Opération de prospection archéologique à Cayola

Définition et intérêt de cette opération archéologique


Sous la direction de M. Nicolas Prouteau, six étudiants de l’université de Poitiers (du master 1 au doctorat) ont participé à une prospection thématique ayant eu lieu du 28 septembre au 4 novembre dans la baie de Cayola (Vendée).

  • Qu’est-ce que la prospection ?

La prospection est une méthode d’investigation archéologique. Méconnue du grand public, elle constitue l’un des principaux moyens de découvrir des sites archéologiques. Il existe plusieurs techniques de prospections, qui font appel à des moyens et des méthodes variés. Celle que nous allons aborder dans cet article est la prospection pédestre.

La prospection nécessite un travail en amont de cartographie à l’aide de différentes cartes actuelles et anciennes (carte IGN, cadastre, carte d’état-major…), cela permet de repérer avant le travail de terrain les configurations topographiques susceptibles de correspondre à des lieux d’implantations humaines. Pour cela, différents éléments sont pris en compte ; le relief, la présence de cours d’eau, l’exposition, ainsi que la fonction des sites à proximité (habitat, défense, production artisanale…) et leur chronologie, qui vont être influencés par les modalités d’installation.

Comme toute opération archéologique, la prospection est issue d’une problématique de recherche, dont le travail de terrain permet de confirmer ou d’infirmer les différentes hypothèses. Elle consiste à arpenter les zones que l’archéologue a préalablement repérées. Une équipe va donc arpenter des bois, des champs, ou encore des jardins privés, à la recherche de structures, situées au-dessus du sol (fossés, talus, tumulus…), ou de mobilier archéologique. Les champs labourés sont plus susceptibles de révéler du mobilier, car la terre retournée permet de faire remonter des tessons de céramiques, des moellons de pierre, etc. Les taupes peuvent être d’une grande aide dans ce genre de contexte.

Ce type de prospection s’effectue généralement d’octobre à mars, au moment où la végétation est moins développée, et les cultures justes semées. La prospection pédestre est plus limitée dans les zones boisées, car la densité des arbres rend la visibilité des reliefs difficile. C’est également le cas dans les champs non labourés, où le mobilier archéologique n’est pas remonté à la surface.

L’objectif de la prospection est de réunir le plus d’informations possible sur un site ou une zone précise. Cela inclut une localisation précise du site et/ou des vestiges, l’état de conservation ou encore la chronologie.
A la suite de la prospection, l’archéologue doit rendre un rapport qui synthétise l’ensemble des informations qu’il a réunies.

  • La prospection de Cayola.

La prospection ayant eu lieu à Cayola (Vendée) prend place dans un programme de recherche centré sur le château de Talmont Saint-Hilaire.

L’objectif était de confirmer et préciser l’emplacement d’un relais de chasse construit par Richard Cœur de Lion, alors comte de Poitou et duc d’Aquitaine, dont certains textes font mention, en lien avec l’étude archéozoologique du mobilier de Talmont ayant permis d’identifier des restes fauniques de daims.

Il s’agissait également de mieux appréhender l’environnement du château tout en évaluant le potentiel archéologique de la zone autour de la baie de Cayola.

Cette dernière et les terres qui l’entourent forment un ensemble relativement sauvage, à l’exception d’un lotissement, laissant un large espace préservé à prospecter.

Sous ce couvert végétal, de nombreuses traces anthropiques ont été découvertes (enclos fossoyés, talus, céramiques), cela a permis de confirmer des hypothèses d’occupation humaine médiévale à certains endroits de la zone et d’approfondir la connaissance de l’environnement du château de Talmont.

Comme dit ci-dessus, cette prospection donnera lieux à un rapport, détaillant plus amplement ces résultats et présentant le mobilier prélevé en surface.

  • La prospection : une opération archéologique à distinguer absolument du détectorisme.

