La rencontre d’Aliénor et d’Henri Plantagenêt : La révolte de Girald Berlai

château de Montreuil-Bellay

La séparation de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine et le remariage de cette dernière avec Henri Plantagenêt en 1152 constitue sans conteste un événement majeur dans l’histoire de France. C’est la naissance officielle de l’opposition entre France et Angleterre, d’où viendront tant de conflits. Mais cela n’aurait probablement pas été possible sans la rencontre entre Aliénor et Henri en 1151, lorsque le comte d’Anjou et le roi des Francs, Louis VII, parvinrent à conclure leur conflit concernant la révolte de Girald Berlai.

Girald Berlai, ou Giraud de Montreuil-Berlai est châtelain de Montreuil-Bellay lorsqu’en 1145, il participe à la révolte de Robert de Sablé contre Geoffroy Plantagenêt, comte d’Anjou, leur suzerain. La révolte est matée, mais deux ans plus tard, Girald s’acoquine avec d’autres seigneurs de son entourage, comme Guillaume de Blazon ou André de Doué, pour mener une nouvelle révolte contre leur maître. Geoffroy Plantagenêt s’empare des forteresses de Blazon et de Doué, mais il doit partir pour la croisade avant d’avoir pu prendre d’assaut Montreuil-Bellay. Girald Berlai, lui, attend, terré dans son château qu’il fortifie avant le retour du comte, espérant pouvoir ranimer la révolte au retour de la croisade. L’affaire semble donc provisoirement apaisée, et Geoffroy V d’Anjou a d’autres soucis à régler en Terre-Sainte. Mais l’historien Alfred Richard remarque que, dans une lettre, datée de 1148, de Geoffroi de Rancon, que le roi avait envoyé en France préparer son retour, à Suger, Rancon fait état de la somme de 4000 sous que Louis VII lui demande de remettre à Girald Berlai. Alfred Richard s’étonne de ce que le roi des Francs, qui manque alors cruellement d’argent en Palestine, se fasse un devoir de rembourser une dette qui aurait pu tout aussi bien attendre son retour. Richard soupçonne donc que l’argent versé par le roi ait pour but d’aider le révolté dans son entreprise de fortification de sa place. L’hypothèse se renforce lorsqu’on sait que le roi entretien des liens étroits avec Girald et qu’il l’a nommé sénéchal du Poitou, comme le rapporte Jean de Marmoutier dans son Historia Gaufredi. Mais l’affection du roi n’y fait rien, et même exacerbe le mécontentement du comte Geoffroy, qui estime certainement que le roi devrait soutenir son vassal plutôt que de susciter des révoltes dans son domaine.

À son retour de la croisade en 1150, Geoffroy met le siège devant Montreuil et finit par avoir raison de l’entêtement de son homme. L’épisode est raconté en détail par Jean de Marmoutier. Il parle de l’insolence de Girald face aux offres de redditions de Geoffroy, le châtelain félon étant convaincu de la puissance de ses murailles et de l’arrivée prochaine d’une troupe du roi des Francs. Geoffroy fait donc venir des machines de guerre pour venir à bout de ces murs, et demande au monastère de Marmoutier un ouvrage du stratège antique Végèce, dont il met immédiatement en œuvre les principes. Le roi des Francs ne pouvant attaquer ouvertement les troupes de Geoffroy d’Anjou qui assiègent le château de Montreuil, il tente une diversion en attaquant la Normandie sous le prétexte d’une opportune « discorde » au sujet d’une place forte en Normandie, comme l’explique Robert de Monte dans son Appendice ad Sigebertum. Mais Geoffroy ne se laisse pas distraire. Le siège dure un an, et, sous le poids des coups et du feu, son château ruiné, Girald Berlai se rend et se livre à son seigneur en 1151. Geoffroy, magnanime, l’envoie d’abord à Angers pour qu’il y reste sous bonne garde, en recommandant qu’on ne le maltraite pas. Geoffroy détenant Berlai dans ses prisons, le roi fait tout pour obtenir sa libération. Le prétexte de la diversion qu’il a opérée en Normandie sert de prétexte à un accord de paix entre l’Angevin et le Franc. Les discussions doivent se dérouler à la frontière entre Normandie et domaine royal, mais Louis VII tombe malade et le comte d’Anjou et son fils Henri se rendent à Paris pour le rencontrer. Le roi obtient du comte d’Anjou l’hommage d’Henri pour la Normandie, et la libération de Geoffroy Berlai et de ses complices ainsi que la restitution de leurs terres, avec l’interdiction de reconstruire le château de Montreuil.

 Louis VII gagne diplomatiquement. Mais c’est au cours de ce séjour à la cour de France qu’Henri Plantagenêt rencontre la bouillonnante reine des Francs, Aliénor d’Aquitaine. Peut-être qu’après les graves disputes qui se sont élevées entre elle et son mari pendant la croisade, elle imagine déjà le fort potentiel de ce jeune homme. En tout cas, sans l’implication de Louis VII dans l’affaire Girald Berlai, sans cette entrevue de paix, elle n’aurait peut-être pas si bien reçu la proposition d’annulation de Louis, et si vite accepté le mariage avec Henri.

Quant à Girald, Jean de Marmoutier dit qu’il reprit sa vie de malice, de rapine et de turpitudes, spoliant les monastères et vivant des conflits.

 

Etienne le Lédan


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search