Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua – 11/12 avril 2019 [compte-rendu]

Créée en 2006, l’association Janua rassemble les étudiants en master et doctorants de l’Université de Poitiers rattachés aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et romanisation dans le monde antique), CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) et CRIHAM (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie), toutes disciplines liées aux sciences historiques confondues. Elle organise chaque année des journées d’études destinées aux masterants, doctorants et jeunes docteurs et portant sur un thème donné, dans l’objectif de favoriser les rencontres entre jeunes chercheurs ainsi que l’interdisciplinarité chère à la tendance historiographique contemporaine. Les actes du colloque sont ensuite publiés dans la revue numérique à comité de lecture Les Annales de Janua. Le thème de l’édition 2019 des Journées était celui du voyage, qui a donné à l’événement son titre : « ”Prendre la route” : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours ».

Doris Bages introduit les Journées avec une communication au titre original : Les Douze salopards en Numidie. Elle y évoque le voyage qu’effectua Publius Sittius, homme d’affaires campanien, de 64 avant notre ère jusqu’à sa mort dix ans plus tard. Ce voyage fut provoqué par le dernier des trois procès auxquels il fut convoqué pour dettes et malversations financières : il fut condamné à l’exil au terme de ce procès. Il commença par se diriger vers la péninsule Ibérique où il recruta tant de compagnons qu’il se constitua sa propre armée privée, de manière complètement indépendante. Après être retourné dans la péninsule italique, il devint si puissant que César lui offrit la ville de Constantine, en Algérie. Il mourut au terme d’une décennie de voyage, tué par des héritiers des royaumes numides voulant récupérer la ville. Le voyage de Sittius reflète ainsi l’évolution singulière que pouvaient prendre les déplacements durant l’Antiquité : de fait, Sittius a d’abord effectué un voyage malgré lui, puis a réussi à détourner cette infortune en transformant ce voyage subi en voyage de réalisation de soi, passant ainsi du statut d’apatride banni à celui de chef militaire  établi de manière fixe dans une cité donnée.

Alexandra Pierré-Caps propose ensuite une intervention dans laquelle elle traite des déplacements des hauts fonctionnaires vers la cour au IVe siècle. Prenant l’exemple de Symmaque, aristocrate romain, elle développe les obligations de voyage auxquelles un individu au rang social élevé devait se soumettre pour l’entretien de ses terres ou l’exercice de ses fonctions. L’étude de son abondante correspondance permet de mettre en évidence la lassitude de Symmaque à l’idée de devoir se rendre à la cour impériale, située à Milan. Ce voyage était alors perçu comme un fardeau du fait de contraintes liées à son statut, des longs préparatifs nécessaires, des obstacles de la saison hivernale et des risques du brigandage. Tous ces aspects négatifs donnent au voyage une temporalité étirée, qui elle-même constitue le socle de la conception géographique personnelle de Symmaque : au sud de la péninsule italique correspondent les loisirs, tandis que le nord représente le devoir et la contrainte.

Les voyages liés à une profession particulière sont encore approfondis par Corinne Lamour, dont la communication est centrée sur les déplacements professionnels des médecins médiévaux. Après un parallèle avec nos conceptions contemporaines des voyages professionnels, étroitement liées aux entreprises, aux personnes physiques et aux armées, C. Lamour met en avant la spécificité de la médecine monastique, dont l’exercice a pour pilier la vertu chrétienne de charité, ainsi que les écoles de médecine, dont l’éloignement géographique impliquait des déplacements de médecins, mais cette fois-ci dans le but de se former. Elle prend ainsi l’exemple d’Arnaud de Villeneuve (v. 1240-1311), dont le parcours d’apprentissage et les activités d’enseignement dans des écoles de médecine l’ont fait voyager toute sa vie entre Valence, Montpellier, Barcelone, Paris, Naples et Palerme. Au-delà des objectifs de formation et d’enseignement, les médecins pouvaient également voyager par le biais des croisades : celles-ci constituaient en effet un véritable défi de santé publique par les risques de malnutrition, d’infections et de blessures liées au combat et aux animaux qu’elles entraînaient. Au terme de cette analyse, il apparaît que ces déplacements, bien que parfois forcés, permettaient aux médecins médiévaux une certaine ascension sociale ainsi que l’assurance de revenus.