Au même titre que les fouilles, la prospection archéologique est régie par un cadre légal précis. Il est absolument nécessaire de distinguer prospection archéologique et détectorisme.
Tel que le stipule l’article 531-3 du Code du Patrimoine, la prospection nécessite une autorisation donnée par le préfet de région. De plus, l’article R542-1 précise que l’usage de détecteurs de métaux dans le cadre d’une prospection archéologique légale, nécessite lui aussi une autorisation du préfet de région.

Article L531-1 :

« Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartenant à autrui des fouilles ou des sondages à l’effet de recherches de monuments ou d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation. La demande d’autorisation doit être adressée à l’autorité administrative. »

Ce rappel législatif est éminemment nécessaire : « détectorisme de loisir », « chasse aux trésors », autant de termes recoupant des pratiques illégales mettant à mal l’archéologie et le patrimoine. En effet, l’archéologie répond à des obligations : des obligations de protection et de conservation du mobilier archéologique, et des obligations de diffusion – toute fouille, toute prospection donne lieu à un rapport. Ces obligations sont des garants de l’intégrité du patrimoine en tant que bien commun.

 

Baptiste Pelletier, Marianne Brisebourg, Mélany Lascoux

La reine captive ? Les conditions de vie d’Ingeburge de Danemark en France 1193-1213 [compte-rendu]

           Thomas Heebøll-Holm, professeur adjoint au Centre for Medieval Literature d’Odense (Danemark), est reconnu pour ses travaux sur la piraterie et sur les relations diplomatiques entre la France et le Danemark au Moyen-Âge. Il promeut aussi le Centre for Medieval Literature, le CML, fondé en 2012 qui est financé par « La fondation Danoise pour la Recherche » jusqu’en 2022. Cette fondation organise deux grands colloques prochainement. Le premier se tiendra à l’institut Danois du 11 au 13 septembre 2019, le second en 2021 à Copenhague. Le 10 avril 2019, Thomas Heebøll-Holm a donné au CESCM de Poitiers, une conférence intitulée La reine captive ? Les conditions de vie d’Ingeburge de Danemark en France, 1193-1213. Cette étude aboutira prochainement à deux ouvrages, un premier à destination du grand public danois, et une version académique qui sera traduite en anglais.

            L’affaire Ingeburge, d’une grande complexité, connait une immense tradition historiographique danoise et française.  Thomas Heebøll-Holm, de son propre aveu, nous présente une esquisse simpliste et incertaine1. Pour déterminer l’isolement psychologique et les conditions de vie matérielle de la reine il propose deux types de sources. D’abord les échanges épistolaires entre les soutiens et les opposants d’Ingeburge, et entre la reine elle-même et le pape, qui contiennent tous de nombreux détails sur sa captivité ou sur son état d’esprit ; ensuite les comptes royaux de Philippe II, révélateurs pour certaines années du niveau de vie de la souveraine.

