Conférence de la SAO par Thierry Grégor et Daniel Morleghem : « De l’extraction à la taille : Nouvelles données pétrographiques et techniques concernant les sarcophages de pierre du baptistère Saint-Jean à Poitiers » – 19 janvier 2022 [compte-rendu]

La collection de sarcophages conservée au musée lapidaire du baptistère Saint-Jean de Poitiers fait actuellement l’objet d’un réexamen pluridisciplinaire sous la direction d’Anne Flammin. Le nouveau regard porté sur le classement typologique préalablement établi donnera matière à une publication actualisant l’étude de 1994, dans la Revue Historique du Centre-Ouest de la Société des Antiquaires de l’Ouest (SAO). Dans ce cadre, la SAO a organisé une conférence le 19 janvier 2022 tenue par Thierry Grégor (UMR 7392 CESCM) et Daniel Morleghem (UMR 7324 Citeres-LAT) avec pour titre « De l’extraction à la taille : nouvelles données pétrographiques et techniques concernant les sarcophages de pierre du baptistère Saint-Jean à Poitiers ». Docteur de l’Université de Poitiers et tailleur de pierre de formation, Thierry Gregor a étudié les techniques épigraphiques dans le cadre d’une thèse soutenue en 2023 intitulée Étude technique des inscriptions médiévales en Poitou-Charentes. Daniel Morleghem, rattaché au laboratoire Citeres-LAT de Tours, est pour sa part l’auteur d’une thèse dédiée à la Production et diffusion des sarcophages de pierre de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans le Sud du Bassin parisien, soutenue à Tours sous la direction de Jacques Seigne. Spécialisé dans les carrières de sarcophages, il a notamment étudié et fouillé celle de Pied Griffé située dans la Vienne, en reprenant à partir de 2010 les investigations de Claude Lorenz. Les deux conférenciers sont ainsi les plus à même de s’intéresser au mode opératoire selon l’œil du carrier et du tailleur de pierre.

Les archéologues comme les historiens s’accordent à reconnaître dans le baptistère Saint-Jean de Poitiers, « l’un des spécimens les plus intéressants de l’architecture chrétienne des premiers siècles de la Gaule »1 ; nombreux sont ceux le considérant comme « la plus ancienne église de France »2. Malgré les diverses études menées à son sujet et une dizaine d’années de fouilles conduites notamment par le Père Camille de La Croix jusqu’au sol vierge, sa datation demeure approximative. Selon François Eygun, « dater du VIIe siècle la construction d’un baptistère par immersion alimenté par un aqueduc au niveau de la cathédrale est un non-sens anachronique. La date du IVe siècle entre la paix de l’Église et l’invasion wisigothe n’est même pas une hypothèse, c’est une nécessité inéluctable fondée non sur des sentiments, mais sur des faits matériels précis et incontestables qu’on ne saurait éluder »3.

En 1884, l’État met l’édifice à la disposition de la SAO pour y créer un musée lapidaire. Le Père de La Croix profite de l’occasion pour y installer une importante collection de sarcophages mérovingiens recueillis, entre autres, dans les nécropoles d’Antigny, de Saint-Pierre-les-Églises, de Civaux, de Béruges et de Poitiers, mais également de Breuil-Mingot, de Rom, de Savigné et de Saint-Pierre-de-Maillé. Ainsi, une centaine de couvercles et de cuves de sarcophages trapézoïdaux y sont présentés au public. Produits dans la région, les sarcophages révèlent, à qui sait l’observer, des traces d’outils ayant servi à extraire le bloc de carrière puis à le tailler, pour donner forme à un couvercle ou à une cuve. Rares sont ceux non revêtus d’un décor sculpté, qu’il soit simple tel le décor à trois traverses, ou plus complexes avec des motifs géométriques, végétaux ou zoomorphes gravés en méplat. La conférence a pour objectif de questionner la chaîne opératoire, en restituant les informations propres à l’économie des sarcophages, tout en interrogeant et révélant les indices d’un travail brut d’extraction ou de retaille.