Malgré son caractère de prime abord immobile, les bâtiments peuvent tout autant être étudiés sous l’angle du voyage, comme le montre Anousheh Barzanooni. Elle explore les interactions France-Italie dans le développement d’une nouvelle architecture à la Renaissance en France. Les campagnes militaires de Louis XII et de François Ier ont ainsi joué un rôle considérable dans les leçons apprises par les Français de leurs voisins. Cependant, cette copie de nouveaux styles ne s’est pas faite dans le but de fournir une reproduction stricte des modèles italiens : les architectes français n’ont pas manqué d’adapter ces nouveautés à leurs besoins et goûts propres, nuance qui a grandement participé de l’évolution des arts français à l’époque moderne. Un exemple représentatif des architectes français ayant voyagé en Italie est Jacques-Antoine du Cerceau, créateur crucial dans l’élaboration du classicisme français, qui s’est inspiré de l’art italien tout en se l’appropriant, sans en faire une simple imitation, mais en proposant au contraire un mélange subtil entre style italien et goût français.

Sarah Gouin-Béduneau revient sur la question du voyage dans l’histoire de l’art au travers de l’image du voyage des Rois mages sculptée au XIIe siècle sur le tympan de l’église de Bourg-Argental (Loire). Cette image unique, ne s’inscrivant dans aucune tradition visuelle directe, est en fait une fusion de deux épisodes bibliques consécutifs, le voyage et l’Adoration des mages. Le voyage et son enjeu sont donc ici confondus grâce à l’emploi de procédés narratifs précis. L’idée de pérégrination est ainsi évoquée par le discret pivotement des visages des Mages et la fragmentation de leur triade. Le trajet et l’arrivée se télescopent également du fait de l’étoile, présente trois fois, qui change progressivement de forme au fur et à mesure de l’avancée des cavaliers royaux. L’entrée progressive dans l’espace sacré est enfin signifiée par la présence d’un élément végétal singulier derrière le premier roi : celui-ci évoque la Jérusalem céleste, dont la préfiguration est l’image de la Vierge et l’Enfant, situés dans un espace-temps différent de celui des Mages. Ce voyage mis en images est donc pleinement spirituel et se rattache à la principale vertu des Mages, très reconnue au Moyen-Âge central, à savoir la force de leur foi qui les a poussés à effectuer un long et difficile voyage afin de reconnaître leur Dieu.

Les voyages maritimes eurent également leur place au cours des Journées grâce à l’intervention de Jean-Christophe Temdaoui portant sur l’opportunité de prendre la mer pour les habitants de l’arrière-pays de la Saintonge et de l’Angoumois aux XVIIe et XVIIIe siècles. L’étude de ce sujet à l’historiographie lacunaire présuppose une attention particulière portée aux motivations des voyageurs pour partir en mer. Dans le cas des arrière-pays concernés, ces objectifs de départ étaient transcrits dans des contrats d’engagement, des minutes notariales ou encore des lettres à caractère personnel. L’attrait pour les colonies est une motivation récurrente. Le départ pour les colonies était de surcroît assez facilement accepté par les autorités à condition que le voyageur se montre utile à la France une fois arrivé. Les raisons de ces voyages étaient également notées à bord du vaisseau par le commis d’amirauté qui déclarait les causes du trajet dans des registres spécifiques. Concrètement, à partir du règne de Louis XIV, les voyageurs embarquaient en priorité pour servir le roi et être utiles au commerce, principalement dans les domaines de la négociation, du transfert de marchandises et parfois de l’artisanat. Les raisons du voyage en mer sont ici intimement reliées aux conditions de vie à terre, souvent rudes : la mer constitue donc en elle-même une opportunité à saisir.