            Le 14 août 1193, après des négociations de mariage précipitées, l’ambassade danoise arrive avec la future reine Ingeburge. Elle se marie le jour même avec Philipe Auguste qui espère le soutien des Danois face à l’Angleterre. Le lendemain matin, il demande aux ambassadeurs danois de repartir avec la jeune souveraine. Il exige également de récupérer la dot d’un montant de dix mille marcs d’argent. À la suite du refus des ambassadeurs il envoie la jeune Ingeburge au prieuré de Saint-Maur. Le roi demande l’annulation du mariage en invoquant sa relation de parenté avec Ingeburge, dont il serait cousin au quatrième degré. Cette dernière fait alors recours auprès du pape Célestin III2 ; ce qui n’empêche pas son transfert à l’Abbaye Saint-Calixte de Cysoing. Les Danois démontrent que Ingeburge ne descend pas de Charles le Bon et le mariage n’est pas annulé. Malgré les protestations, Philipe Auguste épouse une princesse bavaroise du nom d’Agnès de Méranie en 1196 devant une assemblée de grands du royaume. La réaction du pape est immédiate. Il exige le renvoi de la nouvelle épouse et la soumission du roi à un concile. En 1198, le nouveau pape Innocent III3, désireux de réaffirmer le pouvoir pontifical et fermement opposé à cette bigamie, relance l’injonction. Devant l’absence de réaction de Philippe Auguste, le pape jette l’interdit sur le royaume de France et excommunie le roi en 1200. Ce dernier essaye de se réconcilier avec le pontife, qui accepte sous condition du renvoi d’Agnès de Méranie. Il exige également que le souverain se soumette au jugement d’un concile. Il souligne que le salut du peuple français dépend de leur réunion. L’année suivante, Agnès de Méranie meurt en donnant naissance à un fils, clôturant temporairement la crise. En 1205, le roi relance la procédure d’annulation en affirmant que le mariage n’a pas été consommé. Plusieurs raisons sont invoquées comme l’usage de sorcellerie causant l’impuissance du roi. Le roi se heurte à la résistance de la reine qui réussit à démontrer que le roi venait lui rendre visite dans les différents lieux où elle fut captive. Philippe Auguste finit par abandonner toute tentative après la mort de la « Dame d’Arras », la mère de son dernier enfant, en 12124. Il finit par rétablir le statut d’Ingeburge l’année suivante lors d’un concile à Soisson, après 19 ans de captivité.

           Le débat historiographique autour cette affaire oppose deux camps. Le premier met en avant le drame psychologique qu’a constitué cette affaire pour la reine Ingeburge. Le deuxième s’attarde sur les différents rouages juridiques qui sont actionnés au cours de l’affaire. Ils ont cependant en commun de dépeindre Ingeburge comme elle est présentée dans certaines sources, à savoir pieuse, naïve, passive, isolée, malheureuse et esseulée. Cependant ces descriptions médiévales de la reine ont surement peu à voir avec nos conceptions modernes de ces différents qualificatifs. Thomas Labbé rappelle dans ses travaux sur les catastrophes que la notion de victime au Moyen Âge n’est pas la même que la nôtre5.  Mr. Heebøll-Holm propose une approche plus pragmatique en recherchant la cause de la demande d’annulation plus que son déroulement. Il propose aussi d’interpréter l’ensemble de l’affaire Ingeburge sous l’angle du sentiment. Les sources émises par les partisans d’Ingeburge sont souvent imprégnées de pathos. On y trouve « un discours de faiblesse » pour attirer les sympathies, ce qui amène Thomas Heebøll-Holm à proposer l’approche de l’université de Francfort pour étudier les discours d’Etat. « Un discours de faiblesse » systématise une défaillance, un malaise social. Les notions de piété, de peur et d’indignation sont particulièrement représentées. Cette tradition du discours de faiblesse débute en 1200. Ingeburge se trouve alors à Beaurepaire où elle reçoit une lettre de l’évêque Etienne de Tournais. Il y exprime sa sympathie pour cette reine belle et pieuse. Elle fait preuve d’abnégation et de modestie en priant pour le roi malgré le rejet de ce dernier et les rumeurs. Etienne de Tournais espère alors que sa sagesse et sa beauté feront retomber la colère du roi. Cette lettre servit de modèle pour l’ensemble des partisans de d’Ingeburge.