Sarcophages exposés au baptistère Saint-Jean de Poitiers. Crédit photo : Marie-Amélie Lamy

Comme le rappelle Daniel Morleghem, la carrière de Pied Griffé, située à Saint-Pierre-de-Maillé, à 2,5 km de la confluence entre l’Anglin et la Gartempe, est datée d’entre le milieu et la fin du Ve siècle. Bien étudiée, elle figure parmi les rares à avoir été fouillées entièrement en France, toutes époques confondues, apportant une connaissance plus approfondie sur les sites d’extraction, une problématique encore aujourd’hui difficilement cernée. L’étude des fronts de taille et du canevas4 au sol, au même titre que la sédimentation laisse à envisager une stratégie d’exploitation particulière, interrogeant la notion d’artisanat. L’atelier de production y est, en effet, structuré tandis que celui d’un potentiel sculpteur est envisagé. L’organisation et la disposition des déchets de taille, générant des remblais, ainsi que le canevas, permettent de restituer la chronologie d’extraction. Des murs de soutènement sont disposés afin de retenir et de stocker les déchets issus de l’extraction en cours, en plus de libérer de l’espace. Faute de place, nombreuses sont les quantités de déchets entassés à l’extérieur de la carrière, hormis les plus gros blocs laissés à l’intérieur du fait de leur poids. Il est ainsi possible d’étudier les traces d’outils laissés sur ces gros blocs et par extension de les restituer dans la chaîne d’extraction voire de taille.

Il faut noter que le substrat rocheux possède des défauts et des qualités aléatoires impactant la typologie même des blocs extraits. Ces ratés de taille, laissés à l’abandon à même la carrière ou remployés pour former des murs en pierre sèche, ont été minutieusement récupérés et stockés afin de les étudier en post-fouille. En les mettant en parallèle de la sédimentation associée, l’observation des traces anthropiques permet de restituer l’outil utilisé et l’étape de la chaîne opératoire, tel un angle de cuve en cours d’évidement. Ainsi, la fouille de 2020 de la carrière a mis au jour un bloc en cours d’extraction ainsi qu’un couvercle en cours de taille. Du fait de la nature aléatoire de la roche et des accidents possibles au cours de la chaîne opératoire jusqu’au transport, il n’est pas rare que l’opération échoue laissant un bloc inexploitable pour fabriquer un couvercle ou une cuve de sarcophage pour adulte. Généralement, et sans laisser de trace, ces ratés sont réutilisés et adaptés à un module pour enfant. Cependant, la carrière de Pied Griffé a livré le premier négatif d’extraction d’un sarcophage d’enfant connu en France, dans un emplacement isolé, stratégique et adapté de la zone d’exploitation.

Thierry Grégor revient pour sa part sur le travail et le geste du tailleur de pierre. Un débat se joue entre le travail du carrier et du tailleur, les deux utilisant généralement les mêmes outils soit le pic ou la polka5. Pour fabriquer une cuve, le tailleur utilise la polka pour l’évider puis se place à l’intérieur afin d’en redresser les montants, soit un pied à l’intérieur et l’autre à l’extérieur. La polka est adaptée pour ce type d’effort étant mixte avec ses deux parties actives ; celle perpendiculaire au manche sert à creuser tandis que celle parallèle à ce dernier est pratique pour modeler les parois. En général, le travail du carrier se limite au travail brut d’extraction. La présence de cupules liées à l’usage d’un taillant témoigne d’une reprise de taille du bloc à l’intérieur même de la carrière afin de le tailler. Quand le couvercle est réalisé, il fait souvent l’objet d’un décor dont les traces permettent de restituer l’outil utilisé. Pour cette étape de l’économie des sarcophages, un outil à percussion posée avec percuteur est utilisé afin de générer des sillons, telle la broche. Le ciseau avec ou sans percuteur est remarquable ; en raclant, il permet de lisser la surface. La gradine, rare pour la période mérovingienne, est un ciseau avec dents. Seule une cuve du Baptistère porte des traces de son utilisation, à se demander s’il s’agit d’un vestige antique. La cuve est arrondie ce qui fait pencher vers une datation située vers l’Antiquité tardive. Au-delà du décor, les sarcophages peuvent faire l’objet de gravures. La lettre est un outil qu’on ne rencontre que peu ou plus du tout. La broche permet de faire des points droits, tandis que le ciseau tenu de biais et en avancé permet de graver en V. La gravure en creux carré requiert un gravelet, qui ne fonctionne toutefois pas très bien, ce qui peut nécessiter de gratter dans le fond du sillon en fin d’ouvrage. Elle est peu utilisée pour les lettres mais davantage pour le décor. La gravure en creux concave fait appel à un gravelet à bout rond. L’avantage est d’aider à former l’arrondi du S.

