Opération de prospection archéologique à Cayola

Définition et intérêt de cette opération archéologique


Sous la direction de M. Nicolas Prouteau, six étudiants de l’université de Poitiers (du master 1 au doctorat) ont participé à une prospection thématique ayant eu lieu du 28 septembre au 4 novembre dans la baie de Cayola (Vendée).

  • Qu’est-ce que la prospection ?

La prospection est une méthode d’investigation archéologique. Méconnue du grand public, elle constitue l’un des principaux moyens de découvrir des sites archéologiques. Il existe plusieurs techniques de prospections, qui font appel à des moyens et des méthodes variés. Celle que nous allons aborder dans cet article est la prospection pédestre.

La prospection nécessite un travail en amont de cartographie à l’aide de différentes cartes actuelles et anciennes (carte IGN, cadastre, carte d’état-major…), cela permet de repérer avant le travail de terrain les configurations topographiques susceptibles de correspondre à des lieux d’implantations humaines. Pour cela, différents éléments sont pris en compte ; le relief, la présence de cours d’eau, l’exposition, ainsi que la fonction des sites à proximité (habitat, défense, production artisanale…) et leur chronologie, qui vont être influencés par les modalités d’installation.

Comme toute opération archéologique, la prospection est issue d’une problématique de recherche, dont le travail de terrain permet de confirmer ou d’infirmer les différentes hypothèses. Elle consiste à arpenter les zones que l’archéologue a préalablement repérées. Une équipe va donc arpenter des bois, des champs, ou encore des jardins privés, à la recherche de structures, situées au-dessus du sol (fossés, talus, tumulus…), ou de mobilier archéologique. Les champs labourés sont plus susceptibles de révéler du mobilier, car la terre retournée permet de faire remonter des tessons de céramiques, des moellons de pierre, etc. Les taupes peuvent être d’une grande aide dans ce genre de contexte.

Ce type de prospection s’effectue généralement d’octobre à mars, au moment où la végétation est moins développée, et les cultures justes semées. La prospection pédestre est plus limitée dans les zones boisées, car la densité des arbres rend la visibilité des reliefs difficile. C’est également le cas dans les champs non labourés, où le mobilier archéologique n’est pas remonté à la surface.

L’objectif de la prospection est de réunir le plus d’informations possible sur un site ou une zone précise. Cela inclut une localisation précise du site et/ou des vestiges, l’état de conservation ou encore la chronologie.
A la suite de la prospection, l’archéologue doit rendre un rapport qui synthétise l’ensemble des informations qu’il a réunies.

  • La prospection de Cayola.

La prospection ayant eu lieu à Cayola (Vendée) prend place dans un programme de recherche centré sur le château de Talmont Saint-Hilaire.

L’objectif était de confirmer et préciser l’emplacement d’un relais de chasse construit par Richard Cœur de Lion, alors comte de Poitou et duc d’Aquitaine, dont certains textes font mention, en lien avec l’étude archéozoologique du mobilier de Talmont ayant permis d’identifier des restes fauniques de daims.

Il s’agissait également de mieux appréhender l’environnement du château tout en évaluant le potentiel archéologique de la zone autour de la baie de Cayola.

Cette dernière et les terres qui l’entourent forment un ensemble relativement sauvage, à l’exception d’un lotissement, laissant un large espace préservé à prospecter.

Sous ce couvert végétal, de nombreuses traces anthropiques ont été découvertes (enclos fossoyés, talus, céramiques), cela a permis de confirmer des hypothèses d’occupation humaine médiévale à certains endroits de la zone et d’approfondir la connaissance de l’environnement du château de Talmont.

Comme dit ci-dessus, cette prospection donnera lieux à un rapport, détaillant plus amplement ces résultats et présentant le mobilier prélevé en surface.

  • La prospection : une opération archéologique à distinguer absolument du détectorisme.

Au même titre que les fouilles, la prospection archéologique est régie par un cadre légal précis. Il est absolument nécessaire de distinguer prospection archéologique et détectorisme.
Tel que le stipule l’article 531-3 du Code du Patrimoine, la prospection nécessite une autorisation donnée par le préfet de région. De plus, l’article R542-1 précise que l’usage de détecteurs de métaux dans le cadre d’une prospection archéologique légale, nécessite lui aussi une autorisation du préfet de région.

Article L531-1 :

« Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartenant à autrui des fouilles ou des sondages à l’effet de recherches de monuments ou d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation. La demande d’autorisation doit être adressée à l’autorité administrative. »

Ce rappel législatif est éminemment nécessaire : « détectorisme de loisir », « chasse aux trésors », autant de termes recoupant des pratiques illégales mettant à mal l’archéologie et le patrimoine. En effet, l’archéologie répond à des obligations : des obligations de protection et de conservation du mobilier archéologique, et des obligations de diffusion – toute fouille, toute prospection donne lieu à un rapport. Ces obligations sont des garants de l’intégrité du patrimoine en tant que bien commun.

 

Baptiste Pelletier, Marianne Brisebourg, Mélany Lascoux


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search