reste en suspens. Avant 1146, la seule mention d’une chapelle palatiale concerne celle de Notre-Dame-du-Palais, Sancte Marie de Aula, donnée en 1083 à l’abbaye de Montierneuf, et qui devient par la suite l’église paroissiale de Notre-Dame-la-Petite, détruite et transformée en boucherie en 1805. La chapelle Saint-Vivien du Palais est pour sa part mentionnée à partir de 1146, mais sa date de fondation reste inconnue, tandis qu’elle est détruite en 1825. Ce côté oriental est donc un secteur clé, où se trouve la principale entrée du palais, lui-même ceint de fossés enjambés par un pont du XIIe siècle. À partir du XVIe siècle, des maisons se sont installées dans le fossé qui avait été loti dès la fin du XIIIe siècle, et dont l’empreinte s’est cristallisée dans le parcellaire actuel avec son tracé circulaire. L’objectif sera aussi, à terme, d’affirmer ou d’infirmer l’hypothèse de Luc Bourgeois avançant l’existence d’une basse-cour dans l’emprise du secteur d’étude. Ce cadre de recherche est donc clé dans la compréhension du palais, de son entrée et de son rapport avec ses abords.

Marie-Amélie Lamy, Master 1, 2021-2022

Bibliographie indicative :

ALIX Clément, BARRAY Caroline, COURTOIS Julien, FERNANDEZ Mathieu, PHILIPPE Michel, SICAVOR : Système d’Information Contextuel sur les Caves d’Orléans, rapport de prospection thématique pluriannuelle, Orléans, SAMO/SRA Centre, 2015.

ALIX Clément, MORLEGHEM Daniel, « Les caves d’Orléans : Apports de la recherche SICAVOR », ALIX Clément (dir.) et al., Caves et celliers dans l’Europe médiévale et moderne, Tours, Presses universitaires François-Rabelais de Tours, 2019.

FAVREAU Robert, Histoire de Poitiers, Toulouse, Privat, 1985.

HAMON Étienne, BÉGHIN Mathieu, SKUPIEN Raphaële, Formes de la maison : entre Touraine et Flandre, du Moyen Âge aux temps modernes, actes du colloque d’Amiens, 26-27 mai 2016, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2020.

PROUTEAU Nicolas, ANDRAULT-SCHMITT Claude, Le palais comtal de Poitiers et ses abords (IXe -XVIs.), rapport d’année probatoire de PCR et de fouille programmée 2019, Rapport d’année probatoire de PCR, Poitiers, CESCM, 2020.

Les structures souterraines : du souterrain refuge à l’analyse fonctionnelle

Les catacombes de Saint-Calixte à Rome. Source : https://fr.wikipedia.org

Les structures souterraines ont depuis longtemps, et encore à ce jour, alimenté de nombreux fantasmes. Elles sont vues comme des lieux obscurs, éloignés de toutes zones de peuplement et dont les activités relèvent de pratiques illicites. Aussi, la notion de refuge pour la population en cas de danger est extrêmement présente dans la pensée collective. Par leur localisation sous terre, ces lieux sont associés à la notion de mystère. La curiosité humaine a poussé les érudits à les visiter, à réaliser des inventaires et des études.

L’engouement pour les structures souterraines, qu’elles soient localisées en contexte religieux, castral, rural ou non-identifié, a été précoce. Dès le XVIIIe siècle, des études d’intérêt local voire régional sont publiées. C’est un peu plus tardivement, au milieu du XIXe siècle, que les érudits révèlent des exemples de cavités anthropiques : les premiers véritables inventaires et publications voient le jour. Mais les analyses sont alors difficiles et la part d’interprétation conséquente. Elles ne sont à ce jour plus considérées comme « satisfaisantes », aux yeux de personnes averties. C’est également au XIXe siècle que des personnalités, telle que Le Touzé De Longuemar, s’intéressent aux structures souterraines du Poitou. Il publie ainsi en 1863 un ouvrage: Les souterrains-refuges dans l’ancien Poitou. Ses commentaires, aujourd’hui dépassés dans l’analyse, identifient ces lieux comme « ténébreux » et localisés « au milieu de terrains probablement recouverts autrefois de grands bois. Ils paraissaient avoir été déposés pour abriter pendant un temps plus ou moins long des familles entières ». Les souterrains sont, selon ses propos, des lieux à l’écart de toute zone habitée, dans la forêt. Ces interprétations ont longtemps servi de référence dans le domaine, et ont laissé une empreinte dans la pensée collective actuelle. Des publications générales sont également rédigées à cette même période. Adrien Blanchet publie un ouvrage recensant les souterrains refuges de France en 1923. Avec cet inventaire, il propage l’idée de fonction de cachette pour les souterrains : « On imagine aisément, et même en pleine campagne, des humains, en des temps de grande insécurité, mus par la peur et sujets à la panique, cherchant asile au moins provisoire dans de telles galeries aux entrées dissimulées ». Ces interprétations arbitraires de fonction de refuge ne sont plus de mise aujourd’hui, mais le travail d’Adrien Blanchet, et des précurseurs dans le domaine de manière générale, a pour mérite de regrouper les attestations de cavités dans toute la France.

Les années 1970 marquent un tournant pour l’étude des structures souterraines. Comme pour l’archéologie de manière générale, de nouveaux moyens et méthodes sont à présent disponibles. Les interprétations qui en découlent sont plus logiques et plus actuelles. Des chercheurs s’attardent, de nouveau par région, à l’étude et au recensement des structures souterraines. Depuis les années 1980, de nombreuses constructions s’implantent sur des terrains vierges et sont précédées par les fouilles préventives grâce auxquelles nous devons bon nombre de connaissances de sites avec présence de souterrains. Ces fouilles préventives montrent que les souterrains ne sont pas des structures en marge des habitations. Au contraire, elles mettent en évidence les liens avec la surface et les structures qui y sont associées. Ces souterrains ont donc un rôle en relation avec l’élément de surface connecté.

Grâce à l’intérêt récent porté à l’étude de la zone de surface associée au souterrain, la réflexion sur la structure souterraine prend en compte plus de critères. En élargissant l’étude du souterrain aux éléments qui lui sont associés, nous pouvons analyser les logiques d’implantation. S’attarder sur le bâtiment ou la zone qui jouxte l’entrée du souterrain, c’est comprendre à quoi le souterrain était lié. A ce titre, nous pouvons dire que la majorité des souterrains en milieu rural sont rattachés à des bâtiments domestiques de surface. Ces éléments de surface associés sont de différents types : habitat, annexe agricole, fond de cabane à vocation artisanale, aire d’ensilage pour le stockage etc. Ces divers espaces, par leur fonction, permettent de préciser le rôle supposé des structures souterraines : une annexe fonctionnelle aux espaces domestiques de surface.

Jeanne-Flore Collon

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search