           L’affaire prit une ampleur inédite quand Ingeburge écrivit elle-même au pontife. Le « discours de faiblesse » est bien présent dans cet échange épistolaire. Dans cette lettre elle écrit porter la croix comme le Christ. Elle se plaint de ne pas pouvoir sortir, que les serviteurs la maltraitent, l’insultent. Elle dit se placer sous la protection du pape comme tous les persécuté(e)s en l’implorant de la libérer et de la consoler. Elle évoque même le suicide. Cette lettre trouve sa réponse la plus satisfaisante dans la lettre que le pape envoie au roi en 1198. Innocent III emploi des termes démontrant que le roi est lui-même devenu objet de rumeur et de réprimande. Le pape déclare son amour au roi tout en s’excusant de devoir faire justice. Diffamer Ingeburge est un péché qui entraîne la colère de Dieu, la faute que le roi dénonce comme étant celle de la reine devient sienne. Le pontife souligne que le problème n’est plus uniquement d’ordre conjugal mais spirituel. Le salut de leurs âmes n’est pas assuré dans cette situation. En 1205, dans une autre lettre il affirme que le mariage avec Ingeburge est rendu indissoluble par le sacrement et non par la consommation.

            Ingeburge était donc suffisamment libre pour nouer des alliances, entretenir des relations, avoir ses propres émissaires. Les comptes de Philippe Auguste et les nombreux détails que contiennent les lettres d’Ingeburge et de ses partisans permettent d’entrevoir une reine moins captive qu’au premier abord. Jusqu’en 1201 la reine possède assez de richesse pour faire des cadeaux aux différents dignitaires français qu’elle reçoit. Elle peut aussi recevoir des présents comme le Psautier d’Ingeburge (1195-1200) offert par Eléonore de Vermandois, qui suggère qu’elle n’était pas si isolée que l’on a pu le croire. Dans les années 1190, par l’intermédiaire de l’évêque Etienne de Tournais, Ingeburge conserve des liens politiques et diplomatiques avec son pays natal, et ce jusqu’en 12036. De plus, les lieux de résidence de la reine sont loin d’être des lieux lugubres ou inconfortables. Le château d’Etampes, que le roi quitte en 1200/1201 devient la résidence sous surveillance d’Ingeburge de 1201 à 1213. Bien entendu, ses conditions de vie étaient aussi déterminées par ses moyens financiers. Ingeburge reçoit cinquante livres par an. Le roi dépense la même somme d’argent pour les vêtements de la reine déchue et pour le prince héritier. Elle possédait un chapelain pour son service. A partir de 1204, ses plaintes concernant ses conditions de détention s’arrêtent progressivement. Elle possède aussi un pouvoir politique car ses plaintes jointes à celles du pape limitaient le champ d’action politique et diplomatique de Philipe Auguste. L’utilisation qu’elle fit du « discours de faiblesse » montre qu’elle avait parfaitement conscience des enjeux et de ses atouts.

            Finalement, comprendre l’affaire Ingeburge c’est comprendre le contexte géopolitique de l’Europe de la fin du XIIesiècle et du début du XIIIesiècle. Si la personnalité du roi peut fournir une première piste d’explication, elle ne suffit pas. Tout d’abord, les Danois n’ont jamais eu l’intention d’engager leur flotte au côté de celle de Philippe Auguste contre l’Angleterre. Les chroniqueurs anglais profitèrent de la polémique pour amplifier le scandale afin de s’assurer que les flottes françaises et danoises ne s’unissent pas. De plus la véritable menace pour les Danois était l’empire Allemand, pays contre lequel le royaume de France n’avait aucun intérêt à entrer en conflit.

            Thomas Heebøll-Holm clôture la conférence en annonçant la mise en ligne des Diplomatarium Danorum, site sur lequel il sera possible de trouver de nombreuses sources textuelles du Moyen Âge danois.

Matthieu Millemann

  1. Le temps limité de la conférence et l’état d’avancement de sa recherche en sont à l’origine. []
  2. Pape de 1191 à 1198. []
  3. Pape de 1198 à 1216. []
  4. Il s’agit de Pierre Charlot, évêque de Noyon de 1240 à 1249, mort en accompagnant Louis IX en croisade. []
  5. Thomas LABBÉ, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions, 2017. []
  6. Etienne de Tournais entretient tout au long de sa carrière de juriste, puis d’évêque, des relations avec les grands du Danemark. Le plus célèbre fut le roi Knut VI. []

La quatrième voussure du portail central de l’Église Saint-Nicolas de Civray (XIIe siècle) : Du zodiaque aux travaux agricoles, du mysticisme au rationalisme.

