Le Château du Coudray-Salbart (79)

Le château du Coudray-Salbart, qui se trouve dans le département des Deux-Sèvres s’avère être le château du XIIIsiècle le mieux conservé d’Europe. Unique par l’addition de ses caractéristiques autant que par son état de conservation exceptionnel, il n’a jamais subi de remaniements et comporte encore aujourd’hui onze salles voutées, une gaine périphérique, ou encore des tours en amandes.

crédit photo : Romane VILLENEUVE

En 1952 est mis en place l’association des Amis du Coudray-Salbart avec pour but la sauvegarde et la mise en valeur du château, alors très délabré. Le site avait été classé Monument Historique en 1952 et 1954. À partir de ce moment et jusqu’en 2000, des chantiers sont organisés, sur la base du volontariat, pour dégager le château de la végétation qui l’a envahi et pour réparer certaines parties particulièrement abîmées du château. C’est le cas du pont-levis, recréé une première fois, mais aussi de la tour du Portal, rénovée car elle commençait à se fendre, et de plusieurs escaliers et portes, réparés ou reconstitués. Cependant les travaux deviennent trop lourds. C’est alors que le château est repris par la Communauté d’Agglomération du Niortais en 2000, cela permet de mettre en place de grands travaux. De plus, des fouilles sont mises en place, ce qui permet de connaître davantage l’histoire du site. Malgré l’intervention de la collectivité, l’association est toujours présente. Elle s’occupe désormais de la gestion du monument, de son entretien, de sa promotion culturelle et touristique grâce aux visites, libres ou guidées, mais aussi en planifiant des manifestations de toutes sortes dans le château.

L’histoire du château commence avec Josselin II, appartenant à la famille des Parthenay, qui prend par la suite le nom de Parthenay-Larchevêque. Ce dernier s’empare du site quand il devient archevêque de Bordeaux en 1059. Le château est ensuite édifié par sa famille dans la première moitié du XIIIe siècle, sûrement en 1202. Celui-ci, se trouve sur un éperon rocheux, et fait face à la ville de Niort. La forteresse se retrouve au cœur des affrontements entre Capétiens de France et Plantagenêts d’Angleterre.

En 1152, Aliénor d’Aquitaine, anciennement reine de France aux côtés de Louis VII, après avoir été répudiée par son mari, se remarie à Henri Plantagenêt, qui devient roi d’Angleterre deux ans plus tard. C’est alors que les barons poitevins se retrouvent pris entre deux feux. Doivent-ils continuer à prêter allégeance au roi de France, ou doivent-ils se tourner vers l’Angleterre ? Richard Cœur de Lion, fils d’Aliénor d’Aquitaine et du roi d’Angleterre, reprend alors Secondigny à Hugues Ier de Lusignan qui s’oppose à sa famille. Puis à la mort de ce dernier, son frère Jean Sans Terre, dans le but de faire obstacle à l’union des comtes de Lusignan et des comtes d’Angoulême, enlève Isabelle Taillefer à son fiancé, Hugues de Lusignan et l’épouse. Mais cela permet à Philippe Auguste, roi de France, de faire alliance avec les comtes de Lusignan, Mauléon et Thouars. Jean Sans Terre est lui allié aux familles de Parthenay, de Rochefort et de Surgères. Les Français s’inclinent face à lui en 1202 à Mirebeau. Seulement, Philippe Auguste n’a pas dit son dernier mot et fini par rallier de grands barons, telles que les Parthenay-Larchevêque et la ville de Niort. Puis quand Jean Sans Terre arrive à La Rochelle en 1206, Thouars et Parthenay retournent finalement du côté de l’Angleterre. Philippe Auguste, pour se venger, capture Hugues Ier en 1207. En 1214, Jean Sans Terre se réconcilie avec les Lusignan et les Parthenay, puis il est battu à La Roche aux Moines. Il meurt en 1216. Par la suite, Henri II, va à l’encontre du désir de son père en refusant d’accorder aux barons de Lusignan, de Parthenay et de Thouars la rente promise par son père. Afin de l’obliger, les barons font barrage et ruinent les ports ainsi que les alentours anglais de La Rochelle et de Niort. Il faut attendre une menace d’excommunication en 1223 pour qu’ils arrêtent. Le Coudray-Salbart devait servir de base pour ses expéditions sur Niort. Finalement les barons se soumettent à Louis VIII en 1225. Cependant, la mort prématurée du roi de France entraîne un nouveau renversement de situation. En effet les barons s’en remettent à Henri III plutôt qu’à la régente du royaume de France, Blanche de Castille. Mais finalement cette dernière restaure l’autorité de son fils, Louis IX, ce qui entraîne la fin des ambitions anglaises. De plus, Guillaume V Parthenay – l’Archevêque, s’en remet au futur Saint Louis en 1243.

De 1243 à 1337, les seigneurs de Parthenay n’interviennent plus dans les différentes oppositions de l’époque, ils se concentrent sur le développement de leur puissance foncière par des achats ou des mariages. C’est alors que le château du Coudray-Salbart n’est plus un château de frontière. Même si une petite garnison y réside toujours, il n’est plus entretenu et se dégrade petit à petit. En effet en 1460, la Prisée (État des lieux) montre bien son état avancé de dégradation.

Au moment de la guerre de Cent Ans, entre 1337 et 1453, la fonction du château semble secondaire. De fait, il n’est plus adapté aux nouvelles techniques d’armement. En 1415, Jean II de Parthenay, soutien des Armagnacs et rebelles au roi, perd ses terres au profit de Louis de Guyenne, puis du  comte de Richemond, Arthur de Bretagne. Il revient finalement à Jean, comte de Dunois et compagnon de Jeanne d’Arc, puis aux Longueville.

Ensuite le Coudray-Salbart ne fait que passer de famille en famille, jusqu’à sa vente pour un franc symbolique à la Communauté d’Agglomération de Niort en 2000.

Aujourd’hui le château a été restauré, il est ainsi ouvert à la visite. Cependant certains éléments, comme la basse-cour, ont disparu. La forteresse restante est composée de quatre tours d’angle, deux circulaires à l’ouest, les tours du Moulin et de Bois-Berthier ; deux en forme d’amande à l’est, la Grosse Tour et la Tour Double, reliées par des courtines. Il y a également deux autres tours rondes, la tour Portal et la tour Saint-Michel, qui se trouvent au centre des murs Ouest et Est. Le château contient ce que l’on appelle une gaine périphérique, qui consiste en des couloirs qui permettent de relier toutes les tours du château entre elles. Cette gaine est encore présente en grande majorité. De plus, le Coudray-Salbart est l’un des rares châteaux du XIIIà posséder une telle défense.

Reconstitution – Amis du Coudray-Salbart

Le château est ouvert d’avril à novembre. De 14h à 18h en basse saison et de 10h à 12h30, 14h30 à 18h30, de mi-juin à fin août. Le château propose également différentes animations environ un week-end par mois.

N’hésitez donc pas à venir le visiter et pour plus d’informations vous trouverez ci-dessous le lien pour vous rendre sur le site du château.

Site officiel des Amis du Coudray-Salbart : http://www.coudraysalbart.fr/index.php

Romane Villeneuve, Master 1, 2018-2019


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search