Conférence de la SAO par Thierry Grégor et Daniel Morleghem : « De l’extraction à la taille : Nouvelles données pétrographiques et techniques concernant les sarcophages de pierre du baptistère Saint-Jean à Poitiers » – 19 janvier 2022 [compte-rendu]

La collection de sarcophages conservée au musée lapidaire du baptistère Saint-Jean de Poitiers fait actuellement l’objet d’un réexamen pluridisciplinaire sous la direction d’Anne Flammin. Le nouveau regard porté sur le classement typologique préalablement établi donnera matière à une publication actualisant l’étude de 1994, dans la Revue Historique du Centre-Ouest de la Société des Antiquaires de l’Ouest (SAO). Dans ce cadre, la SAO a organisé une conférence le 19 janvier 2022 tenue par Thierry Grégor (UMR 7392 CESCM) et Daniel Morleghem (UMR 7324 Citeres-LAT) avec pour titre « De l’extraction à la taille : nouvelles données pétrographiques et techniques concernant les sarcophages de pierre du baptistère Saint-Jean à Poitiers ». Docteur de l’Université de Poitiers et tailleur de pierre de formation, Thierry Gregor a étudié les techniques épigraphiques dans le cadre d’une thèse soutenue en 2023 intitulée Étude technique des inscriptions médiévales en Poitou-Charentes. Daniel Morleghem, rattaché au laboratoire Citeres-LAT de Tours, est pour sa part l’auteur d’une thèse dédiée à la Production et diffusion des sarcophages de pierre de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans le Sud du Bassin parisien, soutenue à Tours sous la direction de Jacques Seigne. Spécialisé dans les carrières de sarcophages, il a notamment étudié et fouillé celle de Pied Griffé située dans la Vienne, en reprenant à partir de 2010 les investigations de Claude Lorenz. Les deux conférenciers sont ainsi les plus à même de s’intéresser au mode opératoire selon l’œil du carrier et du tailleur de pierre.

Les archéologues comme les historiens s’accordent à reconnaître dans le baptistère Saint-Jean de Poitiers, « l’un des spécimens les plus intéressants de l’architecture chrétienne des premiers siècles de la Gaule »1 ; nombreux sont ceux le considérant comme « la plus ancienne église de France »2. Malgré les diverses études menées à son sujet et une dizaine d’années de fouilles conduites notamment par le Père Camille de La Croix jusqu’au sol vierge, sa datation demeure approximative. Selon François Eygun, « dater du VIIe siècle la construction d’un baptistère par immersion alimenté par un aqueduc au niveau de la cathédrale est un non-sens anachronique. La date du IVe siècle entre la paix de l’Église et l’invasion wisigothe n’est même pas une hypothèse, c’est une nécessité inéluctable fondée non sur des sentiments, mais sur des faits matériels précis et incontestables qu’on ne saurait éluder »3.

En 1884, l’État met l’édifice à la disposition de la SAO pour y créer un musée lapidaire. Le Père de La Croix profite de l’occasion pour y installer une importante collection de sarcophages mérovingiens recueillis, entre autres, dans les nécropoles d’Antigny, de Saint-Pierre-les-Églises, de Civaux, de Béruges et de Poitiers, mais également de Breuil-Mingot, de Rom, de Savigné et de Saint-Pierre-de-Maillé. Ainsi, une centaine de couvercles et de cuves de sarcophages trapézoïdaux y sont présentés au public. Produits dans la région, les sarcophages révèlent, à qui sait l’observer, des traces d’outils ayant servi à extraire le bloc de carrière puis à le tailler, pour donner forme à un couvercle ou à une cuve. Rares sont ceux non revêtus d’un décor sculpté, qu’il soit simple tel le décor à trois traverses, ou plus complexes avec des motifs géométriques, végétaux ou zoomorphes gravés en méplat. La conférence a pour objectif de questionner la chaîne opératoire, en restituant les informations propres à l’économie des sarcophages, tout en interrogeant et révélant les indices d’un travail brut d’extraction ou de retaille.

Sarcophages exposés au baptistère Saint-Jean de Poitiers. Crédit photo : Marie-Amélie Lamy

Comme le rappelle Daniel Morleghem, la carrière de Pied Griffé, située à Saint-Pierre-de-Maillé, à 2,5 km de la confluence entre l’Anglin et la Gartempe, est datée d’entre le milieu et la fin du Ve siècle. Bien étudiée, elle figure parmi les rares à avoir été fouillées entièrement en France, toutes époques confondues, apportant une connaissance plus approfondie sur les sites d’extraction, une problématique encore aujourd’hui difficilement cernée. L’étude des fronts de taille et du canevas4 au sol, au même titre que la sédimentation laisse à envisager une stratégie d’exploitation particulière, interrogeant la notion d’artisanat. L’atelier de production y est, en effet, structuré tandis que celui d’un potentiel sculpteur est envisagé. L’organisation et la disposition des déchets de taille, générant des remblais, ainsi que le canevas, permettent de restituer la chronologie d’extraction. Des murs de soutènement sont disposés afin de retenir et de stocker les déchets issus de l’extraction en cours, en plus de libérer de l’espace. Faute de place, nombreuses sont les quantités de déchets entassés à l’extérieur de la carrière, hormis les plus gros blocs laissés à l’intérieur du fait de leur poids. Il est ainsi possible d’étudier les traces d’outils laissés sur ces gros blocs et par extension de les restituer dans la chaîne d’extraction voire de taille.