Les sarcophages provenant de nombreuses carrières, les études pétrographiques s’avèrent utiles pour suivre l’évolution économique des sarcophages dans les nécropoles, comme l’explique par Daniel Morleghem. À titre d’exemple, 150 échantillons ont été prélevés sur des cuves et des couvercles de sarcophage du département de la Vienne afin de voir si certains correspondaient au calcaire oolithique de Chauvigny, dont aucune carrière n’est à ce jour attestée. Une vingtaine de sites ont matché avec l’échantillon de référence soit une répartition en trois ensembles : dans la vallée du Clain, à Poitiers et dans les environs proches ainsi qu’à Vivonne ; dans la vallée de la Vienne, entre Vouneuil-sur-Vienne et Lussac-les-Châteaux ; et dans les environs d’Antigny. Cette approche scientifique permet d’apporter matière à réfléchir sur les problématiques d’approvisionnement, les raisons, les routes et les moyens employés (chariot, bateau). En définitive, l’étude technique des sarcophages est susceptible d’apporter un riche panorama de réponses concernant les sarcophages réunis dans le baptistère Saint-Jean de Poitiers.

Marie-Amélie Lamy, Master 1, 2021-2022

  1. Congrès archéologique de France, session tenue à Angoulême en 1912, Paris, 1913, p.243. []
  2. ENLART Camille, Manuel d’archéologie française, tome I, Paris, 1902, p.105. []
  3. EYGUN François, « Réflexions sur les monuments mérovingiens de Poitiers. La datation du Baptistère Saint-Jean », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e s., t. 9, Poitiers, 1968, p. 402. []
  4. Canevas d’extraction : maille du réseau des tranchées d’extraction ; il détermine sur le sol de carrière la position des blocs à extraire en fonction des caractéristiques de la commande et de l’orientation des faiblesses naturelles de la roche. []
  5. Polka : outil à percussion lancée directe possédant deux tranchants, l’un parallèle au manche tandis que l’autre est perpendiculaire. []

Conférence de Thomas Labbé sur les récits et les politiques de catastrophes du XIIe au XVIe siècle.

             Thomas Labbé nous a fait le plaisir de réaliser une conférence au CESCM et à l’Université de Poitiers sur les récits et politiques de catastrophes du XIIe au XVIe siècle. Il est chercheur associé au laboratoire ArTeHiS, spécialiste de l’histoire des catastrophes et de la perception de l’environnement au Moyen Âge et à la Renaissance ainsi que de l’histoire du climat entre le XIVe et le XIXe siècle.

 

             Pour introduire son propos, Thomas Labbé rappelle l’importance du récit en matière de catastrophes, à la fois comme lieu où la perception des catastrophes naturelles peut être saisie, mais en tant que lieu de leur mise en discours et de l’expression des sensibilités leur étant relatives. Les formes de sensibilité créent des formes spécifiques d’attentes auxquelles doivent répondre les politiques. Il donne en exemple l’évolution des sensibilités dans l’Europe occidentale et le fait que les victimes sont remises au centre des enjeux politiques avec notamment la canicule de 2003, qui peut être mise en lien avec le changement de gouvernement. Il rappelle également que la catastrophe de Lisbonne de 1755 voit apparaître la première politique compensatoire, puisque les seigneurs ont envoyé des vivres aux victimes. Avant cette date, il n’y avait pas de sensibilité politique, mais plutôt un rapport tragique aux catastrophes naturelles.