Le Zodiaque est un thème qui peut paraître étranger, à première vue, à l’art médiéval. Pourtant l’astrologie et son interprétation sont l’un des arts divinatoires les plus anciens et les plus aboutis du monde. Souvent associé à la science, à l’ésotérisme et à la magie païenne, le zodiaque va au-delà de l’étude des constellations, puisqu’il va devenir, au seuil des églises un repère de Temps et d’Espace quand il est associé aux travaux des mois dans la décoration ecclésiale médiévale1.

L’Église Saint-Nicolas de Civray conserve l’un des reliefs zodiacaux les mieux conservés de France, au même titre que le portail central du narthex de Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, qui date, lui aussi, du XIIe siècle2. L’association des signes du zodiaque aux travaux de la vie quotidienne forme l’iconographie du « calendrier », faisant le lien entre le temps spirituel et le labeur terrestre. En effet, comme l’affirme Jacques Le Goff, « les signes du zodiaque jouent un rôle déterminant dans cette imagerie et cristallisent une conception du temps et de l’espace propre au Moyen Âge, faite de réalités à la fois matérielles et imaginaires »3 .

Ce thème apparaît sur l’arcature du portail central de l’Église de Civray. La première voussure est consacrée au Christ, inséré dans une mandorle, bénissant de sa main droite, et présentant de sa main gauche les Évangiles, entouré des quatre vivants. La seconde voussure, elle, présente les vierges sages et les vierges folles, thème privilégié des sculpteurs poitevins, qui s’inscrit dans le mystère médiéval du « jeu de l’époux » et le combat des vices et des vertus. La troisième voussure est dédiée à l’Assomption, avec un mouvement sculptural puissant, convergeant avec force vers la figure de la Vierge Marie, en gloire, au centre de la voute.
Enfin, la quatrième voussure met en scène le Zodiaque, les travaux et les mois. Chaque signe astrologique est associé à une activité agricole, et donc à une fête religieuse, puisqu’elles suivent, elles aussi, l’évolution des saisons, des solstices ou encore des équinoxes. Finalement ce décor sculpté est la parfaite fusion entre le calendrier agraire et l’étude des constellations. Ainsi au mois de mars, signe associé à la figure du Bélier, le paysan taille sa vigne. En avril le signe du mois est le Taureau, le paysan bêche, les feuilles de la branche poussent et un oiseau chante, c’est le temps de la renaissance de la nature après l’hiver. Le mois de Juin est associé à la figure du Cancer, accompagné à sa droite d’une figure cornue et grimaçante qui rappelle le visage du Diable. En août, mois associé à la figure astrologique de la Vierge, les épis de blé sont couchés, ce qui représente les battages. Le Scorpion est le signe auxiliaire du mois d’Octobre, ici l’animal est doté de sa forme biologique mais sa tête est celle d’un fauve et son corps, lui, est recouvert de motifs géométriques, nous sommes donc face à un corps biforme et hybride.

Les signes du Cancer (à gauche) et du Lion (à droite) encadrant la tête d’un diable. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général du patrimoine culturel / C. Rome, 2009