Il faut noter que le substrat rocheux possède des défauts et des qualités aléatoires impactant la typologie même des blocs extraits. Ces ratés de taille, laissés à l’abandon à même la carrière ou remployés pour former des murs en pierre sèche, ont été minutieusement récupérés et stockés afin de les étudier en post-fouille. En les mettant en parallèle de la sédimentation associée, l’observation des traces anthropiques permet de restituer l’outil utilisé et l’étape de la chaîne opératoire, tel un angle de cuve en cours d’évidement. Ainsi, la fouille de 2020 de la carrière a mis au jour un bloc en cours d’extraction ainsi qu’un couvercle en cours de taille. Du fait de la nature aléatoire de la roche et des accidents possibles au cours de la chaîne opératoire jusqu’au transport, il n’est pas rare que l’opération échoue laissant un bloc inexploitable pour fabriquer un couvercle ou une cuve de sarcophage pour adulte. Généralement, et sans laisser de trace, ces ratés sont réutilisés et adaptés à un module pour enfant. Cependant, la carrière de Pied Griffé a livré le premier négatif d’extraction d’un sarcophage d’enfant connu en France, dans un emplacement isolé, stratégique et adapté de la zone d’exploitation.

Thierry Grégor revient pour sa part sur le travail et le geste du tailleur de pierre. Un débat se joue entre le travail du carrier et du tailleur, les deux utilisant généralement les mêmes outils soit le pic ou la polka5. Pour fabriquer une cuve, le tailleur utilise la polka pour l’évider puis se place à l’intérieur afin d’en redresser les montants, soit un pied à l’intérieur et l’autre à l’extérieur. La polka est adaptée pour ce type d’effort étant mixte avec ses deux parties actives ; celle perpendiculaire au manche sert à creuser tandis que celle parallèle à ce dernier est pratique pour modeler les parois. En général, le travail du carrier se limite au travail brut d’extraction. La présence de cupules liées à l’usage d’un taillant témoigne d’une reprise de taille du bloc à l’intérieur même de la carrière afin de le tailler. Quand le couvercle est réalisé, il fait souvent l’objet d’un décor dont les traces permettent de restituer l’outil utilisé. Pour cette étape de l’économie des sarcophages, un outil à percussion posée avec percuteur est utilisé afin de générer des sillons, telle la broche. Le ciseau avec ou sans percuteur est remarquable ; en raclant, il permet de lisser la surface. La gradine, rare pour la période mérovingienne, est un ciseau avec dents. Seule une cuve du Baptistère porte des traces de son utilisation, à se demander s’il s’agit d’un vestige antique. La cuve est arrondie ce qui fait pencher vers une datation située vers l’Antiquité tardive. Au-delà du décor, les sarcophages peuvent faire l’objet de gravures. La lettre est un outil qu’on ne rencontre que peu ou plus du tout. La broche permet de faire des points droits, tandis que le ciseau tenu de biais et en avancé permet de graver en V. La gravure en creux carré requiert un gravelet, qui ne fonctionne toutefois pas très bien, ce qui peut nécessiter de gratter dans le fond du sillon en fin d’ouvrage. Elle est peu utilisée pour les lettres mais davantage pour le décor. La gravure en creux concave fait appel à un gravelet à bout rond. L’avantage est d’aider à former l’arrondi du S.

Les sarcophages provenant de nombreuses carrières, les études pétrographiques s’avèrent utiles pour suivre l’évolution économique des sarcophages dans les nécropoles, comme l’explique par Daniel Morleghem. À titre d’exemple, 150 échantillons ont été prélevés sur des cuves et des couvercles de sarcophage du département de la Vienne afin de voir si certains correspondaient au calcaire oolithique de Chauvigny, dont aucune carrière n’est à ce jour attestée. Une vingtaine de sites ont matché avec l’échantillon de référence soit une répartition en trois ensembles : dans la vallée du Clain, à Poitiers et dans les environs proches ainsi qu’à Vivonne ; dans la vallée de la Vienne, entre Vouneuil-sur-Vienne et Lussac-les-Châteaux ; et dans les environs d’Antigny. Cette approche scientifique permet d’apporter matière à réfléchir sur les problématiques d’approvisionnement, les raisons, les routes et les moyens employés (chariot, bateau). En définitive, l’étude technique des sarcophages est susceptible d’apporter un riche panorama de réponses concernant les sarcophages réunis dans le baptistère Saint-Jean de Poitiers.

Marie-Amélie Lamy, Master 1, 2021-2022

  1. Congrès archéologique de France, session tenue à Angoulême en 1912, Paris, 1913, p.243. []
  2. ENLART Camille, Manuel d’archéologie française, tome I, Paris, 1902, p.105. []
  3. EYGUN François, « Réflexions sur les monuments mérovingiens de Poitiers. La datation du Baptistère Saint-Jean », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e s., t. 9, Poitiers, 1968, p. 402. []
  4. Canevas d’extraction : maille du réseau des tranchées d’extraction ; il détermine sur le sol de carrière la position des blocs à extraire en fonction des caractéristiques de la commande et de l’orientation des faiblesses naturelles de la roche. []
  5. Polka : outil à percussion lancée directe possédant deux tranchants, l’un parallèle au manche tandis que l’autre est perpendiculaire. []

L’apport des caves à la connaissance de la dynamique urbaine, d’Orléans à Poitiers

Animé, entre autres, par Clément Alix et porté par le pôle d’archéologie de la ville d’Orléans, le programme de recherche SICAVOR (Système d’Information Contextuel sur les Caves et Cavités d’Orléans) est dédié à l’étude du sous-sol orléanais. En charge des études d’archéologie du bâti au sein du service municipal, Clément Alix est le plus à même de rendre compte de la dynamique urbaine passée. Travaillant depuis les années 2000 sur l’architecture civile de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, notamment à Orléans, il est également l’un des initiateurs de la recherche sur les espaces souterrains. Avec le soutien de Lucie Gaugain et d’Alain Salamagne, il a organisé le colloque Caves et celliers du Moyen Âge à l’époque moderne, du 4 au 6 octobre 2017 à Tours.