 

            Thomas Labbé rappelle ensuite la définition du terme de catastrophe : il s’agit d’un événement qui fait des victimes, qui dépasse le seuil d’acceptation de la société qui le subit, et qui exige une réaction. De nos jours, on définit une catastrophe par rapport au nombre de victimes. Le chercheur explique qu’aujourd’hui, la réaction est presque ritualisée : on donne sens à l’événement par le nombre des victimes, ensuite les autorités se déplacent et aident par une indemnisation des victimes, et enfin on commémore celles-ci. Cette compassion est pleinement révélatrice de l’époque moderne. Afin de renforcer cette idée, il cite Hannah Arendt (« L’histoire est là pour enseigner que la pitié n’est pas nécessaire la tragédie. ») et Didier Fassin (« La valorisation des victimes est récente car elle passe par un ressort qui n’est pas naturel, cette reconnaissance de la souffrance est pour tous devenue une injonction morale. »). Pour T. Labbé, les archives médiévales permettent de mettre à distance nos propres évidences contemporaines, car les sources sont éloignées de nous par le temps. Au Moyen Âge, les perspectives sont assez différentes par rapport à notre époque, puisque nous avons aujourd’hui un discours de sensibilité .

 

            Les sources qui peuvent être exploitées pour l’étude des catastrophes naturelles envisagent principalement des événements locaux : il s’agit de récits de chroniqueurs des XIIe-XVe siècles. Il les utilise car elles sont très abondantes. Ces chroniqueurs cherchent des explications dans diverses disciplines telles que l’astrologie : ils cherchent à appréhender l’ensemble des savoirs de leur temps pour expliquer les événements vécus. Thomas Labbé prend l’exemple de Matthieu Paris sur l’éboulement du mont Granier (un tremblement de terre provoqué par une tempête en Angleterre aurait entraîné ledit éboulement). Matthieu Paris y explique que toute catastrophe est liée au déluge biblique dont elle n’est qu’une répétition. De la même manière que lui, les autres chroniqueurs cherchent à identifier un signe divin dans la dimension sur-naturelle de certains événements, que les faits scientifiques ne peuvent suffire à expliquer. Ce sont d’ailleurs des termes relevant du religieux et du merveilleux qui font le champ sémantique de la catastrophe ; on ne parle de désastre qu’à la fin du XVIe siècle. Concernant le mont Granier, le chroniqueur rapporte le désordre causé par les Savoyards en Angleterre, qui serait la cause de la tempête anglaise qui a provoqué cet éboulement à proximité précisément des Savoyards. Thomas Labbé montre avec brio que le discours utilisé par les contemporains de ces catastrophes est un discours de raison et pas du tout comme aujourd’hui un discours de sensibilité.

Résultat de recherche d'images pour "éboulement du mont granier moyen age"Mont Granier

            Un autre constat possible réside dans l’absence de mention des victimes dans les sources médiévales. Selon l’exemple de T. Labbé, les morts de la peste sont peu documentés, alors qu’un tiers de la population mourut pendant l’épidémie : il s’agit d’un élément caractéristique de la pensée médiévale. Il prend l’exemple du tremblement de terre de Bâle de 1356 durant lequel 25 % de la ville est détruite, et qui est accompagné d’incendies et d’inondations. Dix-sept récits contemporains traitent de l’événement, mais seulement quatre mentionnent les victimes. Sur ces quatre mentions, un seul donne un chiffre crédible. Les autres donnent des chiffres, mais ceux-ci sont extravagants par rapport à la réalité. Les récits mentionnent bien les dégâts matériels mais pas les dégâts humains. Thomas Labbé émet une hypothèse : cela pourrait être un tabou biblique de dire le nombre de morts.

 

            L’historien s’intéresse aussi aux émotions des chroniqueurs et montre qu’un couple de sentiments majoritaire est formé par la peur et l’étonnement. Ainsi, en 1134, une inondation maritime a lieu en Flandres, et un chroniqueur écrit : « En voyant ces événements insolites et terribles, ils commencèrent à trembler en étant tout pâles de terreur. » Ceci est associé à la vision prodigieuse puisqu’au centre de la catastrophe c’est le dialogue entre Dieu et les Hommes. En effet la catastrophe est considérée comme une punition divine. La peur exprimée est alors la peur de Dieu . Il arrive d’ailleurs que les autorités réagissent par la mise en place de processions, qui ne sont cependant pas systématiques.