Angélique Ferrand4 a dédié sa recherche au zodiaque et à son lien avec le temps et l’espace entre le IVe et le XIIIe siècle. Elle a particulièrement étudié le lien entre les figures féminines dans les complexes architecturaux. En effet sur le portail de l’église Saint-Nicolas de Civray le signe de la Vierge est symboliquement représenté sous les traits d’une femme qui tient dans sa main un objet circulaire, lequel pourrait représenter soit une hostie, soit le soleil. Malheureusement l’objet tenu dans sa main gauche a disparu, probablement à cause de l’usure ou des intempéries, mais on peut penser qu’il faisait écho à l’objet de droite. Le cas échéant, il pourrait s’être agi de la lune, ou encore d’un calice. Étant donnée la proximité des anges thuriféraires sur la première voussure, on pourrait éventuellement faire un lien avec la consécration des espèces eucharistiques. Mais le plus remarquable avec la figure zodiacale de la Vierge est la similarité physique qu’elle entretient avec le signe de la Balance et avec la Vierge de l’Assomption de la troisième voussure. En effet la ressemblance est troublante : toutes sont debout, représentées de manière frontale, avec une robe longue drapée de la même manière et la tête couverte d’un voile. La seule différence physique est la couronne que porte la Vierge de l’Assomption. Finalement il est possible d’affirmer que le signe zodiacal de la Vierge est la figuration de la Vierge Marie ; elle porterait alors dans ses mains une hostie et un calice, faisant le lien entre nature céleste et liturgie terrestre, ou bien les luminaires, symbolisant son avènement divin. La relation entre les deux figures ne peut être ignorée, et c’est dans cette tradition que s’intègre le signe de la Balance, qui possède, lui aussi, un lien étroit avec le signe de la Vierge. Comme sur le portail de l’Église Saint-Pierre d’Aulnay, à Civray, la femme tenant la Balance est similaire au signe du zodiaque de la Vierge et donc par corrélation à la Vierge Marie. Finalement les trois femmes se ressemblent et se répondent à travers les voussures, formant un triangle allégorique et visuel.

Portail central de l’Église Saint-Nicolas de Civray (86400, Vienne).

 

De gauche à droite : la Vierge de l’Assomption, Le signe zodiacal de la Vierge, le signe de la Balance.

Les figures astrologiques de la Vierge et de la Balance renforcent la puissance de Marie, mère du Christ rédempteur, qui s’élève dans le ciel, portée par des anges. Le symbolisme est puissant puisque l’Assomption de la Vierge domine des figures clés de la tradition religieuse chrétienne divinisées dans des mandorles, comme la maiestas domini, puis le Christ époux de la parabole des vierges sages et des vierges folles. Les signes du zodiaques associés aux mois surplombent les protagonistes divins et renforcent cette sensation de contraste entre la terre et le ciel. Le Zodiaque est lié au mysticisme, tandis que l’occupation des mois est de l’ordre du rationnel, du quotidien, et du profane, leur association artistique conjugue donc temporalité terrestre et temporalité céleste.

Camille Olivier

  1. FERRAND Angélique, « Le zodiaque dans la décoration ecclésiale médiévale : une autre manière de penser le temps et l’espace », Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre, BUCEMA, 19.1, 2015. (https://journals.openedition.org/cem/13937 []
  2. SALET Francis, Cluny et Vézelay : l’œuvre des sculpteurs, Paris, société française d‘archéologie, 1995. []
  3. J. LE GOFF, L’imaginaire médiéval. Essais, Paris, 1985. []
  4. FERRAND Angélique, « Du Zodiaque et des hommes. Temps, espace, éternité dans les édifices de culte entre le IVeet le XIIIesiècle », thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval, sous la direction de Monsieur Daniel RUSSO, École Doctorale SEPT, Université de Bourgogne Franche-Comté, 10 novembre 2017, 931 p. []

Immersion au pays des Ours d’Alfadir

crédit photographie : Les ours d’Alfadir

Le « viking » est une marque à la mode, c’est le moins qu’on puisse dire. De l’essence aux jouets, en passant par la politique, ce substantif désigne aussi bien une tondeuse à gazon que les anciens peuples scandinaves. La popularité des séries, films, et musiques prend racine dans cette culture septentrionale du passé, qui bénéficie d’une popularité sans précédent depuis les années 70. Ce regain d’intérêt pour le phénomène « viking » a conduit à un élargissement de la recherche archéologique et historique. De plus, la présence d’associations de reconstitution historique permet au grand public de s’approprier et comprendre le monde viking.