Espaces souvent et longtemps écartés ou bien oubliés des études de bâti, les caves sont pourtant riches de renseignements. Selon la définition donnée par Eugène Viollet-le-Duc dans son Dictionnaire de l’architecture médiévale, la cave s’entend comme un « étage souterrain voûté, pratiqué sous le rez-de-chaussée des habitations ». Or, d’une part la voûte ou les éléments de décor ont longtemps prévalu dans les études, qui laissaient de côté l’aspect fonctionnel; d’autre part, les caves anciennes pouvaient aussi bien être plafonnées.

Si les caves se prêtent bien à la conservation et au stockage des aliments ou de marchandises cela est dû au maintien d’une température constante à l’année. Elles recèlent donc un potentiel intéressant du point de vue des données archéologiques relatives aux denrées et autres matières conservées. Ne serait-ce que de ce point de vue, les caves constituent donc un support loin d’être inintéressant. Souvent entendues comme structures primitives, les caves sont par ailleurs susceptibles de révéler l’état originel de l’habitat et de la parcelle. Elles constituent ainsi une source essentielle en termes d’information pour rendre compte de l’architecture domestique et de l’évolution du tissu urbain, quand bien même elles ont longtemps été sous-estimées et sous-exploitées. Leur étude nécessite cependant d’être appréhendée dans une approche globale, archéologique comme historique. Dans le prolongement ou non de l’habitat, les caves constituent des témoins figurant parmi les moins perturbés par l’évolution du bâti, et livrent de nombreux indices chronologiques et fonctionnels renseignant sur le bâtiment, ses occupants, ses rapports à la voirie et au tissu urbain. Ainsi leur étude et leur cartographie aident à la compréhension de la dynamique urbaine.

Conscient de l’intérêt présenté par les caves, le programme de recherche SICAVOR mène une prospection thématique pluriannuelle sur la ville « intra-muros », protégée par sa dernière enceinte (fin XVe – début XVIe siècle). Cette surface est sujette à une étude d’inventaire systématique des caves et autres cavités souterraines. Par le biais d’une analyse historique et architecturale des sous-sols, la finalité est d’inventorier les trames urbaines anciennes, des espaces civils aux espaces artisanaux. La collaboration interdisciplinaire est centrale dans cette approche croisée. Elle vise aussi à établir une méthodologie référentielle qui lie différents domaines (historique, archéologique, architectural, urbanistique et géologique). Le récollement archivistique, cartographique et bibliographique relève de l’axe historique et documentaire, tandis que les visites de caves nourrissent l’aspect archéologique. L’analyse chrono-typologique tient de l’enregistrement de terrain, en plus d’analyser les techniques de construction et leurs relations avec le bâti en élévation. Pour ce faire, des croquis et des relevés manuels sont effectués lors des visites. L’ensemble des données sont rassemblées dans une base de données informative et cartographique, soit un système d’information géographique (SIG).

Trois objectifs majeurs découlent de cette méthode d’approche. Le premier est de développer l’archéologie de l’habitat et de l’espace urbain. Il est ensuite question de générer une chrono-typologie des cavités. Enfin, le projet revêt un aspect préventif en recensant et détectant les cavités à risque. Dans le cadre de travaux universitaires réalisés en 2004, une rue a fait l’objet d’une prospection systématique. Plus de 200 caves de la ville sont venues compléter ce premier échantillon, dont presque la moitié présentent des vestiges du XIIe au début du XVe siècle, selon le rapport des études croisées. Le programme SICAVOR montre ainsi l’importance de militer pour des travaux réellement pluridisciplinaires nécessitant la mise en œuvre de véritables équipes de chercheurs. 

Dans le cadre du programme collectif de recherche monté en 2019 sous l’impulsion de Nicolas Prouteau et de Claude Andrault-Schmitt, et dédié au Palais comtal de Poitiers et ses abords entre le IXe et le XVIe siècle, l’intérêt d’étudier les caves du quartier a été soulevé, puis entrepris à l’automne 2021. La prospection thématique concernant l’ensemble du quartier palatial est placée sous la responsabilité de Christophe Belliard, archéologue municipal, tandis que la partie orientale a fait l’objet d’un mémoire de Master par nos soins. Les travaux thématiques entrepris dans d’autres villes ont été des exempla fondamentaux, les fondations mêmes de la méthodologie de recherche poitevine. C’est particulièrement le cas des programmes de recherche SICAVOR sur Orléans et ALPAGE (Analyse diachronique de l’espace urbain Parisien : approche géomatique).

Photographie d’une des caves prospectées dans le quartier du Palais de Poitiers. Crédit photo : Marie-Amélie LAMY

Assis sur un promontoire calcaire délimité par les vallées du Clain et de la Boivre, le sous-sol de la ville de Poitiers est de type Karst, accidenté par des diaclases d’argile sableuse rouge-orangée. Le socle calcaire est modelé par des formations Bathoniennes et Bajociennes du Jurassique moyen, reconnaissables à leur texture graveleuse avec incrustations de silex dispersés en banc – une particularité du plateau observable dans certaines caves, excavées dans le substrat rocheux en l’occurrence. C’est donc sur cet éperon rocheux en forme de spatule que la ville antique de Poitiers, Lemonum, s’est développée, l’ensemble bâti couvrant le plateau dès les années 50 de notre ère. Si le développement de la ville médiévale, puis moderne, a progressivement balayé les vestiges antiques, il n’en reste pas moins que le sous-sol témoigne encore de leur existence.