 

Le déluge, Maître de l’échevinage, Rouen, XVe siècle. BNF, CC BY-SA

 

            La catastrophe, selon Thomas Labbé est infamante et ce sont donc les victimes qui sont coupables. Il prend l’exemple de la lettre écrite par Robert d’Anjou aux habitants de suite au inondation de 1333. Par cette missive, il dit vouloir leur exprimer sa charité en leur faisant comprendre quelles ont été leurs fautes. Dans cet objectif, il leur expose tous les signes de dégradation morale ayant précédé la catastrophe et leur présente cette dernière comme une occasion pour eux de se purifier. Il utilise un autre exemple : pour Pétrarque, le pire acte qu’une victime puisse commettre, c’est de se lamenter. Il y a pourtant une évolution par rapport à cela, puisque le traité de Gianozzo Manetti de 1453 se termine par le décompte du nombre de victimes et la recension des dégâts matériels, village après village. Thomas Labbé pense qu’il s’agit du premier bilan humain, le nombre de ces bilans se multipliant ensuite au XVI siècle. On constate au même moment une évolution de l’usage du vocabulaire émotionnel convoqué dans les titres des occasionnels allemands et français relatifs aux inondations entre 1530 et 1610. Thomas Labbé nous montre un effacement progressif de la peur et du merveilleux pour arriver petit à petit à un vocabulaire de pitié. Cette lecture tragique est selon lui la conséquence de la relecture d’Aristote et prend petit à petit l’ascendant sur l’ancienne mentalité. Ce n’est donc plus l’étonnement mais les lamentations qui priment.

 

            Les catastrophes ne sont alors plus des signes, mais des désastres ouvrant la voie à une mise en place de politiques ad hoc. Par exemple, la ville de Tours met en place une aide d’urgence aux victimes au XVI siècle. En 1481, la ville paye pour la première fois afin de chercher les cadavres et d’aider les habitants à vider leurs maisons. En 1522, la ville souhaite aider les victimes et pour ce faire sollicite des dons et met en place une distribution de vivres. Des actions identiques sont mises en place en 1527 et 1586 : à cette dernière date, on trouve la chose totalement évidente. Les rédacteurs occasionnels commencent à mettre en évidence la visibilité et la réaction des autorités. Thomas Labbé explique que les victimes de catastrophe deviennent un point essentiel pour les autorités : à la Renaissance, on reprend les mentalités de l’Antiquité et les contemporains font une politique de compensasions. On réactualise les théories antiques en montrant que le prince doit aider pour être à la hauteur des catastrophes : il y a un basculement émotionnel majeur.

Thibaut Argoulon

La reine captive ? Les conditions de vie d’Ingeburge de Danemark en France 1193-1213 [compte-rendu]

           Thomas Heebøll-Holm, professeur adjoint au Centre for Medieval Literature d’Odense (Danemark), est reconnu pour ses travaux sur la piraterie et sur les relations diplomatiques entre la France et le Danemark au Moyen-Âge. Il promeut aussi le Centre for Medieval Literature, le CML, fondé en 2012 qui est financé par « La fondation Danoise pour la Recherche » jusqu’en 2022. Cette fondation organise deux grands colloques prochainement. Le premier se tiendra à l’institut Danois du 11 au 13 septembre 2019, le second en 2021 à Copenhague. Le 10 avril 2019, Thomas Heebøll-Holm a donné au CESCM de Poitiers, une conférence intitulée La reine captive ? Les conditions de vie d’Ingeburge de Danemark en France, 1193-1213. Cette étude aboutira prochainement à deux ouvrages, un premier à destination du grand public danois, et une version académique qui sera traduite en anglais.

            L’affaire Ingeburge, d’une grande complexité, connait une immense tradition historiographique danoise et française.  Thomas Heebøll-Holm, de son propre aveu, nous présente une esquisse simpliste et incertaine1. Pour déterminer l’isolement psychologique et les conditions de vie matérielle de la reine il propose deux types de sources. D’abord les échanges épistolaires entre les soutiens et les opposants d’Ingeburge, et entre la reine elle-même et le pape, qui contiennent tous de nombreux détails sur sa captivité ou sur son état d’esprit ; ensuite les comptes royaux de Philippe II, révélateurs pour certaines années du niveau de vie de la souveraine.

