Le vieux château de l’île d’Yeu, un héritage de Jeanne de Belleville et d’Olivier de Clisson

Retracer l’histoire du vieux château de l’île d’Yeu c’est faire découvrir cet œuvre de patience et de technicité que fut la construction de cet édifice, sur un rocher frappé par les vagues et fouetté par le vent. Maurice Esseul, historien originaire de l’île d’Yeu, a écrit l’histoire de cette forteresse que nous allons résumer ici, de la genèse de la première forteresse à la réappropriation du château que nous voyons de nos jours, par le connétable Olivier V de Clisson en 1392.

Au IXe siècle, « Oya », soit l’île d’Yeu telle qu’on la nommait à cette époque, est l’objet d’attaques récurrentes par les Vikings (entre 830 et 911). Les Normands finissent par coloniser l’île, mais le souvenir des monastères brûlés lors de ces raids continue à hanter les Islais. Aussi, les moines clunisiens qui s’y établissent à la fin du Xe siècle manifestent-ils la volonté de protéger l’île en construisant un abri fortifié loin des côtes susceptibles d’être à nouveau envahi, dans un lieu relativement facile à défendre, où les insulaires pourraient se réfugier. Le secteur de l’île où s’élèvent des falaises granitiques s’avère alors le plus adapté pour contrer d’éventuelles attaques.

Le premier édifice, bâti au XIe siècle, s’élevait sans doute au même endroit que le château visible de nos jours. Les restes d’une ancienne structure en bois trouvés dans le sous-sol du château semblent appuyer cette supposition. L’endroit est inaccessible par la mer avec une presqu’île granitique d’un côté, une falaise abrupte de l’autre et de multiples récifs autour. C’est donc l’endroit parfait, qui reste d’ailleurs le lieu principal de défense de l’île du XIe au XVIIe siècle.

À la fin du XIIIe siècle, la première forteresse en bois est dégradée ;l’île a besoin d’une nouvelle structure défensive. Si le bois avait été choisi pour le premier édifice, certainement pour accélérer la construction, le nouveau château doit absolument pouvoir résister aux phénomènes d’érosion si importants en bord de mer. Les seigneurs de Belleville, possesseurs de l’île d’Yeu, n’ont toutefois pas pris de décision hâtive quant au devenir du fort ; le projet était coûteux et l’île éloigné du cœur de leurs terres.

En 1320, Jeanne de Belleville hérite des biens de son frère, mort sans descendance. C’est elle qui accorde le droit de détruire l’ancien bâtiment pour en construire un nouveau. Le défi était de taille ; il fallait bâtir un château en pierre sur un roc, tout en tenant compte des marées qui l’inondent deux fois par jour, du vent et des vagues. La plupart des Islais ont participé à la construction du nouvel édifice, en tant que tailleurs de pierres, maçons, charpentiers, forgerons… Ces bâtisseurs étaient logés et nourris au monastère Saint-Étienne de l’île.

Le vieux château de l’île d’Yeu

En 1328, Jeanne de Belleville épouse le grand seigneur breton Olivier IV de Clisson. On attribue à ce dernier la construction des tours nord-est, nord-ouest et sud. En effet, elles ont été authentifiées par le Pr. Crozet comme datant du XIVe siècle et l’on sait qu’Olivier de Clisson était un bâtisseur.

Puis, en 1341, Jean III meurt sans héritier et la Bretagne n’a plus de duc. Charles de Blois, soutenu par le roi de France revendique ses droits de succession au trône contre Jean de Montfort, allié du roi d’Angleterre. C’est le début d’une guerre de 23 ans, la guerre de Succession de Bretagne. Olivier de Clisson soutien le parti de Blois. En son absence durant la guerre, sa femme Jeanne de Belleville assure la gestion du domaine. Puis, Olivier est fait prisonnier après la siège de Vannes par les Anglais en 1342, mais il est rapidement libéré, au nom de la trêve de Malestroit conclue entre la France et l’Angleterre, le 19 janvier 1343. À ce moment, il embrasse le parti de Montfort. Le roi de France l’apprenant, il le fait décapiter aux Halles de Paris le 2 août 1343, son cadavre est ensuite pendu au gibet de Montfaucon et sa tête exposée en haut de la porte de Nantes.

Jeanne de Belleville prépare sa vengeance ! Elle prend la mer et détruit tous les vaisseaux français qui ont le malheur de la croiser. En décembre 1343, le roi de France la bannit du royaume et tous ses biens sont saisis par la couronne. Alors qu’il ne lui reste plus rien, elle trouve refuge auprès d’Édouard III à la cour d’Angleterre.

Pendant ce temps, toutes les possessions des Clisson-Belleville saisies par la couronne se voient occupées par des troupes royales. Le château de l’île d’Yeu ne fait pas exception et tombe aux mains d’une garnison française trop peu nombreuse pour assurer la défense des Islais en cas d’attaque. Puis, en 1355, le Prince Noir débarque sur les côtes et s’empare du château. La tradition orale des Islais garde la mémoire d’une peur générale des « hommes rouges » à cette époque. Ces soldats, d’après la légende, s’en prenaient régulièrement aux habitants, notamment aux jeunes filles qui quelques fois disparaissaient mystérieusement. Les Islais furent en effet, dès le traité de Brétigny, soumis aux Anglais qui possédaient alors tout le Poitou, cela une trentaine d’années durant, jusqu’à ce qu’Olivier V de Clisson récupère le fief de son père et de sa mère en 1392.

Ce dernier, élevé à la cour d’Édouard III après avoir suivi sa mère sur les flots de la vengeance, recouvra tous les biens que ses parents avaient perdu. Le roi d’Angleterre les rendit d’abord à Jeanne de Belleville et à la mort de celle-ci en 1359, Olivier en hérita. L’île d’Yeu faisait cependant exception et n’était pas encore rendu aux Clisson. Il s’éloigne progressivement des Anglais qui le déçoivent et se retrouve, en 1370, aux côtés de Bertrand du Guesclin lors du conseil réuni par Charles V pour reconquérir les territoires perdus. En 1380, il devient connétable de France. En 1392, après avoir échappé à la mort suite au complot de Jean IV de Bretagne, il fuit la capitale et recouvre enfin ce territoire insulaire. Il répare les dégradations causées par l’occupation anglaise et améliore le site grâce aux nouvelles connaissances en architecture et en science militaire, achevant ainsi le projet commencé par son père. Le château a donc subit des années d’instabilité avant d’être consolidé dans l’état où il est encore visible de nos jours.

                                               Astrid de Belleville

Références :

Maurice Esseul, Le château de l’île d’Yeu, Fromentine, 1980.


2 réponses sur “Le vieux château de l’île d’Yeu, un héritage de Jeanne de Belleville et d’Olivier de Clisson”

  1. Bonjour Astrid
    Savez-vous si le cercueil retrouvé dans le château en 1867 est bien celui de Jeanne De Belle ville ? A priori oui
    Merci pour votre retour

  2. Cet article est très intéressant, mais j’aimerai aller au-delà et pouvoir consulter le mémoire sur Jeanne de Belleville soutenu par Astrid de Belleville à l’Université de Poitiers en 2020.
    Pourriez-vous m’indiquer comment me le procurer, où comment joindre Astrid de Belleville pour lui poser la question?
    Avec ma meilleure considération.
    Philippe Alasseur

Répondre à Alasseur Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search