Depuis les antiquaires et les premiers archéologues du XIXe siècle, une série de travaux a permis de mieux documenter la ville dans tous ses états. On peut mentionner ceux de Bélisaire Ledain visant à retracer l’enceinte antique, avec les premières opérations de sauvetage et chantiers d’archéologie préventive à partir du dernier quart du XXe siècle ; ou encore certains travaux universitaires à l’image du mémoire dédié par Laëtitia Maguier au quartier de la Chaîne en 2013, sous la direction de Luc Bourgeois. Au début du XXe siècle, les fouilles du père Camille de La Croix ont ainsi mis en évidence un passé antique dans l’actuel square Jeanne d’Arc, avec des boutiques détruites pour ériger l’enceinte antique sur laquelle le Palais prend lui-même appui. Si les origines et l’état primitif du palais restent en suspens, il est certain qu’au Xe siècle le palais était déjà une résidence des comtes de Poitou et duc d’Aquitaine. Les sources rattachent sa construction à la lignée des Guillaume. Il subit ensuite des transformations entre le XIe et le XIIIe siècle, puis sous Jean de Berry au XIVe siècle. La connaissance et l’articulation des monuments aujourd’hui disparus, et qui intègrent pleinement la dynamique des abords du Palais, restent à étudier, au même titre que son quartier pour une connaissance globale de ce dernier.

La prospection thématique des caves du quartier oriental du palais comtal est une approche de la topographie urbaine et du contexte archéologique qui a pour objectif de restituer l’évolution et le statut du quartier de l’Antiquité au Moyen Âge grâce aux plans, aux relevés et à la cartographie des structures rencontrées. L’ensemble est mis en perspective avec les données existantes, ou issues du dépouillement archivistique concernant la trame urbaine. De nombreuses interrogations demeurent, en effet, sur l’évolution du quartier du palais, un constat qui stimule l’intérêt de la démarche. Hormis la prospection menée par Alexis Guerraud dans le cadre de son mémoire, et concernant les réemplois de l’enceinte antique, le secteur reste guère étudié. Seules de rares études de bâti éparses effectuées lors d’opérations d’archéologie préventive sont à mentionner. À titre d’exemple, il est notamment possible d’évoquer l’opération de l’Inrap dirigée par Frédéric Gerber en 2019 concernant l’hôtel Claveurier, au 11, rue Charles de Gaulle, ou encore celle de Fabrice Mandon d’Atemporelle dédiée à l’étude et au relevé des vestiges du Pont du Palais, situés au 10, rue du Marché.

À terme, l’objectif de cette démarche systématique d’inventaire est de mener à une analyse parcellaire. Il est aussi question de rendre compte de monuments aujourd’hui disparus, et de leur articulation réciproque. Il est opportun de rappeler la dynamique qui se joue possiblement entre l’église de Notre-Dame-la-Petite, peu documentée et aujourd’hui disparue, mais anciennement située à l’angle des rues du Marché et de la Cathédrale, le Pont du palais et la chapelle palatiale dite de Saint-Vivien. Concernant la nature des espaces religieux à l’intérieur ou à l’extérieur du palais avant le milieu du XIIe siècle, la question reste en suspens. Avant 1146, la seule mention d’une chapelle palatiale concerne celle de Notre-Dame-du-Palais, Sancte Marie de Aula, donnée en 1083 à l’abbaye de Montierneuf, et qui devient par la suite l’église paroissiale de Notre-Dame-la-Petite, détruite et transformée en boucherie en 1805. La chapelle Saint-Vivien du Palais est pour sa part mentionnée à partir de 1146, mais sa date de fondation reste inconnue, tandis qu’elle est détruite en 1825. Ce côté oriental est donc un secteur clé, où se trouve la principale entrée du palais, lui-même ceint de fossés enjambés par un pont du XIIe siècle. À partir du XVIe siècle, des maisons se sont installées dans le fossé qui avait été loti dès la fin du XIIIe siècle, et dont l’empreinte s’est cristallisée dans le parcellaire actuel avec son tracé circulaire. L’objectif sera aussi, à terme, d’affirmer ou d’infirmer l’hypothèse de Luc Bourgeois avançant l’existence d’une basse-cour dans l’emprise du secteur d’étude. Ce cadre de recherche est donc clé dans la compréhension du palais, de son entrée et de son rapport avec ses abords.

Marie-Amélie Lamy, Master 1, 2021-2022

Bibliographie indicative :

ALIX Clément, BARRAY Caroline, COURTOIS Julien, FERNANDEZ Mathieu, PHILIPPE Michel, SICAVOR : Système d’Information Contextuel sur les Caves d’Orléans, rapport de prospection thématique pluriannuelle, Orléans, SAMO/SRA Centre, 2015.

ALIX Clément, MORLEGHEM Daniel, « Les caves d’Orléans : Apports de la recherche SICAVOR », ALIX Clément (dir.) et al., Caves et celliers dans l’Europe médiévale et moderne, Tours, Presses universitaires François-Rabelais de Tours, 2019.

FAVREAU Robert, Histoire de Poitiers, Toulouse, Privat, 1985.

HAMON Étienne, BÉGHIN Mathieu, SKUPIEN Raphaële, Formes de la maison : entre Touraine et Flandre, du Moyen Âge aux temps modernes, actes du colloque d’Amiens, 26-27 mai 2016, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2020.

PROUTEAU Nicolas, ANDRAULT-SCHMITT Claude, Le palais comtal de Poitiers et ses abords (IXe -XVIs.), rapport d’année probatoire de PCR et de fouille programmée 2019, Rapport d’année probatoire de PCR, Poitiers, CESCM, 2020.

Réflexions autour de la symbolique de la lumière dans les édifices religieux

“Travailler un sujet de recherche centré sur les fenêtres médiévales permet d’approcher différentes thématiques allant de l’étude architecturale à l’étude du confort, du mobilier ou encore des modes de vie. Si certains champs n’apparaissent pas évidents au premier abord, il en est un, l’analyse de la lumière, qui fait immédiatement écho à la fonctionnalité de la fenêtre. Pourtant, étudier la lumière ne relève pas seulement de questionnements sur la notion d’éclairage ou d’une quantification du degré de luminosité d’une pièce.”