            Le 14 août 1193, après des négociations de mariage précipitées, l’ambassade danoise arrive avec la future reine Ingeburge. Elle se marie le jour même avec Philipe Auguste qui espère le soutien des Danois face à l’Angleterre. Le lendemain matin, il demande aux ambassadeurs danois de repartir avec la jeune souveraine. Il exige également de récupérer la dot d’un montant de dix mille marcs d’argent. À la suite du refus des ambassadeurs il envoie la jeune Ingeburge au prieuré de Saint-Maur. Le roi demande l’annulation du mariage en invoquant sa relation de parenté avec Ingeburge, dont il serait cousin au quatrième degré. Cette dernière fait alors recours auprès du pape Célestin III2 ; ce qui n’empêche pas son transfert à l’Abbaye Saint-Calixte de Cysoing. Les Danois démontrent que Ingeburge ne descend pas de Charles le Bon et le mariage n’est pas annulé. Malgré les protestations, Philipe Auguste épouse une princesse bavaroise du nom d’Agnès de Méranie en 1196 devant une assemblée de grands du royaume. La réaction du pape est immédiate. Il exige le renvoi de la nouvelle épouse et la soumission du roi à un concile. En 1198, le nouveau pape Innocent III3, désireux de réaffirmer le pouvoir pontifical et fermement opposé à cette bigamie, relance l’injonction. Devant l’absence de réaction de Philippe Auguste, le pape jette l’interdit sur le royaume de France et excommunie le roi en 1200. Ce dernier essaye de se réconcilier avec le pontife, qui accepte sous condition du renvoi d’Agnès de Méranie. Il exige également que le souverain se soumette au jugement d’un concile. Il souligne que le salut du peuple français dépend de leur réunion. L’année suivante, Agnès de Méranie meurt en donnant naissance à un fils, clôturant temporairement la crise. En 1205, le roi relance la procédure d’annulation en affirmant que le mariage n’a pas été consommé. Plusieurs raisons sont invoquées comme l’usage de sorcellerie causant l’impuissance du roi. Le roi se heurte à la résistance de la reine qui réussit à démontrer que le roi venait lui rendre visite dans les différents lieux où elle fut captive. Philippe Auguste finit par abandonner toute tentative après la mort de la « Dame d’Arras », la mère de son dernier enfant, en 12124. Il finit par rétablir le statut d’Ingeburge l’année suivante lors d’un concile à Soisson, après 19 ans de captivité.

           Le débat historiographique autour cette affaire oppose deux camps. Le premier met en avant le drame psychologique qu’a constitué cette affaire pour la reine Ingeburge. Le deuxième s’attarde sur les différents rouages juridiques qui sont actionnés au cours de l’affaire. Ils ont cependant en commun de dépeindre Ingeburge comme elle est présentée dans certaines sources, à savoir pieuse, naïve, passive, isolée, malheureuse et esseulée. Cependant ces descriptions médiévales de la reine ont surement peu à voir avec nos conceptions modernes de ces différents qualificatifs. Thomas Labbé rappelle dans ses travaux sur les catastrophes que la notion de victime au Moyen Âge n’est pas la même que la nôtre5.  Mr. Heebøll-Holm propose une approche plus pragmatique en recherchant la cause de la demande d’annulation plus que son déroulement. Il propose aussi d’interpréter l’ensemble de l’affaire Ingeburge sous l’angle du sentiment. Les sources émises par les partisans d’Ingeburge sont souvent imprégnées de pathos. On y trouve « un discours de faiblesse » pour attirer les sympathies, ce qui amène Thomas Heebøll-Holm à proposer l’approche de l’université de Francfort pour étudier les discours d’Etat. « Un discours de faiblesse » systématise une défaillance, un malaise social. Les notions de piété, de peur et d’indignation sont particulièrement représentées. Cette tradition du discours de faiblesse débute en 1200. Ingeburge se trouve alors à Beaurepaire où elle reçoit une lettre de l’évêque Etienne de Tournais. Il y exprime sa sympathie pour cette reine belle et pieuse. Elle fait preuve d’abnégation et de modestie en priant pour le roi malgré le rejet de ce dernier et les rumeurs. Etienne de Tournais espère alors que sa sagesse et sa beauté feront retomber la colère du roi. Cette lettre servit de modèle pour l’ensemble des partisans de d’Ingeburge.

