Conférence de Thomas Labbé sur les récits et les politiques de catastrophes du XIIe au XVIe siècle.

             Thomas Labbé nous a fait le plaisir de réaliser une conférence au CESCM et à l’Université de Poitiers sur les récits et politiques de catastrophes du XIIe au XVIe siècle. Il est chercheur associé au laboratoire ArTeHiS, spécialiste de l’histoire des catastrophes et de la perception de l’environnement au Moyen-Âge et à la Renaissance ainsi que de l’histoire du climat entre le XIVe et le XIXe siècle.

 

             Pour introduire son propos, Thomas Labbé rappelle l’importance du récit en matière de catastrophes, à la fois comme lieu où la perception des catastrophes naturelles peut être saisie, mais en tant que lieu de leur mise en discours et de l’expression des sensibilités leur étant relatives. Les formes de sensibilité créent des formes spécifiques d’attentes auxquelles doivent répondre les politiques. Il donne en exemple l’évolution des sensibilités dans l’Europe occidentale et le fait que les victimes sont remises au centre des enjeux politiques avec notamment la canicule de 2003, qui peut être mise en lien avec le changement de gouvernement. Il rappelle également que la catastrophe de Lisbonne de 1755 voit apparaître la première politique compensatoire, puisque les seigneurs ont envoyé des vivres aux victimes. Avant cette date, il n’y avait pas de sensibilité politique, mais plutôt un rapport tragique aux catastrophes naturelles.

 

            Thomas Labbé rappelle ensuite la définition du terme de catastrophe : il s’agit d’un événement qui fait des victimes, qui dépasse le seuil d’acceptation de la société qui le subit, et qui exige une réaction. De nos jours, on définit une catastrophe par rapport au nombre de victimes. Le chercheur explique qu’aujourd’hui, la réaction est presque ritualisée : on donne sens à l’événement par le nombre des victimes, ensuite les autorités se déplacent et aident par une indemnisation des victimes, et enfin on commémore celles-ci. Cette compassion est pleinement révélatrice de l’époque moderne. Afin de renforcer cette idée, il cite Hannah Arendt (« L’histoire est là pour enseigner que la pitié n’est pas nécessaire la tragédie. ») et Didier Fassin (« La valorisation des victimes est récente car elle passe par un ressort qui n’est pas naturel, cette reconnaissance de la souffrance est pour tous devenue une injonction morale. »). Pour T. Labbé, les archives médiévales permettent de mettre à distance nos propres évidences contemporaines, car les sources sont éloignées de nous par le temps. Au Moyen-Âge, les perspectives sont assez différentes par rapport à notre époque, puisque nous avons aujourd’hui un discours de sensibilité .

 

            Les sources qui peuvent être exploitées pour l’étude des catastrophes naturelles envisagent principalement des événements locaux : il s’agit de récits de chroniqueurs des XIIe-XVe siècles. Il les utilise car elles sont très abondantes. Ces chroniqueurs cherchent des explications dans diverses disciplines telles que l’astrologie : ils cherchent à appréhender l’ensemble des savoirs de leur temps pour expliquer les événements vécus. Thomas Labbé prend l’exemple de Matthieu Paris sur l’éboulement du mont Granier (un tremblement de terre provoqué par une tempête en Angleterre aurait entraîné ledit éboulement). Matthieu Paris y explique que toute catastrophe est liée au déluge biblique dont elle n’est qu’une répétition. De la même manière que lui, les autres chroniqueurs cherchent à identifier un signe divin dans la dimension sur-naturelle de certains événements, que les faits scientifiques ne peuvent suffire à expliquer. Ce sont d’ailleurs des termes relevant du religieux et du merveilleux qui font le champ sémantique de la catastrophe ; on ne parle de désastre qu’à la fin du XVIe siècle. Concernant le mont Granier, le chroniqueur rapporte le désordre causé par les Savoyards en Angleterre, qui serait la cause de la tempête anglaise qui a provoqué cet éboulement à proximité précisément des Savoyards. Thomas Labbé montre avec brio que le discours utilisé par les contemporains de ces catastrophes est un discours de raison et pas du tout comme aujourd’hui un discours de sensibilité.

