La quatrième voussure du portail central de l’Église Saint-Nicolas de Civray (XIIe siècle) : Du zodiaque aux travaux agricoles, du mysticisme au rationalisme.

Le Zodiaque est un thème qui peut paraître étranger, à première vue, à l’art médiéval. Pourtant l’astrologie et son interprétation sont l’un des arts divinatoires les plus anciens et les plus aboutis du monde. Souvent associé à la science, à l’ésotérisme et à la magie païenne, le zodiaque va au-delà de l’étude des constellations, puisqu’il va devenir, au seuil des églises un repère de Temps et d’Espace quand il est associé aux travaux des mois dans la décoration ecclésiale médiévale1.

L’Église Saint-Nicolas de Civray conserve l’un des reliefs zodiacaux les mieux conservés de France, au même titre que le portail central du narthex de Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, qui date, lui aussi, du XIIe siècle2. L’association des signes du zodiaque aux travaux de la vie quotidienne forme l’iconographie du « calendrier », faisant le lien entre le temps spirituel et le labeur terrestre. En effet, comme l’affirme Jacques Le Goff, « les signes du zodiaque jouent un rôle déterminant dans cette imagerie et cristallisent une conception du temps et de l’espace propre au Moyen Âge, faite de réalités à la fois matérielles et imaginaires »3 .

Ce thème apparaît sur l’arcature du portail central de l’Église de Civray. La première voussure est consacrée au Christ, inséré dans une mandorle, bénissant de sa main droite, et présentant de sa main gauche les Évangiles, entouré des quatre vivants. La seconde voussure, elle, présente les vierges sages et les vierges folles, thème privilégié des sculpteurs poitevins, qui s’inscrit dans le mystère médiéval du « jeu de l’époux » et le combat des vices et des vertus. La troisième voussure est dédiée à l’Assomption, avec un mouvement sculptural puissant, convergeant avec force vers la figure de la Vierge Marie, en gloire, au centre de la voute.
Enfin, la quatrième voussure met en scène le Zodiaque, les travaux et les mois. Chaque signe astrologique est associé à une activité agricole, et donc à une fête religieuse, puisqu’elles suivent, elles aussi, l’évolution des saisons, des solstices ou encore des équinoxes. Finalement ce décor sculpté est la parfaite fusion entre le calendrier agraire et l’étude des constellations. Ainsi au mois de mars, signe associé à la figure du Bélier, le paysan taille sa vigne. En avril le signe du mois est le Taureau, le paysan bêche, les feuilles de la branche poussent et un oiseau chante, c’est le temps de la renaissance de la nature après l’hiver. Le mois de Juin est associé à la figure du Cancer, accompagné à sa droite d’une figure cornue et grimaçante qui rappelle le visage du Diable. En août, mois associé à la figure astrologique de la Vierge, les épis de blé sont couchés, ce qui représente les battages. Le Scorpion est le signe auxiliaire du mois d’Octobre, ici l’animal est doté de sa forme biologique mais sa tête est celle d’un fauve et son corps, lui, est recouvert de motifs géométriques, nous sommes donc face à un corps biforme et hybride.

Les signes du Cancer (à gauche) et du Lion (à droite) encadrant la tête d’un diable. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général du patrimoine culturel / C. Rome, 2009

Angélique Ferrand4 a dédié sa recherche au zodiaque et à son lien avec le temps et l’espace entre le IVe et le XIIIe siècle. Elle a particulièrement étudié le lien entre les figures féminines dans les complexes architecturaux. En effet sur le portail de l’église Saint-Nicolas de Civray le signe de la Vierge est symboliquement représenté sous les traits d’une femme qui tient dans sa main un objet circulaire, lequel pourrait représenter soit une hostie, soit le soleil. Malheureusement l’objet tenu dans sa main gauche a disparu, probablement à cause de l’usure ou des intempéries, mais on peut penser qu’il faisait écho à l’objet de droite. Le cas échéant, il pourrait s’être agi de la lune, ou encore d’un calice. Étant donnée la proximité des anges thuriféraires sur la première voussure, on pourrait éventuellement faire un lien avec la consécration des espèces eucharistiques. Mais le plus remarquable avec la figure zodiacale de la Vierge est la similarité physique qu’elle entretient avec le signe de la Balance et avec la Vierge de l’Assomption de la troisième voussure. En effet la ressemblance est troublante : toutes sont debout, représentées de manière frontale, avec une robe longue drapée de la même manière et la tête couverte d’un voile. La seule différence physique est la couronne que porte la Vierge de l’Assomption. Finalement il est possible d’affirmer que le signe zodiacal de la Vierge est la figuration de la Vierge Marie ; elle porterait alors dans ses mains une hostie et un calice, faisant le lien entre nature céleste et liturgie terrestre, ou bien les luminaires, symbolisant son avènement divin. La relation entre les deux figures ne peut être ignorée, et c’est dans cette tradition que s’intègre le signe de la Balance, qui possède, lui aussi, un lien étroit avec le signe de la Vierge. Comme sur le portail de l’Église Saint-Pierre d’Aulnay, à Civray, la femme tenant la Balance est similaire au signe du zodiaque de la Vierge et donc par corrélation à la Vierge Marie. Finalement les trois femmes se ressemblent et se répondent à travers les voussures, formant un triangle allégorique et visuel.

Portail central de l’Église Saint-Nicolas de Civray (86400, Vienne).

 

De gauche à droite : la Vierge de l’Assomption, Le signe zodiacal de la Vierge, le signe de la Balance.

Les figures astrologiques de la Vierge et de la Balance renforcent la puissance de Marie, mère du Christ rédempteur, qui s’élève dans le ciel, portée par des anges. Le symbolisme est puissant puisque l’Assomption de la Vierge domine des figures clés de la tradition religieuse chrétienne divinisées dans des mandorles, comme la maiestas domini, puis le Christ époux de la parabole des vierges sages et des vierges folles. Les signes du zodiaques associés aux mois surplombent les protagonistes divins et renforcent cette sensation de contraste entre la terre et le ciel. Le Zodiaque est lié au mysticisme, tandis que l’occupation des mois est de l’ordre du rationnel, du quotidien, et du profane, leur association artistique conjugue donc temporalité terrestre et temporalité céleste.

Camille Olivier

  1. FERRAND Angélique, « Le zodiaque dans la décoration ecclésiale médiévale : une autre manière de penser le temps et l’espace », Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre, BUCEMA, 19.1, 2015. (https://journals.openedition.org/cem/13937 []
  2. SALET Francis, Cluny et Vézelay : l’œuvre des sculpteurs, Paris, société française d‘archéologie, 1995. []
  3. J. LE GOFF, L’imaginaire médiéval. Essais, Paris, 1985. []
  4. FERRAND Angélique, « Du Zodiaque et des hommes. Temps, espace, éternité dans les édifices de culte entre le IVeet le XIIIesiècle », thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval, sous la direction de Monsieur Daniel RUSSO, École Doctorale SEPT, Université de Bourgogne Franche-Comté, 10 novembre 2017, 931 p. []

Une réponse sur “La quatrième voussure du portail central de l’Église Saint-Nicolas de Civray (XIIe siècle) : Du zodiaque aux travaux agricoles, du mysticisme au rationalisme.”

  1. Thanks for one’s marvelous posting! I seriously enjoyed reading
    it, you happen to be a great author.I will ensure that
    I bookmark your blog and definitely will come back very soon. I want to encourage you to continue your great writing, have a nice holiday weekend!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search