Conférence de la SAO par Thierry Grégor et Daniel Morleghem : « De l’extraction à la taille : Nouvelles données pétrographiques et techniques concernant les sarcophages de pierre du baptistère Saint-Jean à Poitiers » – 19 janvier 2022 [compte-rendu]

La collection de sarcophages conservée au musée lapidaire du baptistère Saint-Jean de Poitiers fait actuellement l’objet d’un réexamen pluridisciplinaire sous la direction d’Anne Flammin. Le nouveau regard porté sur le classement typologique préalablement établi donnera matière à une publication actualisant l’étude de 1994, dans la Revue Historique du Centre-Ouest de la Société des Antiquaires de l’Ouest (SAO). Dans ce cadre, la SAO a organisé une conférence le 19 janvier 2022 tenue par Thierry Grégor (UMR 7392 CESCM) et Daniel Morleghem (UMR 7324 Citeres-LAT) avec pour titre « De l’extraction à la taille : nouvelles données pétrographiques et techniques concernant les sarcophages de pierre du baptistère Saint-Jean à Poitiers ». Docteur de l’Université de Poitiers et tailleur de pierre de formation, Thierry Gregor a étudié les techniques épigraphiques dans le cadre d’une thèse soutenue en 2023 intitulée Étude technique des inscriptions médiévales en Poitou-Charentes. Daniel Morleghem, rattaché au laboratoire Citeres-LAT de Tours, est pour sa part l’auteur d’une thèse dédiée à la Production et diffusion des sarcophages de pierre de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans le Sud du Bassin parisien, soutenue à Tours sous la direction de Jacques Seigne. Spécialisé dans les carrières de sarcophages, il a notamment étudié et fouillé celle de Pied Griffé située dans la Vienne, en reprenant à partir de 2010 les investigations de Claude Lorenz. Les deux conférenciers sont ainsi les plus à même de s’intéresser au mode opératoire selon l’œil du carrier et du tailleur de pierre.

Les archéologues comme les historiens s’accordent à reconnaître dans le baptistère Saint-Jean de Poitiers, « l’un des spécimens les plus intéressants de l’architecture chrétienne des premiers siècles de la Gaule »1 ; nombreux sont ceux le considérant comme « la plus ancienne église de France »2. Malgré les diverses études menées à son sujet et une dizaine d’années de fouilles conduites notamment par le Père Camille de La Croix jusqu’au sol vierge, sa datation demeure approximative. Selon François Eygun, « dater du VIIe siècle la construction d’un baptistère par immersion alimenté par un aqueduc au niveau de la cathédrale est un non-sens anachronique. La date du IVe siècle entre la paix de l’Église et l’invasion wisigothe n’est même pas une hypothèse, c’est une nécessité inéluctable fondée non sur des sentiments, mais sur des faits matériels précis et incontestables qu’on ne saurait éluder »3.

En 1884, l’État met l’édifice à la disposition de la SAO pour y créer un musée lapidaire. Le Père de La Croix profite de l’occasion pour y installer une importante collection de sarcophages mérovingiens recueillis, entre autres, dans les nécropoles d’Antigny, de Saint-Pierre-les-Églises, de Civaux, de Béruges et de Poitiers, mais également de Breuil-Mingot, de Rom, de Savigné et de Saint-Pierre-de-Maillé. Ainsi, une centaine de couvercles et de cuves de sarcophages trapézoïdaux y sont présentés au public. Produits dans la région, les sarcophages révèlent, à qui sait l’observer, des traces d’outils ayant servi à extraire le bloc de carrière puis à le tailler, pour donner forme à un couvercle ou à une cuve. Rares sont ceux non revêtus d’un décor sculpté, qu’il soit simple tel le décor à trois traverses, ou plus complexes avec des motifs géométriques, végétaux ou zoomorphes gravés en méplat. La conférence a pour objectif de questionner la chaîne opératoire, en restituant les informations propres à l’économie des sarcophages, tout en interrogeant et révélant les indices d’un travail brut d’extraction ou de retaille.

Sarcophages exposés au baptistère Saint-Jean de Poitiers. Crédit photo : Marie-Amélie Lamy

Comme le rappelle Daniel Morleghem, la carrière de Pied Griffé, située à Saint-Pierre-de-Maillé, à 2,5 km de la confluence entre l’Anglin et la Gartempe, est datée d’entre le milieu et la fin du Ve siècle. Bien étudiée, elle figure parmi les rares à avoir été fouillées entièrement en France, toutes époques confondues, apportant une connaissance plus approfondie sur les sites d’extraction, une problématique encore aujourd’hui difficilement cernée. L’étude des fronts de taille et du canevas4 au sol, au même titre que la sédimentation laisse à envisager une stratégie d’exploitation particulière, interrogeant la notion d’artisanat. L’atelier de production y est, en effet, structuré tandis que celui d’un potentiel sculpteur est envisagé. L’organisation et la disposition des déchets de taille, générant des remblais, ainsi que le canevas, permettent de restituer la chronologie d’extraction. Des murs de soutènement sont disposés afin de retenir et de stocker les déchets issus de l’extraction en cours, en plus de libérer de l’espace. Faute de place, nombreuses sont les quantités de déchets entassés à l’extérieur de la carrière, hormis les plus gros blocs laissés à l’intérieur du fait de leur poids. Il est ainsi possible d’étudier les traces d’outils laissés sur ces gros blocs et par extension de les restituer dans la chaîne d’extraction voire de taille.

