La statue d’Etienne Marcel : Un instrument politique au service de la municipalité parisienne

« Étienne Marcel, qui expia de son sang le sang qu’il fit répandre, fut l’éloquent organe des griefs, des besoins, des intérêts de son pays et de son temps… » – Joseph Kervyn de Lettenhove est un historien qui, comme Jules Tessier, cherche à réhabiliter le personnage d’Etienne Marcel. Une statue à son effigie est érigée en 1888 sur décision du Conseil municipal de Paris. Après la Commune, Paris tente de reprendre son indépendance, notamment à travers l’urbanisme. L’hôtel de ville de Paris est rebâti après sa destruction par un incendie le 24 mai 1871, lors de la « Semaine sanglante », durant laquelle les troupes d’Adolphe Thiers entrent dans Paris et écrasent l’insurrection de la Commune. Ce dernier est ensuite restauré par Théodore Ballu et Edouard Deperthes1. Dans ce contexte est débattue l’édification d’une statue pour Etienne Marcel. Issu d’une grande famille de drapiers, il devient prévôt des marchands de Paris en 1355 et participe aux Etats généraux de 1356 et 1357. La statue présente le prévôt des marchands avec ses attributs, symbolisant le pouvoir municipal de Paris. Il tient dans sa main droite un texte qui peut représenter l’ordonnance des Réformés de 1357, qui vise à assurer un contrôle sur l’administration royale en la remaniant. Il est coiffé du chaperon rouge et bleu, car il en aurait donné à ses fidèles, symbole de leur révolte face à la monarchie des Valois le 29 novembre 1357, puis en aurait revêtu le dauphin Charles lors de sa révolte le 22 février 1358. Le bleu fait référence à saint Martin et le rouge à saint Denis. Ces couleurs deviennent les couleurs officielles de la ville de Paris.

Etienne Marcel se dresse contre le roi, c’est pourquoi son image est utilisée par la municipalité pour en faire un patriote, une figure de la République. La politique culturelle sert le républicanisme2. Etienne Marcel et ses partisans ne cherchent pas à changer de régime, mais à renverser le dauphin Charles au profit de Charles de Navarre. Le contexte historique de l’érection de la statue joue un rôle dans la volonté de prendre pour modèle un patriote, comme le montre l’ouvrage de Jules Tessier3. Entre 1879 et 1882, des débats ont lieu pour décider si une statue à son effigie devait être dressée ou non. La sculpture de Jean-Antoine-Marie Idrac est retenue par un concours en 1883, mais il meurt en 1884 et Laurent Maquestre finit d’ériger la statue, inaugurée le 15 juillet 1888. Cela est réalisé dans un contexte de statuomanie, où l’on utilise de grandes figures de l’histoire d’une Nation pour montrer la grandeur du pays, en particulier après la défaite de la France lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Le monument est placé au niveau de l’hôtel de ville de Paris, symbole des pouvoirs liés à la ville de Paris, proche des lieux de manifestation de l’opposition au pouvoir. Les conseillers municipaux veulent placer sur cette place la statue de cette grande figure de l’administration municipale, afin de symboliser leur pouvoir et leur autorité4. Finalement placée sur le côté de l’hôtel de ville, elle est peu visible. Cela constitue un exemple de l’invisibilité des monuments, après un travail de réhabilitation mémorielle du personnage, pourtant effectué par les conseillers municipaux et des historiens5.

Parmi les esquisses proposées pour la statue du personnage, on retrouve des modèles de statues en pieds, d’autres équestres. Le modèle choisi montre Etienne Marcel à cheval. La statue équestre représente traditionnellement les grands personnages de l’histoire, le prestige des rois ou des chefs militaires. De plus, elle ressemble à la statue d’Henri IV qui se trouve sur le pont Neuf, inaugurée le 23 août 1614, détruite à la Révolution française et reconstruite en 1818. Le roi et le prévôt sont dans la même position, Etienne Marcel tient une épée et un parchemin dans sa main droite et Henri IV un sceptre à fleur de lys, les deux tiennent leurs rennes dans leur main gauche et leur cheval a la même position. Les deux statues en bronze sont inspirées de la Renaissance italienne et montrent une volonté de réalisme. Le rôle important d’Etienne Marcel pour la ville de Paris est ainsi souligné. Il est donc représenté avec des attributs symbolisant le pouvoir municipal et en statue équestre à la façon des rois et grands chefs de guerre, affichant ainsi la puissance du Conseil municipal.