 

À la lecture d’auteurs médiévaux, la lumière devient un élément essentiel de la conception architecturale des édifices religieux. Elle semble même fasciner et donner toute leur spiritualité à ces lieux. Ainsi, Venance FORTUNAT écrit-il, après que l’évêque Vital ait fondé un parvis en l’honneur de saint André : « La basilique majestueuse achevée avec une décoration de métal massif étincelle (…). Le lieu lui-même baigné d’une lumière sans fin invite la divinité à entrer dans sa maison d’un pas tranquille et plein d’amour (v.9-14). »1.

L’auteur caractérise la basilique par la lumière qui participe à sa majestuosité et en fait la maison de la divinité. Il faut souligner que Venance FORTUNAT met régulièrement la pénétration de la lumière dans les lieux de cultes au cœur des descriptions qu’il fait de ces édifices. Elle est rarement traitée d’un point de vue architectural mais régulièrement par le prisme du symbolique. Comme l’écrit Luce PIETRI, « plus qu’une description concrète, importent aux écrivains le symbolisme des plans et des volumes, les figures qu’ils dessinent idéalement dans l’espace — en un mot, tout ce qui contribue à la naissance d’un élan religieux (…). »2.

Choisir le terme de « naissance » pour qualifier ce qui importe aux écrivains est particulièrement pertinent aux vues du symbole que porte la lumière dans la religion chrétienne. Après tout, la première parole de Dieu au moment de la création du ciel et de la terre dans la Genèse (1.3) n’est-elle pas « que la lumière soit et la lumière fut ! » ? La lumière a donné naissance à la terre et dans les propos de Venance FORTUNAT la lumière fait de la basilique la maison de Dieu. Elle pourrait alors symboliquement donner naissance au caractère sacré d’un lieu.

C’est aussi avec les épisodes religieux de l’annonciation que l’importance accordée à la lumière dans les édifices de culte s’entend. L’épisode de la conception virginale de Marie sert par exemple de comparaison à Venance FORTUNAT dans une de ses descriptions : « Plein de lumière, étincelant, la basilique est à l’image de Marie : celle-ci a contenu dans son sein la Lumière et celle-là retient le jour. »3.

 

La Vierge dans une église de Jan van Eyck (vers 1438-1440), collection gemäldegalerie, musée d’Etat de Berlin, numéro d’inventaire 525 C. Source : https://fr.wikipedia.org

 

La lumière n’est plus uniquement un moyen d’éclairer un édifice religieux, elle devient ce lien insécable qui relie Dieu au lieu de culte par l’intermédiaire des ouvertures. Les écrits médiévaux témoignent de cette importance accordée à la lumière. Le moine Goscelin DE SAINT-BERTIN affirme même que s’il le pouvait il ne permettrait pas la préservation d’édifices qui ne soient pas, entre autres, inondés de lumière.4.

Malgré la subjectivité des descriptions architecturales réalisées par les auteurs médiévaux, il n’en reste pas moins que ces textes et les symboles associés à la lumière renseignent sur la conception architecturale des édifices religieux. La lumière semble dessiner une ligne conductrice qui va de pair avec l’organisation interne du bâtiment. Nicolas REVEYRON souligne ainsi que l’abside, lieu de consécration des espèces, concentre l’éclairage alors que la nef apparaît plus sombre5. En analysant la symbolique de la lumière, il semble intéressant de comprendre comment les concepteurs d’édifices religieux ont valorisé cette matière impalpable pourtant importante et riche de sens.

                                                                                                                 Justine Rabin

  1. DELBEY Evrard, Venance Fortunat ou l’enchantement du monde, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2009, p.55. []
  2. MAYEUR Jean-Marie, PIETRI Luce, PIETRI Charles, VAUCHEZ André, VENARD Marc, (dir.), Histoire du christianisme, Les églises d’Orient et d’Occident (432-610), Paris : Desclée, 1998, Tome III, p. 1003. []
  3. Idem. []
  4. REVEYRON Nicolas, « Espace et lumière », dans BALCON-BERRY Sylvie, PERROT Françoise, SAPIN Christian, (dir.), Vitrail, verre et archéologie entre le Ve et XIIe siècle, Table ronde du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre (15-16 juin 2006), Paris : CTHS, 2009, p. 270. []
  5. REVEYRON Nicolas, « Les lumières de la ville médiévale. Essai sur la perception de la lumière architecturale dans le filtre de la ville » dans RETAILLAUD-BAJAC Emmanuelle, BECK Robert, KRAMPL Ulrike [dir], Les cinq sens de la ville du Moyen Âge à nos jours, Presses Universitaires François Rabelais, Tours, 2013, p.102. []

Les structures souterraines : du souterrain refuge à l’analyse fonctionnelle

Les catacombes de Saint-Calixte à Rome. Source : https://fr.wikipedia.org

Les structures souterraines ont depuis longtemps, et encore à ce jour, alimenté de nombreux fantasmes. Elles sont vues comme des lieux obscurs, éloignés de toutes zones de peuplement et dont les activités relèvent de pratiques illicites. Aussi, la notion de refuge pour la population en cas de danger est extrêmement présente dans la pensée collective. Par leur localisation sous terre, ces lieux sont associés à la notion de mystère. La curiosité humaine a poussé les érudits à les visiter, à réaliser des inventaires et des études.