Les raisons du départ peuvent aussi être d’ordre religieux, comme le montre Guillaume Rossello avec l’exemple des pèlerinages mariaux en France aux XIXe-XXe siècles. Les voyageurs sont ici à la recherche d’une guérison miraculeuse car soudaine, instantanée et parfaite. Les archives du sanctuaire Notre-Dame de Pitié montrent ainsi l’état d’esprit et les vertus des miraculés : dans le cas de Marie Delion (1866), son courage face à l’épreuve, sa persévérance et sa confiance en la Vierge. Une étude plus poussée des sources textuelles révèle que les voyageurs sont en réalité majoritairement des voyageuses issues de toutes les classes sociales. Celles-ci sont principalement atteintes de paralysie (surtout des jambes), de tumeurs (surtout aux genoux), d’épilepsie, de tuberculose ou de cécité. Le voyage est motivé en priorité par la maladie, mais ses modalités se précisent ensuite par le choix du sanctuaire, qui peut avoir un rayonnement plus ou moins étendu. Le départ se décide en général du fait de l’impuissance concrète de la médecine ou suite à un appel intérieur, un songe ou un écho d’un miracle survenu il y a peu. Les textes montrent enfin une certaine crainte des familles à l’idée des possibles complications qui pourraient advenir durant le trajet et donc aggraver l’état de la personne malade. Ces pèlerinages mariaux font donc se croiser le physique, le charnel (la condition du voyageur) et le surnaturel, le spirituel (les pouvoirs de guérison miraculeux de la Vierge).

En se déplaçant, le voyageur peut également chercher à retrouver son histoire et son passé. Brigitte Rigaux-Pirastru explore le voyage comme moyen de recherche de soi-même dans le cinéma de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle, en se concentrant sur les voyages d’Allemands entre R.D.A. et R.F.A. Ce type de voyage a pourtant longtemps été dévalorisé : pendant une longue période, parler de ces voyages était tabou car considéré comme une atteinte à la paix. De la même manière, les années 1970-1980 virent naître une forme de concurrence des mémoires et des vécus entre l’Holocauste et la division de l’Allemagne. C’est seulement au cours des années 1990 qu’une forme de réconciliation se mit en place et que l’Allemagne et ses artistes prirent conscience de la complexité de son travail de mémoire. Les réalisateurs, en particulier, y virent un terrain fertile pour leur art, puisqu’une telle complexité leur permettait de créer aussi bien des fictions que des documentaires. Une analyse globale de ces films met en évidence un synopsis récurrent : les voyages y sont entrepris par la deuxième ou troisième génération après la chute du Mur dans une partie de l’ancien Reich nazi afin de retrouver le corps d’un parent. Au moment du départ, le voyageur souffre généralement de troubles psychologiques liés à un passé qu’il ne parvient pas à définir ; en revanche, il se voit apaisé au retour du fait de la quête intérieure qu’il a réussi à mener. Le voyage est donc ici présenté comme véritablement cathartique, bien que les épisodes de fuite ou d’expulsion sont très souvent édulcorés ou romancés afin de toucher davantage le spectateur sans le choquer.

Eva Belgherbi conclut cette première journée avec une intervention portant sur les voyages en France des sculptrices anglaises au XIXe siècle. Il s’agissait d’abord d’un voyage d’émancipation, notamment vis-à-vis de leurs parents. Un tel sujet se travaille d’abord par l’étude de la correspondance et des archives des sculptrices : Ottilie McLaren a ainsi laissé derrière elle des carnets remplis de dessins des trajets, de tickets et de cartes postales. Ses lettres, plus loquaces, peuvent traiter des préparatifs du voyage, mais également de sa perception de Paris, qu’elle conçoit comme la métropole artistique par excellence. On peut d’autre part y déceler le réseau amical et professionnel qu’elle se crée dans la capitale française, ainsi que les motivations concrètes qui l’ont poussée au départ : en Angleterre, l’enseignement de la sculpture n’est alors pas satisfaisant pour les femmes, car la pratique d’après modèle vivant leur est interdite. À l’inverse, à Paris, la mixité des cours leur garantit non seulement la présence d’un modèle vivant, mais aussi et surtout l’égalité entre femmes et hommes dans la formation.

La seconde journée du colloque, centrée autour des témoignages de voyageurs, est introduite par la communication de Catherine Negovanovic. Le point focal de celle-ci est le récit biblique et les voyages du personnage de Joseph qui y sont mentionnés. Ces nombreuses péripéties ont des enjeux à la fois personnels, politiques, fraternels et spirituels. Son voyage en Égypte lui fait radicalement changer de condition, puisqu’il passe du statut d’héritier à celui d’esclave. Cette rupture est cependant plus un enseignement qu’un châtiment, et il en ressort moins égoïste et arrogant : le voyage permet donc dans ce cas à la fois un changement de rang social mais également de caractère. Son accession au poste d’intendant de Pharaon, puis de premier ministre constitue le début de son initiation et de son cheminement vers sa destinée, puisqu’il effectue de nombreux voyages pour gérer l’empire. Mais les voyages liés à Joseph sont aussi les voyages rédempteurs effectués par ses frères, qui le reconnurent suite à leur venue en Égypte.