Résultat de recherche d'images pour "éboulement du mont granier moyen age"Mont Granier

            Un autre constat possible réside dans l’absence de mention des victimes dans les sources médiévales. Selon l’exemple de T. Labbé, les morts de la peste sont peu documentés, alors qu’un tiers de la population mourut pendant l’épidémie : il s’agit d’un élément caractéristique de la pensée médiévale. Il prend l’exemple du tremblement de terre de Bâle de 1356 durant lequel 25 % de la ville est détruite, et qui est accompagné d’incendies et d’inondations. Dix-sept récits contemporains traitent de l’événement, mais seulement quatre mentionnent les victimes. Sur ces quatre mentions, un seul donne un chiffre crédible. Les autres donnent des chiffres, mais ceux-ci sont extravagants par rapport à la réalité. Les récits mentionnent bien les dégâts matériels mais pas les dégâts humains. Thomas Labbé émet une hypothèse : cela pourrait être un tabou biblique de dire le nombre de morts.

 

            L’historien s’intéresse aussi aux émotions des chroniqueurs et montre qu’un couple de sentiments majoritaire est formé par la peur et l’étonnement. Ainsi, en 1134, une inondation maritime a lieu en Flandres, et un chroniqueur écrit : « En voyant ces événements insolites et terribles, ils commencèrent à trembler en étant tout pâles de terreur. » Ceci est associé à la vision prodigieuse puisqu’au centre de la catastrophe c’est le dialogue entre Dieu et les Hommes. En effet la catastrophe est considérée comme une punition divine. La peur exprimée est alors la peur de Dieu . Il arrive d’ailleurs que les autorités réagissent par la mise en place de processions, qui ne sont cependant pas systématiques.

 

Le déluge, Maître de l’échevinage, Rouen, XVe siècle. BNF, CC BY-SA

 

            La catastrophe, selon Thomas Labbé est infamante et ce sont donc les victimes qui sont coupables. Il prend l’exemple de la lettre écrite par Robert d’Anjou aux habitants de suite au inondation de 1333. Par cette missive, il dit vouloir leur exprimer sa charité en leur faisant comprendre quelles ont été leurs fautes. Dans cet objectif, il leur expose tous les signes de dégradation morale ayant précédé la catastrophe et leur présente cette dernière comme une occasion pour eux de se purifier. Il utilise un autre exemple : pour Pétrarque, le pire acte qu’une victime puisse commettre, c’est de se lamenter. Il y a pourtant une évolution par rapport à cela, puisque le traité de Gianozzo Manetti de 1453 se termine par le décompte du nombre de victimes et la recension des dégâts matériels, village après village. Thomas Labbé pense qu’il s’agit du premier bilan humain, le nombre de ces bilans se multipliant ensuite au XVI siècle. On constate au même moment une évolution de l’usage du vocabulaire émotionnel convoqué dans les titres des occasionnels allemands et français relatifs aux inondations entre 1530 et 1610. Thomas Labbé nous montre un effacement progressif de la peur et du merveilleux pour arriver petit à petit à un vocabulaire de pitié. Cette lecture tragique est selon lui la conséquence de la relecture d’Aristote et prend petit à petit l’ascendant sur l’ancienne mentalité. Ce n’est donc plus l’étonnement mais les lamentations qui priment.

 

            Les catastrophes ne sont alors plus des signes, mais des désastres ouvrant la voie à une mise en place de politiques ad hoc. Par exemple, la ville de Tours met en place une aide d’urgence aux victimes au XVI siècle. En 1481, la ville paye pour la première fois afin de chercher les cadavres et d’aider les habitants à vider leurs maisons. En 1522, la ville souhaite aider les victimes et pour ce faire sollicite des dons et met en place une distribution de vivres. Des actions identiques sont mises en place en 1527 et 1586 : à cette dernière date, on trouve la chose totalement évidente. Les rédacteurs occasionnels commencent à mettre en évidence la visibilité et la réaction des autorités. Thomas Labbé explique que les victimes de catastrophe deviennent un point essentiel pour les autorités : à la Renaissance, on reprend les mentalités de l’Antiquité et les contemporains font une politique de compensasions. On réactualise les théories antiques en montrant que le prince doit aider pour être à la hauteur des catastrophes : il y a un basculement émotionnel majeur.

Thibaut Argoulon


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search