 

C’est en 2013 que Damien Didier, plus connu dans son association sous le nom de Asbjorn (« ours des dieux »), crée l’association des Ours d’Alfadir à Poitiers. Cette ville possède en effet un lourd passé en lien avec les vikings puisqu’elle fut largement touchée par les raids au cours du IXsiècle. Cariste et préparateur de commandes, Asbjorn est un habitué des associations de reconstitution celtique et s’est initié à cette culture via la musique métal où la mythologie scandinave est régulièrement réinvestie. C’est poussé par sa curiosité et son amour des arts du combat et de la mythologie qu’il décide de créer son association. Le nom des Ours d’Alfadir vient de l’identification de l’ours comme métaphore du guerrier dans les textes, et Alfadir est l’un des nombreux noms du dieu Odin signifiant « père de tout ». Les Vikings provenant de plusieurs pays scandinaves, les ours se concentrent surtout sur les anciens peuples vivant dans l’actuelle Norvège, qui furent les premiers à faire des raids vers le royaume d’Angleterre. Ces derniers ont cependant laissé peu de traces archéologiques. Cinq ans après la création des ours, Asbjorn est rejoint par une quinzaine d’adhérents issus de divers milieux. Nous en avons rencontré quatre :

  • Ask, vice-président et membre de l’association depuis 3 ans est titulaire d’une première année de licence d’histoire et de maths. Son nom fait référence au premier humain créé par Odin.
  • Einar, développeur web de métier et qui a rejoint l’association depuis un an, l’a connue par un de ses voisins
  • Erlend, ancien technicien informatique à l’aéroport de Toulouse, est membre depuis 2 ans. Habitué de la reconstitution, il rencontre les Ours durant le festival Ragnar Rock et décide d’y adhérer. Son nom signifie « étranger » en suédois, il est un des seuls à représenter une autre zone géographique de peuplement viking : la Suède.
  • Gunnar, membre depuis 1 an et chaudronnier de métier. Intéressé par la mythologie et par les combats, il rencontre le chef durant une séance d’AMHE (Arts Martiaux Historiques Européens) et décide d’adhérer à son association. Son surnom vient d’une anecdote triviale lors de sa première visite de l’association et signifie “fait par les armes”.

L’objectif de l’association des Ours d’Alfadir est de rétablir au sein du grand public la vérité sur le monde viking, dont la perception parfois erronée est entretenue par les médias. Les Ours ne s’arrêtent pas à l’image de la brute épaisse qui a terrorisé l’Europe entière lors des grands raids vikings : ils ont recours à l’archéologie expérimentale1 pour mieux comprendre et appréhender cette civilisation. Ainsi, leur entraînement de combat ne consiste pas uniquement à se taper de dessus, mais se base sur les principes des AMHE : reprendre, étudier et pratiquer de nombreuses techniques de combats sous ses différentes formes, au corps à corps ou avec l’utilisation d’armes diverses (hache, épée et lance). Cependant, les Ours ne s’arrêtent pas uniquement à cette dimension. En dehors des entraînements de combat, ils sont chacun responsables d’un atelier permettant de découvrir et d’entrée dans l’univers des « Vikings ».

En l’absence d’historien dans l’association, les connaissances acquises par les membres sont le fruit de recherches personnelles soulignant une grande passion pour la société viking. Ils ont ainsi recours à toutes les sources possibles d’informations : travaux scientifiques, comptes-rendus de fouilles archéologiques, thèses, sites internet scientifiques mais aussi échanges avec d’autres associations durant des évènements (festivals, fêtes médiévales, camps vikings, expositions, etc.). Ainsi, grâce à l’archéologie expérimentale, les ours fabriquent eux-mêmes leurs habits en tenant compte de leur zone géographique d’étude à savoir la Norvège, tout comme une partie de leur armement tel que les boucliers.