La question des voyages chrétiens est approfondie sous un autre angle par Lisa Dubost à partir du manuscrit 502 de la Bibliothèque municipale de Valenciennes (XIe-XIIe siècles), qui comporte une vita en images d’Amand, saint évangéliste dont le voyage géographique fusionne avec le cheminement spirituel. Comme nombre de saints des VIe et VIIe siècles, Amand est un évêque itinérant qui parcourt un territoire donné (ici, la Flandre) afin de lutter contre le paganisme qui continue d’exister. Né dans l’actuelle Vendée, il quitte tôt le domaine familial pour l’île d’Yeu. Si ce départ est d’abord d’ordre pratique (il cherche à rejoindre un monastère), il s’agit également de son premier voyage spirituel, puisqu’il s’effectue sous le signe de la croix, attachée au mât du bateau qui le conduit à l’île. Son effort physique n’est pas montré dans le manuscrit, puisque le concepteur de l’image a représenté un rameur en train de fournir cet effort. Après quelques pérégrinations dans l’Ouest de la France, Amand part pour Rome. À ce moment de la vita, le créateur du manuscrit le représente penché vers l’avant, tenant son bâton de pèlerin à deux mains. Ces difficultés physiques annoncent les obstacles qu’il rencontra par la suite dans sa mission divine d’évangélisation. Le voyage se répercute donc ici directement sur le corps, qui lui-même préfigure le rôle spirituel du saint.

Un autre personnage religieux de l’époque médiévale a lui aussi laissé des traces matérielles de ses voyages : il s’agit de Riccold de Monte Croce, moine florentin du XIVe siècle, dont Priscilla Mourgues analyse les témoignages. À travers ses quatre types d’écrits conservés (lettres à Dieu, à la Vierge, aux saints ou aux martyrs ; récit de pèlerinage ; récit contre l’islam ; récit contre les chrétiens orientaux), P. Mourgues retrace son pèlerinage en Terre sainte. Le moine avait pour objectif de refaire le chemin du Christ à l’identique voire de le faire réapparaître par l’effort de son corps. Par son voyage, il espérait ainsi voir le Christ non seulement par les yeux de la foi, mais également par le poids physique de sa corporalité individuelle. Cependant, ce déplacement ne réussit pas à répondre aux attentes de Riccold, qui exprima dans ses lettres son désespoir, sa déception et parfois son doute, sans pour autant aller jusqu’au reniement religieux. Ce cas atypique de pèlerinage s’est donc décidé suite aux insuffisances que le clerc trouvait dans les Écritures, et avait pour but de combler les lacunes du texte et les incertitudes du croyant par une expérience physique concrète.

Marianne Albertan-Coppola clôture ces Journées Jeunes Chercheurs en proposant un angle d’approche différent du point de vue religieux, en se concentrant sur les pérégrinations des pauvres dans les romans du XVIIIe siècle. Le voyage est dans ce cas de figure une absolue nécessité, et a pour but d’assurer aux voyageurs un avenir meilleur. Ils entrent donc dans une vie d’errance et de souffrance qui n’est en aucun cas motivée par un désir de changement de lieu géographique. Il est même parfois lié à une certaine forme de paresse : en effet, l’acte du déplacement physique est en lui-même gratuit, à l’instar de la mendicité. Le thème de la pauvreté comme cause du voyage est récurrent dans la littérature du Siècle des Lumières : l’incipit et les premiers chapitres présentent souvent l’état précaire du voyageur, puis sa décision entraînée par cet état. Il n’en reste pas moins que le voyage pose également des problèmes aux personnages plus aisés matériellement : de fait, le déplacement peut représenter un risque financier considérable que certains individus renoncent à prendre par mesure de précaution.

Sarah Gouin-Béduneau


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search