L’engouement pour les structures souterraines, qu’elles soient localisées en contexte religieux, castral, rural ou non-identifié, a été précoce. Dès le XVIIIe siècle, des études d’intérêt local voire régional sont publiées. C’est un peu plus tardivement, au milieu du XIXe siècle, que les érudits révèlent des exemples de cavités anthropiques : les premiers véritables inventaires et publications voient le jour. Mais les analyses sont alors difficiles et la part d’interprétation conséquente. Elles ne sont à ce jour plus considérées comme « satisfaisantes », aux yeux de personnes averties. C’est également au XIXe siècle que des personnalités, telle que Le Touzé De Longuemar, s’intéressent aux structures souterraines du Poitou. Il publie ainsi en 1863 un ouvrage: Les souterrains-refuges dans l’ancien Poitou. Ses commentaires, aujourd’hui dépassés dans l’analyse, identifient ces lieux comme « ténébreux » et localisés « au milieu de terrains probablement recouverts autrefois de grands bois. Ils paraissaient avoir été déposés pour abriter pendant un temps plus ou moins long des familles entières ». Les souterrains sont, selon ses propos, des lieux à l’écart de toute zone habitée, dans la forêt. Ces interprétations ont longtemps servi de référence dans le domaine, et ont laissé une empreinte dans la pensée collective actuelle. Des publications générales sont également rédigées à cette même période. Adrien Blanchet publie un ouvrage recensant les souterrains refuges de France en 1923. Avec cet inventaire, il propage l’idée de fonction de cachette pour les souterrains : « On imagine aisément, et même en pleine campagne, des humains, en des temps de grande insécurité, mus par la peur et sujets à la panique, cherchant asile au moins provisoire dans de telles galeries aux entrées dissimulées ». Ces interprétations arbitraires de fonction de refuge ne sont plus de mise aujourd’hui, mais le travail d’Adrien Blanchet, et des précurseurs dans le domaine de manière générale, a pour mérite de regrouper les attestations de cavités dans toute la France.

Les années 1970 marquent un tournant pour l’étude des structures souterraines. Comme pour l’archéologie de manière générale, de nouveaux moyens et méthodes sont à présent disponibles. Les interprétations qui en découlent sont plus logiques et plus actuelles. Des chercheurs s’attardent, de nouveau par région, à l’étude et au recensement des structures souterraines. Depuis les années 1980, de nombreuses constructions s’implantent sur des terrains vierges et sont précédées par les fouilles préventives grâce auxquelles nous devons bon nombre de connaissances de sites avec présence de souterrains. Ces fouilles préventives montrent que les souterrains ne sont pas des structures en marge des habitations. Au contraire, elles mettent en évidence les liens avec la surface et les structures qui y sont associées. Ces souterrains ont donc un rôle en relation avec l’élément de surface connecté.

Grâce à l’intérêt récent porté à l’étude de la zone de surface associée au souterrain, la réflexion sur la structure souterraine prend en compte plus de critères. En élargissant l’étude du souterrain aux éléments qui lui sont associés, nous pouvons analyser les logiques d’implantation. S’attarder sur le bâtiment ou la zone qui jouxte l’entrée du souterrain, c’est comprendre à quoi le souterrain était lié. A ce titre, nous pouvons dire que la majorité des souterrains en milieu rural sont rattachés à des bâtiments domestiques de surface. Ces éléments de surface associés sont de différents types : habitat, annexe agricole, fond de cabane à vocation artisanale, aire d’ensilage pour le stockage etc. Ces divers espaces, par leur fonction, permettent de préciser le rôle supposé des structures souterraines : une annexe fonctionnelle aux espaces domestiques de surface.

Jeanne-Flore Collon

Castrum et castellum : le cas de Montignac-Charente

Montignac, la porte des halles, fin XIIe siècle.

Montignac-Charente, ou plus brièvement Montignac, est une commune du nord Charente d’environ 750 habitants. Entre 1020 et 1028, Guillaume IV Taillefer, comte d’Angoulême, décide d’abandonner son castrum d’Andone pour construire une nouvelle résidence à Montignac1, au bord de la Charente, où se croisent les voies gallo-romaines reliant Lyon à Saintes et Nantes à Périgueux.

Les termes et leurs définitions

Les sources médiévales mentionnent dans la grande majorité Montignac sous le terme de castrum, mais également sous le terme de castellum de façon bien moins systématique. Il est complexe de découvrir quelle est la réalité qui se cache derrière ces mots, que le terme de « château » ne permet pas d’appréhender totalement.

Parmi les sources abordant Montignac sur une période allant du XIe au XIIIe siècles, le terme de castrum est utilisé douze fois2, celui de castellum seulement trois3. Selon André Debord, castrum désignerait une fortification de grande taille, abritant des habitations, quand le castellum correspondrait plutôt au château proprement dit4. Il nuance tout de même ce propos en expliquant que dans la très grande majorité des cas les deux termes sont interchangeables, et peuvent désigner la même entité5. Pour étudier cette dichotomie, nous nous appuierons sur le cartulaire de l’abbaye de la Boixe6, qui contient sept mentions du château, constituées de quatre « castrum » et des trois « castellum ». « Castrum » est utilisé seul, en tant que lieu, comme dans la charte de fondation7, pour Foucaud de Cigogne qui est qualifié de « permanens in castro »8, et pour finir en 1207-1212, pour signaler une terre « inter Sanctum Amantium et castrum Montiniaci »9. Contrairement à celui de « castellum », qui est toujours utilisé en complément d’un nom, « ponte castelli»10, « domum pauperum castelli »11 et « portam castelli »12. En dehors de cette différence d’usage, il est impossible d’aller plus loin dans l’analyse et de dire quelle réalité physique se cache derrière « castrum » ou « castellum ». Nous avons choisi d’utiliser le terme castrum, son utilisation dans les textes médiévaux est majoritaire, pour désigner le château en tant que tel, sans avoir besoin d’y accoler un adjectif ou un complément.