Il faut noter que le substrat rocheux possède des défauts et des qualités aléatoires impactant la typologie même des blocs extraits. Ces ratés de taille, laissés à l’abandon à même la carrière ou remployés pour former des murs en pierre sèche, ont été minutieusement récupérés et stockés afin de les étudier en post-fouille. En les mettant en parallèle de la sédimentation associée, l’observation des traces anthropiques permet de restituer l’outil utilisé et l’étape de la chaîne opératoire, tel un angle de cuve en cours d’évidement. Ainsi, la fouille de 2020 de la carrière a mis au jour un bloc en cours d’extraction ainsi qu’un couvercle en cours de taille. Du fait de la nature aléatoire de la roche et des accidents possibles au cours de la chaîne opératoire jusqu’au transport, il n’est pas rare que l’opération échoue laissant un bloc inexploitable pour fabriquer un couvercle ou une cuve de sarcophage pour adulte. Généralement, et sans laisser de trace, ces ratés sont réutilisés et adaptés à un module pour enfant. Cependant, la carrière de Pied Griffé a livré le premier négatif d’extraction d’un sarcophage d’enfant connu en France, dans un emplacement isolé, stratégique et adapté de la zone d’exploitation.

Thierry Grégor revient pour sa part sur le travail et le geste du tailleur de pierre. Un débat se joue entre le travail du carrier et du tailleur, les deux utilisant généralement les mêmes outils soit le pic ou la polka5. Pour fabriquer une cuve, le tailleur utilise la polka pour l’évider puis se place à l’intérieur afin d’en redresser les montants, soit un pied à l’intérieur et l’autre à l’extérieur. La polka est adaptée pour ce type d’effort étant mixte avec ses deux parties actives ; celle perpendiculaire au manche sert à creuser tandis que celle parallèle à ce dernier est pratique pour modeler les parois. En général, le travail du carrier se limite au travail brut d’extraction. La présence de cupules liées à l’usage d’un taillant témoigne d’une reprise de taille du bloc à l’intérieur même de la carrière afin de le tailler. Quand le couvercle est réalisé, il fait souvent l’objet d’un décor dont les traces permettent de restituer l’outil utilisé. Pour cette étape de l’économie des sarcophages, un outil à percussion posée avec percuteur est utilisé afin de générer des sillons, telle la broche. Le ciseau avec ou sans percuteur est remarquable ; en raclant, il permet de lisser la surface. La gradine, rare pour la période mérovingienne, est un ciseau avec dents. Seule une cuve du Baptistère porte des traces de son utilisation, à se demander s’il s’agit d’un vestige antique. La cuve est arrondie ce qui fait pencher vers une datation située vers l’Antiquité tardive. Au-delà du décor, les sarcophages peuvent faire l’objet de gravures. La lettre est un outil qu’on ne rencontre que peu ou plus du tout. La broche permet de faire des points droits, tandis que le ciseau tenu de biais et en avancé permet de graver en V. La gravure en creux carré requiert un gravelet, qui ne fonctionne toutefois pas très bien, ce qui peut nécessiter de gratter dans le fond du sillon en fin d’ouvrage. Elle est peu utilisée pour les lettres mais davantage pour le décor. La gravure en creux concave fait appel à un gravelet à bout rond. L’avantage est d’aider à former l’arrondi du S.

Les sarcophages provenant de nombreuses carrières, les études pétrographiques s’avèrent utiles pour suivre l’évolution économique des sarcophages dans les nécropoles, comme l’explique par Daniel Morleghem. À titre d’exemple, 150 échantillons ont été prélevés sur des cuves et des couvercles de sarcophage du département de la Vienne afin de voir si certains correspondaient au calcaire oolithique de Chauvigny, dont aucune carrière n’est à ce jour attestée. Une vingtaine de sites ont matché avec l’échantillon de référence soit une répartition en trois ensembles : dans la vallée du Clain, à Poitiers et dans les environs proches ainsi qu’à Vivonne ; dans la vallée de la Vienne, entre Vouneuil-sur-Vienne et Lussac-les-Châteaux ; et dans les environs d’Antigny. Cette approche scientifique permet d’apporter matière à réfléchir sur les problématiques d’approvisionnement, les raisons, les routes et les moyens employés (chariot, bateau). En définitive, l’étude technique des sarcophages est susceptible d’apporter un riche panorama de réponses concernant les sarcophages réunis dans le baptistère Saint-Jean de Poitiers.

Marie-Amélie Lamy, Master 1, 2021-2022



Citer ce billet
Marie-Amélie Lamy (2024, 3 avril). Conférence de la SAO par Thierry Grégor et Daniel Morleghem : « De l’extraction à la taille : Nouvelles données pétrographiques et techniques concernant les sarcophages de pierre du baptistère Saint-Jean à Poitiers » – 19 janvier 2022 [compte-rendu]. Le Comptoir des Mondes Médiévaux. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5tr

  1. Congrès archéologique de France, session tenue à Angoulême en 1912, Paris, 1913, p.243. []
  2. ENLART Camille, Manuel d’archéologie française, tome I, Paris, 1902, p.105. []
  3. EYGUN François, « Réflexions sur les monuments mérovingiens de Poitiers. La datation du Baptistère Saint-Jean », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e s., t. 9, Poitiers, 1968, p. 402. []
  4. Canevas d’extraction : maille du réseau des tranchées d’extraction ; il détermine sur le sol de carrière la position des blocs à extraire en fonction des caractéristiques de la commande et de l’orientation des faiblesses naturelles de la roche. []
  5. Polka : outil à percussion lancée directe possédant deux tranchants, l’un parallèle au manche tandis que l’autre est perpendiculaire. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search