Etienne Marcel et les figures placées sur un piédestal par le Conseil municipal de Paris sont des outils au service de leur politique6. Il est considéré comme un martyr mort pour ses idées, pour sa volonté de donner plus d’importance au pouvoir municipal. Il constitue ainsi un exemple pour le Conseil municipal, mais aussi pour les Parisiens, par sa volonté de défendre la France et Paris7. En 1888, le Conseil municipal lutte contre la décision de laisser la municipalité de Paris sous tutelle du préfet. 500 ans auparavant, en 1358, le prévôt tente lui aussi de permettre à la ville d’être plus indépendante vis-à-vis du pouvoir royal. Il est le symbole d’un combat pour une indépendance de la ville de Paris par rapport au pouvoir central. La municipalité souhaite ainsi faire revivre le souvenir d’Etienne Marcel et de ce qu’il a accompli pour les Parisiens et pour la France. Etienne Marcel est peu connu au XIXe siècle et l’est en particulier pour son soulèvement le 22 février 1358, pour son opposition au Dauphin, pour son alliance avec Charles de Navarre, mais aussi pour sa traîtrise. Jules Tessier le voit au contraire comme un défenseur du pays. Il s’attache à réhabiliter Etienne Marcel, s’appuyant sur les propos d’historiens ou de chroniqueurs et les contredisant s’ils présentent le personnage en traître8. Ce dernier revient ainsi dans les ouvrages d’historiens, après avoir disparu pendant environ cinq siècles. Malgré le travail des historiens et du Conseil municipal, la statue est oubliée, n’ayant pas été mise en valeur dans l’espace.

Le prévôt des marchands n’est pas revalorisé dans l’esprit des Parisiens après l’édification de la statue, par un phénomène d’invisibilité du monument. Ce personnage est sans doute plus connu dans la capitale par la station de métro ou la rue qui portent son nom. Etienne Marcel est utilisé comme un symbole du pouvoir municipal de Paris, alors que le Dauphin sort grandi de la crise à laquelle il a participé. Jules Tessier défend le prévôt, certain de son honnêteté, soulignant sa volonté de défendre Paris. Bien qu’il ne veuille pas supprimer la monarchie, il devient en quelque sorte un symbole de la République. L’historien montre que ceux qui ont décrit Etienne Marcel comme un traître se sont trompés, affirmant : « Pour sa gloire, c’est beaucoup sans doute que Paris lui ait enfin voté la statue depuis longtemps réclamée ; pour son honneur, ce n’est pas assez »9.

Cécile Juteau, Master 1, 2021-2022

  1. Céline Braconnier, « Résistances du local à l’emprise symbolique du national à Paris à la fin du XIXe siècle », Christophe Charle et Daniel Roche (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques, Paris, Editions de la Sorbonne, 2002, p. 119-132. []
  2. Philippe Nivet, Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, Paris, Éditions de la Sorbonne, 1994, p. 15-28. []
  3. Jules Tessier, Etienne Marcel, Paris, Bibliothèque d’Education nationale, 1902. []
  4. Ibid., p. 206. []
  5. Danielle Tartakowsky, « Le parisien : Une difficile identité politique », Claude Gauvard et Jean-Louis Robert (dir.), Être parisien, Paris, 2004, Editions de la Sorbonne, p. 283-292. []
  6. Céline Braconnier, « Résistances du local … », op. cit., p. 119-132. []
  7. Jules Tessier, Etienne Marcel, op. cit., p. 88. []
  8. Jules Tessier, Etienne Marcel, op. cit., p. 197-212. []
  9. Jules Tessier, Etienne Marcel, op. cit., p. 212. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cjuteau (3 avril 2024). La statue d’Etienne Marcel : Un instrument politique au service de la municipalité parisienne. Le Comptoir des Mondes Médiévaux. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5tt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search