Ainsi, Asbjorn tient un atelier sur l’armement et les techniques de combat utilisés durant l’époque altimédiévale, mais aussi sur l’allumage d’un feu. Ask, quant à lui, travaille sur le cuir et le laiton. Son atelier relève plus de l’expérimentation étant donné le manque de matériaux archéologiques à sa disposition, tandis que Erlend étudie l’orfèvrerie et la fabrication des bijoux d’inspiration viking. Les échantillons montrés durant l’interview nous ont permis de constater sa grande maîtrise des techniques de fabrication et d’ornementation de l’argent dans le milieu élitaire. Le domaine d’Einar relève également de l’expérimentation. En effet, celui-ci s’intéresse à l’alimentation et aux plantes médicinales, très présentes dans la vie quotidienne et longtemps oubliées par les historiens2. Il s’occupe aussi de l’atelier de mythologie nordique où il est confronté à une surabondance de sources. Enfin, que seraient les Vikings sans parler de navigation ? Gunnar pourra vous en apprendre davantage sur ce domaine en vous parlant des fameux bateaux viking et en revenant sur une des grandes idées fausses associées aux vikings : ces bateaux ne s’appellent pas des « Drakkar ».

Les Ours d’Alfadir participent à différentes manifestations médiévales dans toute la France mais aussi dans des pays européens comme l’Allemagne, le Danemark et la Pologne. Récemment, ils ont participé à l’Exposition «Nous les appelons vikings» au Château des Ducs de Bretagne à Nantes, et, comme tous les ans, à la Foire Médiévale de Château-Larcher (un rendez-vous incontournable de la région du Poitou). Lors de tels événements, et avec d’autres associations, ils partagent et présentent leurs différents ateliers au public présent. Du fait de leur grande réputation et de leur fiabilité historique, l’association intervient également dans des manifestations étrangères. Ils ont eu le privilège, au mois de juillet, d’être invités à deux festivals internationaux où se réunissent plusieurs dizaines d’associations de reconstitution. Leur road-trip commence au Danemark, dans la ville d’Aarhus où s’est tenu le Festival de Moesgaard du 23 au 29 juillet puis direction le Festival de Wolin, une île située au nord-ouest de la Pologne à quelques kilomètres de la frontière allemande. Ces rencontres nationales et internationales, particulièrement enrichissantes, sont pour tous les participants l’occasion d’échanges avec d’autres personnes passionnées par le monde scandinave à l’époque médiévale, qui viennent nourrir en retour de nouvelles recherches sur les Vikings.

Les Ours d’Alfadir ont également eu le privilège d’organiser et d’animer la 8e édition des Rencontres Des Histoires de Cuir sur le thème viking à Lavausseau (du 9 au 10 juin 2018). Exposant la culture scandinave à travers un campement viking, on pouvait admirer des combats, assister à des activités artisanales, des animations, des expositions ainsi qu’à une conférence intitulée « Vikings, du mythe à la réalité » présentée par Madame Lucie MALBOS, maîtresse de conférence en histoire médiévale à l’Université de Poitiers.

Un grand merci aux Ours pour leur temps et leur bonne humeur.

Camille Paccou, Jérémy Imbert , Laudrenn Wolffer et Matthieu Millemann.

Pour plus d’informations, retrouvez les Ours d’Alfadir sur leur site internet et sur leur page Facebook. Les Ours d’Alfadir seront prochainement en animation pour les 1200 ans de l’abbaye de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu les 15 et 16 juin 2019. 

  1. L’archéologie expérimentale correspond à une discipline au sein de l’archéologie qui vise à reconstituer l’usage et le mode de fabrication des vestiges archéologiques à travers l’expérimentation. []
  2. Les travaux de recherche expérimentaux dans ce domaine se concentrent sur les élites des sociétés scandinaves. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search