La réalité matérielle

Comme vu précédemment, il n’est pas possible de préciser la forme que prennent les fortifications de Montignac en se basant seulement sur les sources textuelles, néanmoins, les vestiges sur place permettent de mieux appréhender ce point, brossons rapidement les principaux éléments médiévaux constituant Montignac.

Du premier castrum édifié par Guillaume IV rien n’est connu, et seule une motte placée en périphérie de l’enceinte castrale actuelle pourrait potentiellement correspondre à cette dernière, à moins qu’il ne s’agisse d’une occupation antérieure n’ayant pas laissé de traces textuelles. Il pourrait aussi très bien s’agir d’une installation plus tardive. L’actuel château occupe un éperon barré surplombant la Charente. Une enceinte fortifiée, de plan ovoïde constituée de pans rectilignes, installée directement sur le rocher, ceinture l’espace. Cette dernière est percée d’au moins deux portes, la porte des halles, et celle des champs. Celles-ci sont datées de la fin du XIIe ou début du XIIIe siècle, tout comme les tours semi-circulaires flanquant l’enceinte. Dans l’angle Nord-Est de l’enceinte une tour-maîtresse dite « romane » se dresse encore partiellement. De plan légèrement barlong, elle est rythmée de quatre contreforts sur les grands côtés, et trois sur les petits. En parallèle de l’évolution du château, un bourg se développe, entre l’éperon calcaire et la Charente. Le bourg de Montignac est mentionné pour la première fois en 1159-117113, mais existe très certainement bien avant, l’église paroissiale étant mentionnée dès le début du XIe siècle14. Aux XIIIe et XVe siècles on le retrouve sous la dénomination de villa15. Une enceinte urbaine, protégeant le bourg, est mentionnée pour la première fois dans le dernier quart du XIIIe siècle dans un hommage à l’évêque16, comme « clausuram murorum de Montiniaco », ou « mur de clôture de Montignac ». En 1446, les « murs de la ville » sont mentionnés au bord du Javard, où ils sont percés d’une porte nommée « porte Marotte », accompagnée d’un pont du même nom traversant le ruisseau, et sur lequel les habitants sont autorisés à construire des habitations17. Il ne reste à l’heure actuelle aucune trace de ces aménagements, et leur nature exacte, qu’il s’agisse d’une simple butte de terre ou de maçonneries plus ou moins importantes et inconnues.

Conclusion

Les termes de castrum et castellum restent donc flous, la réalité se cachant derrière ces termes est-elle abordable d’un point de vue factuel ? Cette dichotomie des sources textuelles n’en reste pas moins au plus haut point intéressante.

Si l’on applique de manière arbitraire les définitions données auparavant, les deux termes s’appliquent parfaitement à Montignac, où le château, dans son sens de « château fort », pourrait s’apparenter à « castellum », et celui de « ville fortifiée » à « castrum ». La réalité est toutefois toute autre, et appliquer de façon systématique cette traduction relève du non-sens.

Baptiste PELLETIER

Bibliographie :

Cartulaire de l’Abbaye de Saint-Amant-de-Boixe, publié par André Debord, Société Archéologique et Historique de la Charente, Poitiers, imprimerie Oudin-Beaulu, 1982.

Cartulaire de l’Abbaye Saint-Cybard, publié par Paul Lefrancq, Société
Archéologique et Historique de la Charente, Angoulême, imprimerie ouvrière, 1930.

Historia Pontificum et Comitum Engolismensium, publié par Jacques Bioussard., Edition critique, Paris, Librairie d’Argences, 1957

Debord, André. « Castrum et castellum chez Adémar de Chabannes » dans Archéologie médiévale, n°9, Caen, centre de recherches archéologiques médiévales, 1979.

Debord, André. La société laïque dans les pays de la Charente, Xe-XIIe siècles, Paris, Picard, 1984.

Debord, André. « Remarque sur la notion de bourg-castral » dans Annales du Midi, numéro thématique, Cadre de vie et société dans le midi médiéval ; hommage à Charles Higounet, 1990.

Inventaire des titres des terres et baronnies de Montignac-Charente
et Tourriers, 1743, J232-233, Archives départementales de la Charente, Angoulême

Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, publié par Jean Nanglard, dans Société
Archéologique et Historique de la Charente, Angoulême, L. COquemard, 1904.

Mesqui, Jean. Châteaux et enceinte fortifié de la France médiéval, de la défense à la résidence, Paris, Picard, 1991.

Rémy, Christian. « Les mots du château en Limousin, Périgord et Angoumois », dans Demeurer, défendre et paraitre, actes du colloque de Chauvigny, 14-16 juin 2012, Bourgeois, Luc. Rémy, Christian. (dir.), Chauvigny, Association des Publications Chauvunoise, 2014.

Liste des abréviations :

Cart. SAB : Cartulaire de Saint Amant de Boixe, édité par A. Débord, 1982.

Cart. ST Cyb : Cartulaire de Saint Cybard d’Angoulême, édité en 1930 par P. Lefrancq.

Hist. Pont. et Comi. Engo. : Historia Pontficum et comitium Engolismensium, édité par J. Bioussard, 1954.