           L’affaire prit une ampleur inédite quand Ingeburge écrivit elle-même au pontife. Le « discours de faiblesse » est bien présent dans cet échange épistolaire. Dans cette lettre elle écrit porter la croix comme le Christ. Elle se plaint de ne pas pouvoir sortir, que les serviteurs la maltraitent, l’insultent. Elle dit se placer sous la protection du pape comme tous les persécuté(e)s en l’implorant de la libérer et de la consoler. Elle évoque même le suicide. Cette lettre trouve sa réponse la plus satisfaisante dans la lettre que le pape envoie au roi en 1198. Innocent III emploi des termes démontrant que le roi est lui-même devenu objet de rumeur et de réprimande. Le pape déclare son amour au roi tout en s’excusant de devoir faire justice. Diffamer Ingeburge est un péché qui entraîne la colère de Dieu, la faute que le roi dénonce comme étant celle de la reine devient sienne. Le pontife souligne que le problème n’est plus uniquement d’ordre conjugal mais spirituel. Le salut de leurs âmes n’est pas assuré dans cette situation. En 1205, dans une autre lettre il affirme que le mariage avec Ingeburge est rendu indissoluble par le sacrement et non par la consommation.

            Ingeburge était donc suffisamment libre pour nouer des alliances, entretenir des relations, avoir ses propres émissaires. Les comptes de Philippe Auguste et les nombreux détails que contiennent les lettres d’Ingeburge et de ses partisans permettent d’entrevoir une reine moins captive qu’au premier abord. Jusqu’en 1201 la reine possède assez de richesse pour faire des cadeaux aux différents dignitaires français qu’elle reçoit. Elle peut aussi recevoir des présents comme le Psautier d’Ingeburge (1195-1200) offert par Eléonore de Vermandois, qui suggère qu’elle n’était pas si isolée que l’on a pu le croire. Dans les années 1190, par l’intermédiaire de l’évêque Etienne de Tournais, Ingeburge conserve des liens politiques et diplomatiques avec son pays natal, et ce jusqu’en 12036. De plus, les lieux de résidence de la reine sont loin d’être des lieux lugubres ou inconfortables. Le château d’Etampes, que le roi quitte en 1200/1201 devient la résidence sous surveillance d’Ingeburge de 1201 à 1213. Bien entendu, ses conditions de vie étaient aussi déterminées par ses moyens financiers. Ingeburge reçoit cinquante livres par an. Le roi dépense la même somme d’argent pour les vêtements de la reine déchue et pour le prince héritier. Elle possédait un chapelain pour son service. A partir de 1204, ses plaintes concernant ses conditions de détention s’arrêtent progressivement. Elle possède aussi un pouvoir politique car ses plaintes jointes à celles du pape limitaient le champ d’action politique et diplomatique de Philipe Auguste. L’utilisation qu’elle fit du « discours de faiblesse » montre qu’elle avait parfaitement conscience des enjeux et de ses atouts.

            Finalement, comprendre l’affaire Ingeburge c’est comprendre le contexte géopolitique de l’Europe de la fin du XIIesiècle et du début du XIIIesiècle. Si la personnalité du roi peut fournir une première piste d’explication, elle ne suffit pas. Tout d’abord, les Danois n’ont jamais eu l’intention d’engager leur flotte au côté de celle de Philippe Auguste contre l’Angleterre. Les chroniqueurs anglais profitèrent de la polémique pour amplifier le scandale afin de s’assurer que les flottes françaises et danoises ne s’unissent pas. De plus la véritable menace pour les Danois était l’empire Allemand, pays contre lequel le royaume de France n’avait aucun intérêt à entrer en conflit.

            Thomas Heebøll-Holm clôture la conférence en annonçant la mise en ligne des Diplomatarium Danorum, site sur lequel il sera possible de trouver de nombreuses sources textuelles du Moyen Âge danois.

Matthieu Millemann

  1. Le temps limité de la conférence et l’état d’avancement de sa recherche en sont à l’origine. []
  2. Pape de 1191 à 1198. []
  3. Pape de 1198 à 1216. []
  4. Il s’agit de Pierre Charlot, évêque de Noyon de 1240 à 1249, mort en accompagnant Louis IX en croisade. []
  5. Thomas LABBÉ, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions, 2017. []
  6. Etienne de Tournais entretient tout au long de sa carrière de juriste, puis d’évêque, des relations avec les grands du Danemark. Le plus célèbre fut le roi Knut VI. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search