  1. Cart. SAB n°2 (1020-1028). []
  2. Cart. SAB n°2 (1020-1028), idem n°115 (1020-1028), idem n°124 (1087-1099), idem n°288 (1207-1212) ; Livre des fiefs p.23, 33, 112, 114, 115, 141 ; Hist. Pont. et Comi. Engol. p.34-35 ; A. de Chabanne, p.260. []
  3. Cart. SAB n°50 (1156-1159), idem n°247 (1161-1182), idem n°254 (1146-1159). []
  4. A. Debord, 1984, p.126. []
  5. A. Debord, 1984, 9.126, et A. Debord, 1979, p.108-109. []
  6. Edité par André Debord, 1982. []
  7. Cart. SAB n°2 (1020-1028) et sa copie n°115. []
  8. Cart. SAB n°124 (1087-1099). []
  9. Cart. SAB n°288 (1207-1212). []
  10. Cart. SAB n°50 (1156-1159). []
  11. Cart. SAB n°247 (1161-1182). []
  12. Cart. SAB n°254 (1146-1159). []
  13. « burgo Montiniaco » St Cyb. N°240 (1159-1171). []
  14. Cart. SAB n°2 (1020-1028) ; au sujet de l’église, voir ci-dessous. []
  15. Livre des fiefs, p.59, 115 et 196. []
  16. Livre des fiefs, p.118., av.1296. []
  17. Inventaire des titres de la baronnie, Liasse n°9, n°1, 14 septembre 1446. []

Opération de prospection archéologique à Cayola

Définition et intérêt de cette opération archéologique


Sous la direction de M. Nicolas Prouteau, six étudiants de l’université de Poitiers (du master 1 au doctorat) ont participé à une prospection thématique ayant eu lieu du 28 septembre au 4 novembre dans la baie de Cayola (Vendée).

  • Qu’est-ce que la prospection ?

La prospection est une méthode d’investigation archéologique. Méconnue du grand public, elle constitue l’un des principaux moyens de découvrir des sites archéologiques. Il existe plusieurs techniques de prospections, qui font appel à des moyens et des méthodes variés. Celle que nous allons aborder dans cet article est la prospection pédestre.

La prospection nécessite un travail en amont de cartographie à l’aide de différentes cartes actuelles et anciennes (carte IGN, cadastre, carte d’état-major…), cela permet de repérer avant le travail de terrain les configurations topographiques susceptibles de correspondre à des lieux d’implantations humaines. Pour cela, différents éléments sont pris en compte ; le relief, la présence de cours d’eau, l’exposition, ainsi que la fonction des sites à proximité (habitat, défense, production artisanale…) et leur chronologie, qui vont être influencés par les modalités d’installation.

Comme toute opération archéologique, la prospection est issue d’une problématique de recherche, dont le travail de terrain permet de confirmer ou d’infirmer les différentes hypothèses. Elle consiste à arpenter les zones que l’archéologue a préalablement repérées. Une équipe va donc arpenter des bois, des champs, ou encore des jardins privés, à la recherche de structures, situées au-dessus du sol (fossés, talus, tumulus…), ou de mobilier archéologique. Les champs labourés sont plus susceptibles de révéler du mobilier, car la terre retournée permet de faire remonter des tessons de céramiques, des moellons de pierre, etc. Les taupes peuvent être d’une grande aide dans ce genre de contexte.

Ce type de prospection s’effectue généralement d’octobre à mars, au moment où la végétation est moins développée, et les cultures justes semées. La prospection pédestre est plus limitée dans les zones boisées, car la densité des arbres rend la visibilité des reliefs difficile. C’est également le cas dans les champs non labourés, où le mobilier archéologique n’est pas remonté à la surface.

L’objectif de la prospection est de réunir le plus d’informations possible sur un site ou une zone précise. Cela inclut une localisation précise du site et/ou des vestiges, l’état de conservation ou encore la chronologie.
A la suite de la prospection, l’archéologue doit rendre un rapport qui synthétise l’ensemble des informations qu’il a réunies.

  • La prospection de Cayola.

La prospection ayant eu lieu à Cayola (Vendée) prend place dans un programme de recherche centré sur le château de Talmont Saint-Hilaire.

L’objectif était de confirmer et préciser l’emplacement d’un relais de chasse construit par Richard Cœur de Lion, alors comte de Poitou et duc d’Aquitaine, dont certains textes font mention, en lien avec l’étude archéozoologique du mobilier de Talmont ayant permis d’identifier des restes fauniques de daims.

Il s’agissait également de mieux appréhender l’environnement du château tout en évaluant le potentiel archéologique de la zone autour de la baie de Cayola.

Cette dernière et les terres qui l’entourent forment un ensemble relativement sauvage, à l’exception d’un lotissement, laissant un large espace préservé à prospecter.

Sous ce couvert végétal, de nombreuses traces anthropiques ont été découvertes (enclos fossoyés, talus, céramiques), cela a permis de confirmer des hypothèses d’occupation humaine médiévale à certains endroits de la zone et d’approfondir la connaissance de l’environnement du château de Talmont.

Comme dit ci-dessus, cette prospection donnera lieux à un rapport, détaillant plus amplement ces résultats et présentant le mobilier prélevé en surface.

  • La prospection : une opération archéologique à distinguer absolument du détectorisme.

Au même titre que les fouilles, la prospection archéologique est régie par un cadre légal précis. Il est absolument nécessaire de distinguer prospection archéologique et détectorisme.
Tel que le stipule l’article 531-3 du Code du Patrimoine, la prospection nécessite une autorisation donnée par le préfet de région. De plus, l’article R542-1 précise que l’usage de détecteurs de métaux dans le cadre d’une prospection archéologique légale, nécessite lui aussi une autorisation du préfet de région.

Article L531-1 :

« Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartenant à autrui des fouilles ou des sondages à l’effet de recherches de monuments ou d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation. La demande d’autorisation doit être adressée à l’autorité administrative. »

Ce rappel législatif est éminemment nécessaire : « détectorisme de loisir », « chasse aux trésors », autant de termes recoupant des pratiques illégales mettant à mal l’archéologie et le patrimoine. En effet, l’archéologie répond à des obligations : des obligations de protection et de conservation du mobilier archéologique, et des obligations de diffusion – toute fouille, toute prospection donne lieu à un rapport. Ces obligations sont des garants de l’intégrité du patrimoine en tant que bien commun.

 

Baptiste Pelletier, Marianne Brisebourg, Mélany Lascoux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search